Dogman

Dans une banlieue déshéritée, Marcello, toiletteur pour chiens discret et apprécié de tous, voit revenir de prison son ami Simoncino, un ancien boxeur accro à la cocaïne qui, très vite, rackette et brutalise le quartier. D’abord confiant, Marcello se laisse entraîner malgré lui dans une spirale criminelle. Il fait alors l’apprentissage de la trahison et de l’abandon, avant d’imaginer une vengeance féroce…

Librement inspiré d’un fait divers qui s’est déroulé dans une banlieue sinistrée de Rome à la fin des années 1980 et qui a fait date dans l’histoire criminelle italienne de par son extrême violence, Dogman vient provoquer plusieurs réactions chez le spectateur. Surprenant par sa noirceur crasse et violente, le film saisit par sa mise en scène rugueuse et froide, imposant une atmosphère glauque et troublante où les personnages semblent tombés dans une profonde torpeur.

Derrière la caméra, Matteo Garrone (Gomorra) filme de manière radicale un « David contre Goliath » des temps modernes empêtrés dans une ville délabrée. La tension va crescendo dans ce drame social sublimé par l’esthétique sombre et austère et par l’interprétation tirée au cordeau des acteurs, le novice Marcello Fonte, si justement récompensé du Prix d’interprétation masculine au dernier Festival de Cannes, en tête.

« A l’origine de Dogman, il y a une suggestion visuelle, une image, un renversement de perspectives : celle de quelques chiens, enfermés dans une cage, qui assistent comme témoins à l’explosion de la bestialité humaine… C’est l’histoire d’un homme qui, dans la tentative de se racheter après une vie d’humiliations, a l’illusion de s’être libéré, et avec lui son quartier et peut-être même le monde. Mais ce dernier demeure toujours inchangé, et presque indifférent. » raconte le cinéaste.

Il en ressort un film implacable malgré la tendresse qui se dégage de la figure de l’antihéros, frêle, faillible, et pourtant si attachant.

Interdit au moins de 12 ans.

Sortie le 11 juillet 2018.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu concours The Stange ones

A bord de leur voiture, Sam et Nick sillonnent les routes de campagne américaine. Pour certains qu’ils croisent, ils sont deux frères partis camper, pour d’autres, des fugitifs. Durant ce road-trip, de mystérieux événements surviennent, faisant peu à peu éclater la vérité au grand jour…

Encore peu connus du grand public, Christopher Radcliff et Lauren Wolkstein signent avec The Strange Ones un thriller hypnotique et mystérieux, entre cauchemar et réalité. Il y est question de l’adolescence, de désirs troubles et de secrets inavouables, de la perte de l’innocence, mais également d’abus et de violences familiales. Des sujets complexes traités avec subtilité grâce à une mise en scène délicate et ô combien maîtrisée.

Des Films et des Mots vous proposent un nouveau jeu concours ! Pour tenter de remporter une des deux places de cinéma* en jeu pour découvrir The Strange Ones – en salles le 11 juillet 2018 -, il vous suffit de répondre au questionnaire en ligne en cliquant ICI avant le 10 juillet 2018 23h59. Attention : les réponses sont à préciser dans le formulaire en ligne et non en commentaire de cet article !

Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leur place de cinéma par voie postale.

Bonne chance à tous !

*valables en France métropolitaine

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Ocean’s 8

Cinq ans, huit mois, 12 jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc. À commencer par son « associée » Lou Miller. Ensemble, elles engagent une petite bande d’expertes : Amita, la bijoutière, Constance, l’arnaqueuse, Tammy, la receleuse, Nine Ball, la hackeuse et Rose, la styliste de mode. Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours. Enfin, si les filles comptent repartir de la soirée avec les diamants sans être inquiétées…

Onze ans après la sortie d’Ocean’s 13, ce nouvel opus, réalisé par Gary Ross (Hunger Games), vient compléter la trilogie initiale, avec à la clef un casting prestigieux et une bande-annonce prometteuse.

Divertissement honnête, Ocean’s 8 respecte les codes qui ont fait le succès de la saga imaginée par Steven Soderbergh : un préambule calqué sur la sortie de prison du personnage principal, la constitution de son équipe d’experts, la mise en œuvre d’un plan aussi ingénieux que risqué, et des péripéties multiples. Le réalisateur pousse le mimétisme jusqu’à reproduire la scène d’ouverture du premier volet, sous prétexte de clin d’œil complice aux fans de la première heure. Le long métrage offre 1h50 de dynamisme, dévoilant un sens du rythme maîtrisé, un retournement de situation jouissif et des actrices convaincantes, Cate Blanchett et Anne Hathaway en tête.

Si la promotion autour du film annonçait un vent de fraîcheur sur la célèbre saga, force est de constater que le résultat final laisse perplexe. A une mise en scène classique vient se greffer un casting certes 4 étoiles, mais dont on ne peut que déplorer les stéréotypes qui l’accompagnent dans le traitement des personnages. Derrière une volonté de mettre en avant les atouts d’une équipe exclusivement féminine, Gary Ross a bien malgré lui glissé vers une écriture maladroite de ses héroïnes, axant davantage son film sur le glamour que sur la cohérence du scénario. Dommage…

Sortie le 13 juin 2018.
Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS