Les Pingouins de Madagascar

041365.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxVous pensiez connaître les Pingouins de Madagascar ? Pourtant, les quatre frères cachent un lourd secret. Ils sont en fait… agents secrets ! Pour sauver le monde du terrible Docteur Octavius, les pingouins devront s’associer à la très chic organisation de la North Wind menée par le superbe husky au nom classé secret…

Drôles, saugrenus, excentriques et intrépides, nos quatre pingouins sans peur et sans reproche se sont peu à peu imposés comme les coqueluches décalées de la saga Madagascar, au point de se voir dédier un long métrage.

Nous voici embarqués aux côtés de Commandant, Kowalski, Rico et Sodat, le petit dernier, pour le meilleur et pour le rire! Inséparable, cette équipe de choc – aux faux airs de l’Agence tout risques – réunit courage, intelligence, stratégie et bonté pour déjouer les pièges les plus dangereux tendus par des affreux malfrats.

Dans cette nouvelle aventure qui les conduit aux quatre coins du monde, Les Pingouins vont devoir affronter un ennemi « tentaculaire » et se découvrir des alliés de taille…

De l’humour à gogo, des répliques bien senties, du rythme, de l’action, du suspsens, des courses poursuites, des explosions, de la castagne, sans oublier quelques scènes bercées de bons sentiments et de discours qui fleurent la morale (« l’union fait la force », « on a toujours besoin d’un plus petit que soi », « ne pas se fier aux apparences »…).

Un film d’animation (en 3D) sympathique, qui se laisse voir en famille.

Sortie le 17 décembre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Entretien avec Alexis Durant-Brault (La Petite Reine)

la petite reineLe mois dernier se déroulait au Forum des images la 18e édition du Cinéma du Québec à Paris. L’occasion de découvrir en exclusivité les dernières pépites imaginées par des réalisateurs confirmés ou en devenir, venus présenter leur film aux cinéphiles réunis.
Parmi les films proposés, La Petite Reine, d’Alexis Durand-Brault, a marqué les esprits.
L’histoire est celle de Julie, une vedette du cyclisme, à deux doigts de réaliser son rêve : remporter la Coupe du monde. C’est l’aboutissement d’années d’effort. Julie aime les projecteurs. Son entourage aussi. Encouragée par son entraîneur et son médecin, elle se dope depuis l’âge de 14 ans. Quand son docteur la dénonce, elle réussit à étouffer l’affaire, mais mesure l’ampleur du gâchis. Abus, mensonge, trahison… Prise dans un engrenage qui la dépasse, va-t-elle réussir à trouver une porte de sortie ?
Un portrait sans concession du milieu sportif qui nous saisit avec une frénésie inattendue et qui méritait une rencontre avec le réalisateur.

Des Films et des Mots : Comment vous est venue l’envie de tourner ce film? Connaissiez-vous le milieu du cyclisme (ou de façon plus générale, le milieu sportif professionnel)?
Alexis Durand-Brault :
L’idée du film m’est venue après avoir vu une entrevue télévisée de Geneviève Jeanson, la cycliste qui a inspiré le scénario du film. Geneviève était à l’époque une championne mondiale du cyclisme junior. Suite à des suspicions des professionnels qui l’entouraient, elle a finalement avouée s’être dopée pendant plusieurs années. Le milieu du cyclisme ne m’était pas vraiment familier comme d’ailleurs beaucoup de québécois, plutôt rompus au hockey! Le public d’ici était charmé par cette jeune femme qui excellait dans un sport international. Mais la déception a été violente pour ceux voyaient en elle un icône québécois de réussite. Ce qui m’a frappé, c’est la pression que subit l’athlète de la part de son entourage et certains choix moins judicieux que l’on peut faire à un jeune âge, influencé par le succès et les pressions de l’extérieur.
A partir de ça, l’équipe de création s’est focalisée sur un thème à développer : « le prix à payer pour réussir ». Nous nous sommes concentrés sur les moments émotifs et cinématographiques des souvenirs de Geneviève pour les réinterpréter dans une fiction.

DFDM   Y a-t-il eu une scène plus compliquée à tourner (les scènes de course par exemple) ?
ADB
: Il y en a eu plusieurs! Mais la pire est assurément la course finale que nous avons filmée pendant la Flèche Wallonne en Belgique grâce au concours de l’ASO (Amaury Sport Organization), une société française qui organise des courses prestigieuses dont Le Tour de France. Nous filmions dans le cadre de la vraie course, et avions repéré les principaux segments du trajet (le mur d’Huy entre autres) un an avant la course pour établir le plan de tournage et le positionnement des caméras. Nous avons préparé et répété avec les comédiennes plusieurs semaines à l’avance. Le jour de la course, vingt caméras étaient postées – dont une héliportée. Nous sommes restés sur le mur deux jours supplémentaires pour tourner la « dramatique » dans le mur d’Huy et une autre journée pour tourner dans la campagne sur le trajet de la course.

DFDM : Comment s’est faite la rencontre avec Laurence Leboeuf ? Sa prestation est fascinante : a-t-elle été elle-même sportive de haut niveau?
ADB
: Je connaissais bien Laurence depuis mon premier film, Ma fille, mon ange, dans lequel elle jouait déjà. Elle n’a pas immédiatement retenu notre attention pour le rôle de Julie car elle est en réalité plus âgée que ce que nous envisagions. Elle m’a cependant convaincu d’auditionner et nous avons été immédiatement séduits. Elle s’est imposée de facto! C’est une actrice qui tourne beaucoup au Québec, mais nous avons voulu travaillé sa prestation pour lui permettre de se dépasser tant dans son jeu que physiquement. Elle est d’ailleurs persuadée que la demande physique du rôle lui a permis de nouvelles incursions dans son émotion et cela l’a aidé à tisser les fils de son personnage. Laurence ne pratique pas de sport précis, bien qu’elle « s’entretienne ». Elle a dû s’entraîner un an avant le tournage avec des spécialistes du vélo, tant en salle de sport que sur le terrain. Elle a fait des camps d’entrainements à Cuba, en Arizona (loin de l’hiver québécois…) et en Belgique.  

DFDM : La solitude de Julie contraste violemment avec le sport qu’elle pratique de façon collective, avec l’entourage familial (hypocrite et délibérément aveugle), et avec sa notoriété. Comment vous est venue l’idée de ce contraste?
ADB : Le contraste était évident lorsque nous avons fait les premières recherches sur le fonctionnement de l’équipe. Le film démontre aussi le rapport personnel, spécifique et malsain que Julie entretenait avec son entraîneur. Cette relation malsaine était faussement basée sur la complicité. Aucun des deux ne pouvait vraiment être ouvert sur ce qu’ils vivaient. Son entraîneur l’isolait, ils vivaient dans une symbiose pernicieuse. Cette relation atypique entre une athlète, une équipe et un entraîneur n’est heureusement pas courant dans le monde du vélo. 

DFDM : Au moment de la présentation de « La Petite Reine » au Cinéma du Québec à Paris, le film n’avait pas encore de distributeur en France. Avez-vous des bonnes nouvelles à nous annoncer ?
ADB :
La bonne nouvelle est que plusieurs distributeurs se sont intéressé au film! Nous sommes en discussion, mais il est encore trop tôt pour une annonce…

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du film.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Giselle

050775.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxGiselle danse pour Albrecht dont elle tombe éperdument amoureuse. Quand elle découvre que son soupirant est déjà fiancé, Giselle perd la raison et s’effondre, inanimée. Bientôt, elle réapparaît sous la forme d’une wili, jeune fille transformée en fantôme. Leur amour sauvera-t-il Albrecht et Giselle d’une danse éternelle ?

Porter sur grand écran le célèbre ballet d’Adolphe Adam en y insufflant une dimension cinématographique : telle est l’ambition de Toa Fraser qui, pour sa troisième réalisation, s’intéresse à la romance entre deux danseurs étoiles dans les coulisses du Royal New Zeland Ballet.

Hélas, intercaler quelques scènes filmées en dehors des planches (ici, les amoureux se baguenaudant dans les verts pâturages néo-zélandais, là, les même répétant dans une salle de danse…) ne suffit pas à faire un film digne de ce nom.

Si l’on omet l’intention – vaine – du cinéaste, l’intérêt de ce ballet filmé est de profiter au mieux de chaque mouvement des danseurs, de ne louper aucun détail des sissonnes, des jetés ou des arabesques, de s’émerveiller face à la précision des gestes, à l’agilité des corps, à l’harmonie de la technique combinée à l’artistique.

Soit, Toa Fraser s’est contenté de livrer une simple captation du ballet romantique par excellente. Mais vibrer au rythme des pointes et des battements magistralement exécutés par Gillian Murphy ou des variations exaltées de Qi Huan reste une expérience féérique, que l’on préférera toutefois vivre sur scène plutôt qu’au cinéma.

Sortie le 10 décembre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS