Après Mai +

20244839_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRégion parisienne, début des années 70.
Jeune lycéen, Gilles est pris dans l’effervescence politique et créatrice de son temps. Comme ses camarades, il est tiraillé entre un engagement radical et des aspirations plus personnelles.
De rencontres amoureuses en découvertes artistiques, qui les conduiront en Italie puis jusqu’à Londres, Gilles et ses amis vont devoir faire des choix décisifs pour trouver leur place dans une époque tumultueuse.

 « Cette société va devenir, à tous les niveaux, de plus en plus péniblement ridicule, jusqu’au moment de sa reconstruction révolutionnaire complète » pressentait Guy Debord, fondateur de l’Internationale situationniste, qui vit s’opposer artistes et révolutionnaires . L’ombre de l’auteur de La Société des spectacles semble planer au-dessus du film singulier que propose Olivier Assayas (Les Destinés sentimentales, Carlos) sur ses souvenirs d’adolescent et les désillusions de l’après révolution.

Avec douceur et poésie, Assayas tente de restituer la sincérité de ses émotions d’alors à travers une mise en scène lumineuse teintée d’une nostalgie mélancolique, mais dans un langage hélas trop intellectualisé.

Amours naissantes, questionnements existentiels, engagement politique, parenthèse insouciante rapidement écrasée par la nécessité d’agir, de poursuivre la révolution culturelle qui n’a finalement peut-être pas eu lieu… autant de thèmes passionnants illustrés merveilleusement par une bande son aux accents rock, suaves et brûlants.

La version DVD d‘Après Mai s’accompagne de courts bonus qui viennent enrichir le propos d’Assayas : un making off et un entretien exalté sur les difficultés du récit autobiographique et la tentative de restitution de souvenirs forcément romancés du réalisateur – une réflexion qui n’est pas sans rappeler celle de Jean-Jacques Rousseau dans ses Confessions qui s’interrogeait également sur le désir de vérité et la nécessaire distanciation vis-à-vis de la mémoire.

Un film peu commun sur un sujet finalement peu traité au cinéma, sublimement interprété par des jeunes acteurs amateurs, qui pèche toutefois par des sentences verbeuses et manque de fluidité. Il n’en reste pas moins une jolie tentative que l’on apprécie.

Sortie en DVD depuis le 17 avril 2013 (TF1 Distribution)

Retrouvez toutes les  vidéos sur le site de Cinetrarfic.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Mettre un commentaire