Gabriel et la montagne

Avant d’intégrer une prestigieuse université américaine, Gabriel Buchmann décide de partir un an faire le tour du monde. Après dix mois de voyage et d’immersion au cœur de nombreux pays, son idéalisme en bandoulière, il rejoint le Kenya, bien décidé à découvrir le continent africain. Jusqu’à gravir le Mont Mulanje au Malawi, sa dernière destination.

Mêlant fiction et documentaire, Gabriel et la montagne est avant tout un bel hommage que le cinéaste Fellipe Barbosa rend  son ami disparu accidentellement en août 2009.

Point de départ de ce film hybride, l’appareil photo de Gabriel, qui a permis à Barbosa de mettre en scène les derniers jours de son ami, guidé par les témoignages des compagnons de route de Gabriel rencontrés au cours de son voyage. Chacun a d’ailleurs accepté de jouer son propre rôle et de raconter ainsi l’amitié nouée avec ce jeune idéaliste à l’enthousiasme communicatif.

Du Kenya au Malawi en passant par la Tanzanie et la Zambie, les paysages à couper le souffle se succèdent et l’histoire de Gabriel se précise : ses aspirations naïves, sa jeunesse impétueuse, ses origines bourgeoises si difficiles à assumer, son désir de voyager comme un local et « pas de manière touristique », et la motivation première de ce voyage en forme de pèlerinage à la mémoire de son père.

A travers le portrait plein de tendresse de ce rêveur attachant plane un mystère autour de sa mort. A mesure que Gabriel approche de son but, annonciateur de la fin de son merveilleux périple, celui-ci se révèle ambigu, empressé d’atteindre cette montagne tant espérée et plongeant dans une solitude nouvelle. Il congédie son guide malgré les multiples dangers de l’ascension, se défait de ses vivres et de ses vêtements, et semble perdre tout sens commun, comme happé par ce sommet chimérique…

Porté par l’excellent Jao Pedro Zappa, Gabriel et la montagne – primé à la Semaine de la Critique lors du dernier festival de Cannes – se révèle être une bien belle surprise, qui charme autant qu’elle émeut.

Sortie le 30 août 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

The lost city of Z

L’histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un des plus grands explorateurs du XXe siècle. Percy Fawcett est un colonel britannique reconnu et un mari aimant. En 1906, alors qu’il s’apprête à devenir père, la Société géographique royale d’Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour l’exploration et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett n’a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d’exploration et de gloire…

Habitué aux films intimes et sobres, James Gray (La Nuit nous appartient, Two Lovers) étonne en portant sur grand écran une épopée fascinante aux allures de grandes sagas d’aventure. Adapté du roman de David Grann, The Lost City of Z est une fresque épique et envoûtante qui saisit d’emblée par sa mise en scène maîtrisée, son classicisme teinté d’onirisme, son esthétique sublime, son charme captivant.

Portée par un casting impeccable (Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller), cette fable poétique sur l’humanisme, le sacrifice et le courage, se révèle aussi puissante que délicate.

Un film magistral.

Sortie le 15 mars 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Star Treck Sans limites

462362.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxUne aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

Chers lecteurs, je préfère vous avertir que cette critique a été rédigée par une novice de la saga créée par Gene Roddenberry. Et malgré le peu d’éléments de comparaison avec la série culte du petit écran dont les aventures ont déjà fait l’objet de deux chapitres au cinéma, je reconnais bien volontiers que ma première expérience à bord de l’Enterprise a été édifiante.

Il fallait bien un troisième opus pour célébrer le demi-siècle de la franchise Star Treck. Et ce nouveau volet ne déroge pas à la règle qui a fait son succès : de l’action à foison – des images à couper le souffle, des courses poursuite à vous tenir en haleine un asthmatique, de la castagne en veux-tu en voilà -, une intrigue assez simple -pour quiconque fait fi du langage nébuleux propre à la science fiction -, les légendaires bisbilles de Spock et du Capitaine Kirk, des dialogues pince-sans-rire, des extra-terrestres rock’n roll…

Plaisant et efficace, Star Trek sans limites nous embarque dès les premières minutes dans cet univers futuriste à l’imagination débordante… Et le générique de fin passé, on se surprend à en redemander!

Sortie le 17 août 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS