Jeu concours A Fond

Vous aimez la vitesse ? Vous aimez l’action, l’humour, André Dussolier et prendre la route en famille ? Que diriez-vous de tenter votre chance pour remporter un DVD ou un Blu Ray de la comédie A Fond, de Nicolas Benamou (Baby sitting 1 et 2) ?

L’histoire est celle d’une famille qui embarque dans son monospace flambant neuf direction la route des vacances. Tom (José Garcia), le père, enclenche son régulateur de vitesse électronique sur 130 km/h. Au moment où une dernière bourde de Ben (André Dussolier), le beau-père, pousse Julia (Caroline Vigneaux), excédée, à demander qu’on fasse demi-tour, Tom s’aperçoit qu’il ne contrôle plus son véhicule. L’électronique de bord ne répond plus, la vitesse est bloquée à 130 km/h. Une voiture folle, six passagers au bord de la crise de nerfs et un embouteillage monstre qui les attend à moins de deux cents kilomètres de là…

Le taux d’adrénaline monte en flèche, les situations rocambolesques se multiplient, et les cascades ont de quoi vous laisser scotché à votre fauteuil. On ne vous en dit pas plus… Pour participer au jeu concours, il suffit de répondre au questionnaire en ligne ici avant le 18 mai 2017.

Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leur lot dans les meilleurs délais.

Bonne chance à tous!

Sortie en DVD et en Blu Ray le 3 mai 2017. 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu concours L’Odyssée

238897.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxUn nouveau jeu concours sur Des Films et des Mots ! A gagner, l’un des 2 DVD ou l’édition Blu-ray de L’Odyssée, superbe épopée réalisée par Jérôme Salle, entouré de Lambert Wilson, Audrey Tautou et Pierre Niney.

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

Pour tenter de remporter une édition DVD ou Blu-ray, il suffit de répondre au questionnaire en ligne en cliquant sur ce lien avant le 20 mars 2017 minuit*. Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leur lot par voie postale dans les meilleurs délais.

Bonne chance à tous!

Sortie en DVD et Blu-ray le 8 mars 2017.

*Jeu concours valable en France métropolitaine. Une seule participation par personne enregistrée.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Un Vrai faussaire

459979-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxPeintre de talent et voyou, Guy Ribes, 65 ans, est le plus prolifique des faussaires français recensés à ce jour ayant inondé le marché de l’art pendant 30 ans. En 2005, la police a saisi plus d’une centaine de ses « faux » et en 2010 le Tribunal de Créteil l’a condamné à trois ans de prison, dont un an ferme. Guy Ribes n’a jamais rien copié. Ses Picasso, ses Matisse, ses Chagall, et autres Léger ont l’apparence trompeuse du « vrai » et égalent leurs inspirateurs. Mais combien de faux de sa main, authentifiés par des experts, vivent encore aux murs des collectionneurs, des galeries ou des musées ? Et dans les pages de catalogues raisonnés ? Guy Ribes nous livre les secrets de fabrication de ses «balourds » contant, avec une gouaille de marlou, une vie de flambe, de plaisir et d’arnaques. La dernière, celle qui l’a fait tomber, sort tout droit d’une série noire. On y croise une veuve bidon, de faux héritiers, un « pigeon » suisse collectionneur et des marchands sans scrupules. Le policier qui l’a arrêté, le procureur, l’expert judiciaire et un collectionneur floué révèlent les autres facettes de ce personnage incroyable, qu’on pourrait croire sortir tout droit d’une fiction… Tout au long du film, le pinceau de Guy Ribes crée sous nos yeux une toile qui semble signée de la main des maîtres qui l’ont inspiré.

« Les récits des faussaires sont parfois aussi vrais que leurs oeuvres », dit un proverbe chinois. Tel aurait pu être le sous-titre du documentaire de Jean-Luc Léon.

Goguenard au langage fleuri, l’oeil qui frise derrière ses montures demie-cerclée, des intonations qui rappellent celles de Johnny Hallyday, un visage bonhomme sous un chapeau en feutrine noire, la pipe à la bouche et un foulard moucheté qui parfait la panoplie de l’élégant, Guy Ribes inspire d’emblée la sympathie. Ce vrai faussaire nous accueille chez lui et nous révèle son savoir-faire d’artiste du faux avec amusement.

A mesure que les confidences se font, le spectateur se prend de sympathie pour ce peintre au sacré coup de pinceau et au regard aiguisé : « Les gens se rendent pas compte mais c’est pas le motif le plus difficile à faire. C’est l’âme », dit-il philosophe. La caméra complice du cinéaste ne loupe aucun détail de cette personnalité rocambolesque : les traits du visage qui se détendent ou au contraire se contractent au gré des évocations de son parcours, ponctués par des souvenirs d’enfance, des « coups de maîtres », des entourloupes plus ou moins réussies, de son arrestation.

Et puis soudain, le visage se fait lumineux et Ribes nous emmène sur les pas de Chagall, de Léger, de Miro… « Picasso avait une manière de fermer ses dessins qui est unique, une manière de placer ses perspectives… Y’a des tas de trucs à savoir. Le plus dur, c’est de choper le rythme. Le plus dur, c’est de savoir arrêter le tableau. Toute ta vie t’apprends à t’arrêter. Il faut laisser l’art prendre le dessus sur ton orgueil à trop vouloir bien faire » raconte-t-il avec une étonnante humilité.

Le blanc du Corbusier, le jeu de lumière chez Matisse, la géométrie chez Picasso… entre anecdotes et petits secrets, l’artiste nous livre un surprenant cours d’histoire de l’art, précis, technique, joyeux et passionnant.

« Comme son nom l’indique c’est un film qui joue sur la frontière ténue entre réalité et mensonge qui évoque des faussaires, en peinture mais aussi en littérature. A la fin du film, une question vient immédiatement à l’esprit : « Et si un faux avait plus ou autant de valeur qu’un vrai ? ».  » s’interroge Jean-Luc Léon au moment du documentaire. Construit comme une enquête rondement menée, où il est difficile de démêler le vrai du faux et où le marché de l’art apparaît comme défaillant, le réalisateur livre un portrait fascinant d’un génie de l’entourloupe qui pourrait bien nous avoir bernés depuis le début !

Sortie en coffret DVD et en VOD le 6 décembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS