Ocean’s 8

Cinq ans, huit mois, 12 jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc. À commencer par son « associée » Lou Miller. Ensemble, elles engagent une petite bande d’expertes : Amita, la bijoutière, Constance, l’arnaqueuse, Tammy, la receleuse, Nine Ball, la hackeuse et Rose, la styliste de mode. Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours. Enfin, si les filles comptent repartir de la soirée avec les diamants sans être inquiétées…

Onze ans après la sortie d’Ocean’s 13, ce nouvel opus, réalisé par Gary Ross (Hunger Games), vient compléter la trilogie initiale, avec à la clef un casting prestigieux et une bande-annonce prometteuse.

Divertissement honnête, Ocean’s 8 respecte les codes qui ont fait le succès de la saga imaginée par Steven Soderbergh : un préambule calqué sur la sortie de prison du personnage principal, la constitution de son équipe d’experts, la mise en œuvre d’un plan aussi ingénieux que risqué, et des péripéties multiples. Le réalisateur pousse le mimétisme jusqu’à reproduire la scène d’ouverture du premier volet, sous prétexte de clin d’œil complice aux fans de la première heure. Le long métrage offre 1h50 de dynamisme, dévoilant un sens du rythme maîtrisé, un retournement de situation jouissif et des actrices convaincantes, Cate Blanchett et Anne Hathaway en tête.

Si la promotion autour du film annonçait un vent de fraîcheur sur la célèbre saga, force est de constater que le résultat final laisse perplexe. A une mise en scène classique vient se greffer un casting certes 4 étoiles, mais dont on ne peut que déplorer les stéréotypes qui l’accompagnent dans le traitement des personnages. Derrière une volonté de mettre en avant les atouts d’une équipe exclusivement féminine, Gary Ross a bien malgré lui glissé vers une écriture maladroite de ses héroïnes, axant davantage son film sur le glamour que sur la cohérence du scénario. Dommage…

Sortie le 13 juin 2018.
Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Game Night

Pour pimenter leur vie de couple, Max et Annie animent un jeu une nuit par semaine. Cette fois ils comptent sur Brooks, le frère charismatique de Max, pour organiser une super soirée à thème autour du polar, avec vrais faux malfrats et agents fédéraux ! Brooks a même prévu de se faire enlever…. sauf qu’il reste introuvable. En tentant de résoudre l’énigme, nos joueurs invétérés commencent à comprendre qu’ils se sont peut-être trompés sur toute la ligne. De fausse piste en rebondissement, ils n’ont plus aucun point de repère et ne savent plus s’il s’agit encore d’un jeu… ou pas. Cette nuit risque bien d’être la plus délirante – et la plus dangereuse – de toute leur carrière de joueurs…

Après l’insignifiant Vive les vacances, le duo de réalisateurs Jonathan Golstein et John Francis Daley (également scénaristes de Comment tuer son boss ?) se rachètent une conduite avec Game Night, une comédie multi-genres aussi déjantée que jubilatoire.

A la fois polar au scénario bien ficelé, film d’action qui fait la part belle aux cascades spectaculaires et aux courses poursuites haletantes, comédie où humour noir et situations rocambolesques font bon ménage, ce Game Night, aux allures de Cluedo louftingue s’avère fort divertissant.

Les réalisateurs prennent un malin plaisir à mener le spectateur en bateau en dosant brillamment les effets de surprise entre deux éclats de rire soudains. De l’absurde, du grotesque, du suspense, de la castagne, et un casting impeccable – dont Jesse Plemons, tout bonnement génial dans le rôle du voisin sinistre et inquiétant… Game Night est une belle surprise, honnête et efficace, qui fait passer un très bon moment en salles.

Sortie le 18 avril 2018.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Gaspard va au mariage

Après s’être tenu prudemment à l’écart pendant des années, Gaspard, 25 ans, doit renouer avec sa famille à l’annonce du remariage de son père. Accompagné de Laura, une fille fantasque qui accepte de jouer sa petite amie le temps du mariage, il se sent enfin prêt à remettre les pieds dans le zoo de ses parents et y retrouver les singes et les fauves qui l’ont vu grandir… Mais entre un père trop cavaleur, un frère trop raisonnable et une sœur bien trop belle, il n’a pas conscience qu’il s’apprête à vivre les derniers jours de son enfance.

Ce qui charme d’emblée chez le cinéaste Antony Cordier (Douches froides, Happy Few), c’est son imprévisible minutie créatrice qui nous embarque dans son univers follement rocambolesque avec une douceur infinie.

Dans Gaspard va au mariage, le cinéaste s’intéresse au délicat passage à l’âge adulte, aux difficultés de sortir de l’enfance et du cocon familial, de s’aventurer à la rencontre et de voir son univers possiblement voler en éclats. Un sujet familier traité ici avec une grâce toute poétique teintée d’une fantaisie douce et décalée.

Dans cette comédie aux airs de conte initiatique, les histoires se croisent et se décroisent : il y a certes Gaspard (Félix Moati), rêveur contrarié, génial inventeur du bouchon parachute ou de la planche à pain pour mangeoire à oiseaux, parti vivre d’autres aventures loin des siens ; Virgil (Guillaume Gouix), l’aîné responsable et pragmatique qui tente de maintenir à flot un zoo en pleine dérive ; Coline, la benjamine flanquée d’une peau d’ours qui idéalise Gaspard et semble ne pas vouloir grandir ; Max (Johan Heldenbergh), patriarche haut en couleur et futur marié volage qui panse ses blessures en plongeant au milieu de poissons-docteurs ; et Laura (Laëtitia Dosch), jeune femme un brin aventurière qui vient à son insu perturber l’équilibre particulier de cette cette famille marginale éprise de liberté.

Insolite, singulier et parfois déroutant, Gaspard va au mariage séduit par son atmosphère réaliste et féerique, sa mise en scène poétique et aérienne, son casting en tout point parfait, son écriture originale et inspirée.

Voilà un film d’une belle inventivité aussi réjouissant que rafraîchissant !

 

Sortie le 31 janvier 2018.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS