La Belle et la Meute

Lors d’une fête étudiante, Mariam, jeune Tunisienne, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ?

« N’abandonne pas tes droits ». Cette réplique que Youssef invoque avec vigueur à Mariam résonne encore, une fois passé le générique de fin. Inspiré d’une histoire vraie, La Belle et la meute évoque un sujet d’une intolérable actualité. Mais en abordant des thèmes sociétaux et politiques sous l’angle du thriller, la réalisatrice Kaouther Ben Hania parvient à insuffler une puissance inouïe à son récit écrit avec concision.

Construit en forme de puzzle, le film retrace l’absurde parcours du combattant que la victime doit mener pour faire entendre ses droits. Filmé caméra à l’épaule, le drame gagne en tension, porté par une mise en scène anxiogène à souhait, où les ellipses racontent plus que les mots ou les images. Porté par l’interprétation ciselée de Mariam Al Ferjani, héroïne tragique et courageuse, La Belle et la Meute révolte, émeut, bouleverse.

Un film engagé, militant, d’une absolue nécessité, qui dénonce une odieuse réalité, et qu’il faut voir au plus vite.

Sortie le 18 octobre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

L’Atelier

 Après avoir porté sa caméra dans une salle de classe, Laurent Cantet, adepte des récits d’apprentissage, fait d’un atelier d’écriture un lieu de réflexion et d’initiation.

En plein cœur de l’été, Olivia (Marina Foïs), écrivain reconnu, mène cet atelier d’écriture, composé d’un petit groupe de jeunes  en réinsertion. Le but recherché est l’élaboration d’un roman noir dont l’intrigue se situe dans l’historique chantier naval de La Ciotat. La recherche pédagogique, tout comme les errements de la création, sont restitués avec un réalisme saisissant.

Au cours des échanges animés, l’un des protagonistes se démarque par des propos provocateurs. Il s’agit d’Antoine (Matthieu Lucci), jeune loup solitaire biberonné aux jeux vidéo et aux images ultra violentes. A la fois effrayée et intriguée par le comportement du jeune homme, Olivia tente d’en savoir davantage à son sujet, puisant ainsi une nouvelle matière à son propre roman.

Dès lors, un jeu du chat et de la souris s’instaure entre le jeune homme en rupture et l’écrivain en manque d’inspiration, les amenant à s’espionner mutuellement. L’intrigue rondement menée place le spectateur sous haute tension et atteint son paroxysme lors d’une scène aux bords de la falaise.

Partisan d’un cinéma du réel, Laurent Cantet réunit une fois encore un casting de non professionnels des plus inspirés pour incarner ces jeunes en réinsertion. Le cinéaste signe là un portrait de groupe d’une belle sensibilité à travers un récit d’une rare intensité dramatique.

En salles le 11 octobre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Clash

005135-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxLe Caire, été 2013, deux ans après la révolution égyptienne. Au lendemain de la destitution du président islamiste Morsi, un jour de violentes émeutes, des dizaines de manifestants aux convictions politiques et religieuses divergentes sont embarqués dans un fourgon de police. Sauront-ils surmonter leurs différences pour s’en sortir ?

Après Les Femmes du bus 678 qui dénonçait la condition féminine en Egypte, Mohamed Diab se fait à nouveau le témoin de son époque et revient sur les affrontements qui ont opposé, au lendemain du renversement du président Morsi par l’armée, les Frères musulmans, partisans de celui-ci, et les soutiens des militaires.

Présenté en sélection Un certain regard au dernier Festival de Cannes, Clash filme sans concession l’échec de la révolution égyptienne. Caméra à l’épaule, Diab joue avec les contrastes, entre plans larges sur la ville en guerre et plans resserrés dans le fourgon où les manifestants sont enfermés. Dans ce huis-clos confiné où l’on frôle la claustrophobie, le cinéaste fait monter la tension – chacun des protagonistes justifiant son point de vue avec véhémence – sans omettre de la ponctuer de quelques respirations, telle la très jolie scène du karaoké, seul moment où tous les prisonniers semblent en paix, comme réunis par le rire.

Si le scénario paraît bien souvent confus, on retiendra surtout de ce Clash sa mise en scène tirée au cordeau, ses acteurs impeccables au jeu tout en puissance, et son propos saisissant, révélant toute la violence et l’absurdité d’un combat dont on peine à comprendre les enjeux véritables.

Sortie le 14 septembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS