Under the Silver Lake

À Los Angeles, Sam (Andrew Garfield), 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah (Riley Keough), une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

Étrange, déroutant, farfelu, décalé… les adjectifs se bousculent mais aucun ne parvient réellement à qualifier le nouveau film singulier de David Robert Mitchell (It Follows) en compétition au Festival de Cannes 2018.

Thriller hallucinogène aux accents comiques, Under the Silver Lake narre les péripéties de Sam, trentenaire oisif un brin paumé, dans le milieu huppé d’un Hollywood factice où tout n’est qu’apparence, images et fantasmes de pacotille.

Truffé de références en tout genre (des comics à l’âge d’or du cinéma hollywoodien en passant par Hitchcock, Lynch, le rock des années 90 ou le dernier tournage de Marilyn Monroe), ce film noir aux couleurs bariolées nous embarque dans un voyage psychédélique sous acide où l’ambiance fantasmagorique se fait angoissante et où le rêve vire au cauchemar.

Une mise en scène sophistiquée qui mélange pop culture et New Age, une esthétique acidulée jusqu’au kitsch qui contraste avec l’atmosphère peu à peu mortifère, une bande son électrisante, une tension dramatique qui va grandissante… autant de qualités qui auraient pu faire un grand film. Mais le cinéaste semble pécher par ambition, servant un scénario alambiqué et foutraque, multipliant les scènes qui s’étirent plus que de raison, et finit par nous perdre dans son imaginaire aussi foisonnant que nébuleux.

Dommage car cet envers du décor hollywoodien nauséabond et décadent, où même les anges semblent déchus, s’annonçait prometteur. Au final, ce lac d’argent faussement envoûtant nous laisse quelque peu groggy…

Sortie le mercredi 8 août 2018.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS