Mon Top 10 des films sortis en 2018

Clap de fin pour 2018, bienvenue 2019 ! 365 nouvelles pages à écrire, pleines de nouvelles aventures et de découvertes à vivre sur grand écran. Je vous souhaite une merveilleuse année cinématographique, remplie de belles émotions, d’étoiles plein les yeux, et d’histoires qui vous font battre le cœur très fort  !

L’occasion de revenir sur cette année écoulée et de me prêter au jeu du « top 10 ». Sur les près de 700 films (!) sortis en France en 2018, je dois admettre n’en avoir vu « que » 84. Beaucoup de bons films, une poignée de grands crus, et quelques loupés à déplorer. En dépit de ce panorama « réduit », voici mes coups de cœur, que vous partagez peut-être :

10. Melle de Jonquières, d’Emmanuel Mouret, pour la beauté de la langue française

9. Capharnaüm* de Nadine Labaki, Prix du Jury au Festival de Cannes 2018, sur lequel j’ai écrit quelque temps plus tôt

8. My Lady, de Richard Eyre, une belle surprise avec Emma Thompson

7. La Tendre indifférence du monde, de Adilkhan Yerzhanov, autre surprise (kazakhe qui plus est) également découverte à Cannes

6. Cold War, de Pawel Pawlikowski, Prix de la mise en scène à Cannes

5.  Phantom Thread, de Paul Thomas Anderson (une mise en scène sublime et puis, Daniel Day Lewis quoi !)

4. Razzia, de Nabil Ayouch (une jolie claque)

3. Le Poirier sauvage*, de Nuri Bilge Ceylan, injustement boudé par le jury cannois, dont je vous avais parlé en août 2018

2. Girl, de Luka Dhont, récompensé de la Caméra d’or au Festival de Cannes

1. Call me by your name, de Luca Guadagnino, Oscar du meilleur scénario en 2018… Il fait partie de ces films que « j’aime d’amour » pour des raisons évidemment subjectives – l’Italie, la Lombardie, le parfum nostalgique, Timothée Chalamet, la mise en scène solaire, la musique sublime, le scénario de James Ivory – mais assumées

Bref, un palmarès international, que l’on peut juger consensuel au vu du nombre de films qui concouraient dans diverses sélections cannoises (5/10) mais qui démontre une belle créativité à l’échelle mondiale. Et ça, c’est plutôt enthousiasmant !

Allez, vous vous prêtez au jeu ? Dites-moi en commentaire quels ont été vos coups de coeur (et/ou vos coups de gueule d’ailleurs) en matière de films en 2018 !

*Les critiques de ces deux films sont en ligne sur Des Films et des Mots

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Capharnaüm

À l’intérieur d’un tribunal, Zain, un garçon de 12 ans, est présenté devant le juge. À la question :  » Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? « , Zain lui répond :  » Pour m’avoir donné la vie ! « . Capharnaüm retrace l’incroyable parcours de cet enfant en quête d’identité et qui se rebelle contre la vie qu’on cherche à lui imposer.

Prix du jury au Festival de Cannes 2018, Capharnaüm aborde sans concession l’enfance maltraitée en brossant le portrait d’une société libanaise à la dérive, où les enfants grandissent comme ils peuvent, par eux-mêmes, dans la rue.

La réalisatrice Nadine Labaki a souhaité croiser plusieurs thèmes essentiels dans ce film : les immigrés clandestins, la maltraitance infantile, les travailleurs immigrés, la notion de frontières et leur absurdité, le racisme, la peur de l’autre, l’impassibilité de la convention des droits des enfants…

Aborder autant de sujets complexes peut s’avérer délicat tant le risque de tomber dans la victimisation, le misérabilisme, ou de s’ériger en donneur de leçons est grand. La cinéaste réussit à éviter ces écueils en proposant une fable réaliste, où la mise en scène romanesque sert intelligemment une démarche documentaire.

« Le propos de Capharnaüm requiert une authenticité absolue. Je devais ça à tous ceux pour qui le film servira d’étendard pour leur cause. Il fallait donc que les acteurs soient des gens qui connaissent les conditions dont il est question afin d’avoir une légitimité pour parler de leur cause. » poursuit Labaki.

La caméra est posée à hauteur d’enfant et capte le regard de Zain, qui joue son propre rôle, celui d’un gamin devenu adulte trop vite, avec une sincérité bouleversante. On suit son histoire le cœur serré au gré de ses malheurs, des injusticesses, de ses rencontres heureuses aussi, des petits moments de répit faits de tendresse et de drôlerie, comme si l’enfance reprenait un court instant ses droits.

Voici un conte poignant qui dérange autant qu’il donne à réfléchir. Un film nécessaire.

Sortie le 17 novembre 2018.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu concours A la recherche d’Ingmar Bergman

Une rentrée cinéphile, ça vous dit ?

A l’occasion du centenaire de la naissance d’Ingmar Bergman, la cinéaste allemande Margarethe Von Trotta livre un documentaire subtil et passionnant sur l’un des réalisateurs les plus importants de l’histoire du cinéma.

Revisitant les scènes emblématiques de sa filmographie, elle nous guide à travers ce film comme conteuse et comme narratrice. L’occasion de partir à la rencontre d’acteurs et de réalisateurs internationalement reconnus tels que Carlos Saura, Olivier Assayas, Ruben Ostlund ou encore Mia Hansen-Love, qui ont été influencés par le maître suédois.

Découvrir le travail de Bergman, le rôle que les femmes de sa vie ont joué dans son oeuvre et mieux comprendre cette personnalité fascinante : c’est la démarche entreprise par Margarethe von Trotta à travers le documentaire A la recherche d’Ingmar Bergman, en salles le 5 septembre 2018.
Nous vous proposons un nouveau jeu concours pour tenter de remporter deux places de cinéma pour ce film passionnant.  Pour participer, il vous suffit de répondre au questionnaire en ligne ICI avant le jeudi 5 septembre 2018 23h59.
Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leurs places par voie postale.
Bonne chance et belle rentrée à tous !
Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS