Jeu concours Un Vent de liberté

Nouveau coup de cœur en vue! Un Vent de liberté, signé par le réalisateur iranien Behnam Behzadi, sort en salles le 19 juillet prochain. Avant de vous reparler de ce portrait de femme particulièrement émouvant, nous vous proposons un nouveau jeu concours avec, en jeu, deux places de cinéma*.

Niloofar, 35 ans, vit seule avec sa mère. Pour protéger celle-ci de la pollution de l’air de Téhéran, la famille décide unilatéralement que Niloofar devra déménager et vivre avec sa mère à la campagne… Alors qu’elle s’est toujours pliée aux exigences des autres, cette fois elle leur tiendra tête.

Tentez votre chance en répondant au questionnaire en ligne ICI avant le 20 juillet 2017, 23h00. Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leurs places de cinéma par voie postale.

Bonne chance à tous !

*valables en France métropolitaine ; une seule participation par personne.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

On the Milky road

Sous le feu des balles, Kosta, un laitier, traverse la ligne de front chaque jour au péril de sa vie pour livrer ses précieux vivres aux soldats. Bientôt, cette routine est bouleversée par l’arrivée de Nevesta, une belle réfugiée italienne. Entre eux débute une histoire d’amour passionnée et interdite qui les entraînera dans une série d’aventures rocambolesques.

Un univers faussement foutraque qui semble fait de bric et de broc, une pendule folle qui inverse les aiguilles du temps, une poule sauteuse qui ne pond qu’en l’air, un fidèle faucon qui s’improvise animal de compagnie, un serpent qui se repaît de lampées de lait, des nuées d’instants magiques où de petits miracles se produisent… et au milieu de toute cette poésie délicate et farfelue rythmée par une ritournelle entêtante, des personnages fantasques et attachants.

Nouvelle pépite signée Emir Kusturica, On the milky road est une bouleversante histoire d’amour sur fond de guerre des Balkans. Le rôle du guerrier-fermier-solitaire-amoureux sied d’ailleurs comme un gant au réalisateur qui s’improvise acteur. A ses côtés, Monica Bellucci interprète une femme en cavale, douce et sensuelle, sublimement filmée.

Ajoutez à ce couple inattendu une distribution inspirée, une photographie lumineuse, une créativité sans limite, une maîtrise du cadre à la fois rigoureuse et désinvolte, une évolution de ton habilement menée qui vous fait passer du rire aux larmes en un battement de cils, et vous obtenez un film plein d’émotions, que l’on aime jusque dans ses imperfections.

Sortie le 12 juillet 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Visages villages

Une femme. Petite et rabougrie par le poids de ses 88 printemps. Réalisatrice reconnue de la Nouvelle vague, elle a su porter son regard aiguisé sur le cinéma, regard qui malheureusement est peu à peu rendu flou par la maladie. Cette femme qui n’a rien perdu de sa vivacité d’esprit et de sa créativité, c’est Agnès Varda.

Un homme. Jeune photographe fringant de 33 ans, chapeauté et caché derrière de grandes lunettes noires, connu pour ses projets pharaoniques. C’est JR.

55 ans les séparent et pourtant, ils se sont associés le temps d’un film non identifié. Sorte de making-of sur un projet participatif, Visages villages invite des inconnus à se faire tirer le portrait, pour le coller dans des dimensions XXL sur des murs d’usine ou de maisons abandonnées.

Ce duo insolite, plus proche d’Harold et Maude que de Starsky et Hutch, nous emmène donc à bord d’un camion-photomaton pour parcourir les routes à la rencontre des visages de France. Allant du Nord au Sud, de la mine à la garrigue en passant par un cimetière oublié, la balade nous offre également un autre visage de la France.

Après le processus de création, la réalisation de l’œuvre parfois équilibriste, l’émotion naît de la découverte du portrait sur le mur. Grâce à ce documentaire poétique, les deux artistes ont su recréer du lien et rendre l’art accessible à tous autour de cette idée de partage et d’échange. Plein d’humanité et de belles rencontres Visages villages est rempli de bienveillance et touche aussi bien par son propos que par ses images.

Ce dernier tour de France sur les traces du passé amène Agnès Varda à emmagasiner des images avant que la maladie ne lui enlève la vue, elle qui a su si bien filmer la vie.

Et comment ne pas évoquer le plus beau moment du film : l’hommage fait au film Bande à part de Jean-Luc Godard, à travers une scène de course effrénée dans les couloirs du musée du Louvre. Un pur instant de poésie !

Sortie le 28 juin 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS