Blackout total

026193.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMeghan, présentatrice télé d’une trentaine d’années, a passé une sale journée. Non seulement elle vient de se faire larguer par son fiancé, mais elle n’a pas obtenu la promotion qu’elle convoitait… Pour lui remonter le moral, ses copines l’emmènent faire la fête toute la nuit. Mais le lendemain matin, elle se réveille dans le lit d’un parfait inconnu, sans argent, ni téléphone portable. Alors qu’elle parvient tout de même à consulter sa messagerie vocale, elle apprend qu’elle est de nouveau en lice pour décrocher le boulot de ses rêves. Arrivera-t-elle à temps à la chaîne de télé pour passer une audition ? Rien n’est moins sûr…

Prenez une jolie blonde à la gueule de bois sévère, affublez-la d’une robe fort aguicheuse et de talents vertigineux, embarquez-la dans une course contre la montre à travers Los Angeles et imaginez les rencontres les plus improbables – qu’il s’agisse d’un trio de dealers amateurs de mode et un tantinet siphonnés, de policiers benêts qui aiment jouer les justiciers de la nuit ou d’une conductrice de bus à la morale inébranlable – occasionnées par cette odyssée cocasse. Mélangez bien fort et vous obtiendrez Blackout Total, une comédie sympathique et plutôt soignée, qui manie les ressorts connus du genre avec une certaine convenance.
Car si le film de Steven Brill (My Movie Project) est plutôt bien ficelé, on regrette son côté trop « scolaire » et son manque de folie. Une folie que l’on aurait aimé retrouver dans le personnage interprété par une Elizabeth Banks charmante mais un peu trop « bon chic bon genre » qui détonne quelque peu avec la tonalité supposée délirante de cette comédie.

Gentillet, mais sans plus.

Sortie le 21 mai 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Mettre un commentaire