Jeune femme

Un chat sous le bras, des portes closes, rien dans les poches, voici Paula, de retour à Paris après une longue absence. Au fil des rencontres, la jeune femme est bien décidée à prendre un nouveau départ. Avec panache.

Premier long métrage de Léonor Serraille, Jeune femme est une comédie foutraque et mélancolique, extravagante et à fleur de peau, à l’image de son héroïne exaspérante et profondément émouvante.

Récompensé de la Caméra d’or lors du dernier Festival de Cannes, ce portrait de femme joliment singulier met en scène le parcours chaotique d’une trentenaire instable et malheureuse qui, après une rupture amoureuse qui se révélera libératrice, se retrouve seule face à elle-même. La solitude l’angoisse, la dérive rôde, le spleen nocturne a quelque chose de rassurant. Paula l’ingénue est une émotive imprévisible qui semble ne pas « avoir les codes » de ce qui l’entoure. Perdue dans ce Paris au visage hostile, c’est par le biais de ses rencontres inattendues, et souvent saugrenues, qu’elle va réussir à se trouver.

« Dans la vie, je tourne souvent autours de personnages contradictoires, sur la brèche. Il me semble qu’ils nous surprennent, nous déstabilisent, car même s’ils ne sont pas faciles à vivre, précisément, de vie, de tendresse, ils en sont pleins. Je suis attachée à ces tempéraments la fois forts et vulnérables, trahis par leurs qualités, sublimés par leurs failles. J’ai voulu aborder l’amour comme une soif à épancher, un puits à remplir, un tout ou un rien, et qu’entre ce tout et ce rien flottent au même niveau l’espoir et un penchant pour le vide, la chute, l’implosion. » explique Léonore Serraille.

Nous voici plongés dans un tourbillon déroutant personnifié par la fantas(ti)que Laëtitia Dosch (La bataille de Solférino, de Justine Triet), qui exalte de vitalité et de fragilité.  Intime et libre, voici un film qui prend d’abord à rebrousse-poil avant de venir nous caresser tout doucement, sans que l’on s’y attende.

Sortie le 1er novembre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

L’Assemblée

Le 31 mars 2016, place de la République à Paris naît le mouvement Nuit debout. Pendant plus de trois mois, des gens venus de tous horizons s’essayent avec passion à l’invention d’une nouvelle forme de démocratie.
Comment parler ensemble sans parler d’une seule voix ?

Réalisatrice de documentaires, Mariana Otero ( (Histoire d’un secret, sur la mort de sa mère, Entre nos mains, sur la mobilisation d’employés d’une usine de lingerie en liquidation) définit son « rapport au monde par le désir de filmer ». Au moment où le mouvement « Nuit debout » s’est formé, la cinéaste a décidé de porter sa caméra du côté de la place de la République pour capter l’essence de ce mouvement citoyen spontané, né dans le sillage des manifestations contre la loi travail, en 2016 .

Elle raconte : « Je ne savais pas ce qui était en train de se passer mais je comprenais que c’était extraordinaire et méritait d’être raconté. En plein état d’urgence, plusieurs mois après les attentats, cette place qui avait été un lieu de deuil et de commémoration était transfigurée et devenait un lieu de résistance, de réflexion et d’échanges. Au départ, j’ai pensé que j’allais rendre compte des diverses commissions et initiatives qui se multipliaient chaque jour sur la place, en mettant régulièrement des scènes en ligne sur internet. Mais très vite j’ai compris que ce format serait insuffisant. Pour apporter un regard différent des médias qui, eux se focalisaient plutôt sur le spectaculaire sans avoir le temps de comprendre de l’intérieur ce qui se pensait sur la place, il fallait donner le temps au temps et faire un film qui donne une forme à ce qui se construisait jour après jour. C’était ma façon de participer et de m’engager dans ce que je pressentais comme quelque chose d’historiquement important. Il faut dire aussi que je retrouvais à Nuit debout, une problématique qui m’obsède comme citoyenne et qui fait le coeur de mon cinéma depuis 25 ans : comment construire quelque chose ensemble tout en considérant chacun dans sa singularité? Comment réinventer le collectif ? ».

L’angle choisi est celui des débats, joyeux et passionnés, portés par l’euphorie de cette assemblée générale balbutiante. Le désir d’échanger, de discuter et d’écouter l’autre est manifeste, la parole s’organise et se transmet alors tant bien que mal, le « chronomètre » veille au respect du temps de parole de chaque intervenant… Les  commissions foisonnent, concrètes ou utopistes, les revendications se formulent, les réflexions se précisent, mais peu d’action en découle, au grand dam de certains.

Peu à peu, la caméra se fait oublier et la réalisatrice, au plus près de son sujet, parvient, dans ce brouhaha collectif, à extraire un regard, en proie au doute ou au contraire, exalté, à donner un visage à ce groupe d’anonymes. Sans complaisance, Mariana Otero s’attache à révéler les difficultés rencontrées pour que « Nuit debout » continue : chaque jour, il faut remonter les tentes, subir les éventuels caprices de la météo, affronter les forces de l’ordre… avec cette même énergie  obstinée à réinventer ensemble une démocratie dans laquelle chacun puisse s’y retrouver.

Les mois passent et, face à l’inertie, le vaste chantier s’étiole : l’effervescence du début cède la place au doute et au découragement, le mouvement s’essouffle et la parole s’évanouit. Mais ce que montre avant tout L’Assemblée, c’est bel et bien l’engouement citoyen. Voilà un film essentiel sur la nécessité de reprendre la parole et de se réapproprier le débat politique.

 Sortie le 18 octobre 2017.
Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Le Voyage au Groenland

184397-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxThomas et Thomas cumulent les difficultés. Comédiens en quête de rôles, trentenaires ingénus, parisiens désabusés… Un jour, ils décident de s’envoler pour Kullorsuaq, l’un des villages les plus reculés du Groenland où vit Nathan, le père de l’un d’eux. Au sein de la petite communauté inuit, ils découvriront les joies des traditions locales et éprouveront leur amitié.
Une ode à l’amitié, une comédie poétique à l’humour suranné, des personnages singuliers joliment décalés, un univers naïf, tendre et délicat. Pas de doute, nous sommes bien dans l’imaginaire lumineux de Sébastien Betbeder, qui, après nous avoir régalés des ces précédentes fantaisies aux multiples nuances (2 automnes 3 hivers, Marie et les Naufragés), nous invite à la quiétude non dénuée de fantasque.
Présenté au Festival de Cannes 2016 dans la sélection ACID, Le Voyage au Groenland séduit par son charme désenchanté, ses anti-héros enfantins, sa douce musique électro teintée de nostalgie, ses rapports père-fils mélancoliques où l’on se tait par pudeur et où l’on s’étreint par nécessité, sa découverte d’un ailleurs et d’un autre possible.
Moins enlevé que ses précédents films, Le Voyage au Groenland fait partie de ces films où il ne se passe a priori pas grand chose, mais qui vous accompagne encore un bon moment après avoir quitté la salle de cinéma.

Sortie le 30 novembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS