Les Nouveaux Sauvages

346941.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxVulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros des Nouveaux sauvages franchissent l’étroite frontière qui sépare la raison de la folie. Une trahison amoureuse, le retour d’un passé refoulé, une incivilité au volant… sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent les pédales et éprouve l’indéniable plaisir du pétage de plombs.

Produit par les frères Almodovar, Les Nouveaux sauvages est un film à sketches qui s’inscrit dans la lignée des comédies à l’italienne des années 60, croquant avec mordant l’absurdité du quotidien poussée à son extrême.

A travers six tableaux, le réalisateur argentin Damian Szifron dépeint des situations communes ô combien grotesques avec un humour abrasif. Plaçant le spectateur à hauteur des personnages, il propose un formidable exutoire en imaginant des dénouements explosifs comme beaucoup d’entre nous ont pu imaginer sans jamais passer – fort heureusement – à l’acte.

Irrévérencieux, survolté, génialement timbré, Les Nouveaux sauvages est un film jubilatoire chaudement recommandé!

Sortie le 14 janvier 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Si je reste

542031.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle. Quand, un jour, tout s’arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture… Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l’hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d’avant, imagine sa vie d’après… et doit prendre une terrible décision.

Raconter une romance adolescente sans verser dans le sentimentalisme ingénu peut s’avérer ardu (n’est pas Shakespeare qui veut). En adaptant le roman éponyme de Gayle Forman, R.J Cutler (The September Issue) n’évite malheureusement pas les écueils du genre et nous sert une bluette doucereuse sans grand intérêt.

En dépit d’une mise en scène tenue et d’un casting honnête porté par Chloë Grace Moretz (Kick-Ass, Sils Maria), jeune pousse montante du cinéma américain, la tonalité sucrée de ce film somme toute gentillet mais bien trop mielleux finit par rester sur l’estomac (1h46 de mièvrerie, même avec la meilleure volonté du monde, c’est long).

En bref, si vous avez plus de 16 ans, passez votre chemin.

 Sortie le 17 septembre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS