Red Army

534408.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRed Army retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace surnommée « l’Armée Rouge », qui enchaîna les succès du temps de Brejnev.

Face à la caméra affûtée de Gabe Polsky, Slava Fetisov, l’ancien capitaine de l’équipe, revient sur son parcours hors du commun : adulé en héros national, puis condamné comme ennemi politique pour avoir rejoint la Ligue nationale de hockey (nord-américaine) tandis que la guerre froide sévissait, Fetisov, méfiant, se livre d’abord à demi-mot. Si la confiance s’instaure peu à peu avec son interlocuteur, l’ancien sportif au charisme électrique ne baisse jamais la garde, maniant l’ironie comme il manie la crosse.

Entre témoignage glaçant et souvenirs touchants, les révélations s’enchaînent, illustrées par des images d’archives inédites : des chorégraphies orchestrées par les ballets du Bochoï aux tactiques empruntées au jeu d’échec (Karpov, le champion du monde, sera l’un des conseillers de l’équipe nationale de hockey) en passant par les entraînements quotidiens dans des camps fermés onze mois par an, toutes les stratégies sont bonnes pour fabriquer des vainqueurs aux allures de machines de guerre. A commencer par l’embrigadement, où l’on comprend que le collectif prime sur l’individu, que la mère patrie a tous les droits et que la liberté n’est que chimère…

Porté par Werner Herzog et le producteur Jerry Weintraub, Red Army est un documentaire passionnant, mêlant humour et confidences terribles, sur la grandeur et la décadence d’une équipe, à l’image de ce que fut l’URSS. A voir, absolument.

Sortie le 25 février 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Loin des hommes

594635.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx1954. Alors que la rébellion gronde dans la vallée, deux hommes, que tout oppose, sont contraints de fuir à travers les crêtes de l’Atlas algérien. Au coeur d’un hiver glacial, Daru, instituteur reclus, doit escorter Mohamed, un paysan accusé du meurtre de son cousin. Poursuivis par des villageois réclamant la loi du sang et par des colons revanchards, les deux hommes se révoltent. Ensemble, ils vont lutter pour retrouver leur liberté.

Librement inspiré de L’Hôte, une nouvelle d’Albert Camus, Loin des hommes propose un voyage philosophique en suivant les pérégrinations de deux personnages pris au piège de la violence environnante.

L’identité, l’appartenance, l’héritage, l’honneur, la justice et son absurdité, la fuite, la confrontation, le courage, la fraternité… autant de notions abordées tout au long du film, en plein coeur des montagnes de l’Atlas.

« Bien qu’écrit il y a soixante ans, [ce texte] m’a semblé très contemporain et applicable au monde d’aujourd’hui, dans de nombreuses régions au bord de la rupture. J’ai retrouvé dans la problématique que vit Daru, le héros de la nouvelle, des questions que je me pose : la difficulté de s’engager, la difficulté d’y voir clair dans un monde instable, la difficulté de l’action, la tentation du repli sur soi » révèle David Oelhoffen, qui met en scène un film poignant aux airs de western rugueux, âpre et mélancolique.

Face à la caméra, Viggo Mortensen livre une interprétation subtile d’un homme tiraillé entre devoir et obligation. A ses côtés, Reda Kateb est impeccable, trouvant l’équilibre parfait entre fierté et humilité.

Un duo remarquable, une photographie sublime, des paysages arides d’une beauté infinie, un rythme empreint de lenteur… Et malgré cela, Loin des hommes laisse une sensation d’éphémère : on aurait tant aimé garder cette histoire intemporelle en tête, mais celle-ci semble nous échapper bien malgré nous.

Sortie le 14 janvier 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Pride

158254.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRoyaume Uni, été 1984. Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de la Gay Pride à Londres, un groupe d’activistes gay et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs en grève. Mais l’Union nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller remettre l’argent aux ouvriers en mains propres. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.

Brillant, drôle, émouvant, fantasque, joyeux, stimulant… les adjectifs dithyrambiques ne manquent pas pour qualifier les émotions ressenties devant Pride, une comédie sociale à l’énergie débordante construite autour des notions de solidarité, de luttes et d’humour.

Inspiré d’un fait réel qui permit aux droits des homosexuels d’être reconnus et protégés par la communauté LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels), le manifeste du parti Travailliste et le Congrès des Syndicats, ce film éloquent, réalisé par Matthew Warchus, lève le voile sur un pan de l’histoire méconnu des Anglais.

Servi par un casting impeccable, qu’il s’agisse du génial Bill Nighy, irrésistible dans le rôle du vieux garçon paré de cet incomparable flegme britannique, de l’épatante Imelda Staunton, chef de file courageuse et volcanique, ou du jeune Ben Schnetzer, leader attachant et héroïque du mouvement LBGT, Pride bouleverse autant qu’il enthousiasme en faisant se rencontrer deux univers a priori antinomiques avec une intelligence rare et une fantaisie communicative.

Une comédie engagée, édifiante sans jamais être  moralisatrice, et surtout, pleine d’espoir.

Sortie le 17 septembre 2014.
Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS