Jeu concours Love Hunters

Australie, été 1987. Un soir, alors que la jeune Vicki Maloney se rend à une soirée, elle est abordée dans la rue par Evelyn et John White, deux trentenaires qui l’invitent chez eux. Sur place, elle comprend qu’elle est tombée dans un piège. Séquestrée, sa seule chance de survie sera d’exploiter les failles du couple…

Âme sensible, s’abstenir. A travers Love Hunters, son premier long métrage, Ben Young livre un thriller psychologique axé sur la dépendance amoureuse et les dérives qu’elle peut entraîner… Prêts à tenter l’expérience?

Pour tenter de remporter 1 place de cinéma* pour découvrir ce film sous haute tension, en salles le 12 juillet prochain, il suffit de répondre au questionnaire en ligne ici ** avant le 11 juillet 2017 (23h59). Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leur lot par voie postale.

Bonne chance à tous!

*Valable en France métropolitaine. 

**Les réponses doivent être formulées au sein du questionnaire et non en commentaire de cet article pour que la participation soit validée.

.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Citoyen d’honneur

156782.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Argentin Daniel Mantovani, lauréat du Prix Nobel de littérature, vit en Europe depuis plus de trente ans. Alors qu’il refuse systématiquement les multiples sollicitations dont il est l’objet, il décide d’accepter l’invitation reçue de sa petite ville natale qui souhaite le faire citoyen d’honneur. Mais est-ce vraiment une bonne idée de revenir à Salas dont les habitants sont devenus à leur insu les personnages de ses romans ?

Comédie satirique à quatre mains signée Mariano Cohn et Gaston Duprat, Citoyens d’honneur met en scène le retour au pays d’un illustre écrivain, blasé et parvenu, qui va être confronté à des retrouvailles pour le moins ubuesques.

« Nous savions qu’une trame comme celle-ci nous permettrait d’aborder différents sujets liés à la société argentine, mais aussi de mettre en lumière ces mécanismes si particuliers qui sont à l’oeuvre dans une petite ville confrontée à la célébrité de l’un des siens », explique Gastón Duprat. « Cette ville est forcément moins cosmopolite et plus fermée. C’est l’endroit parfait pour raconter le retour du prodige local et des tensions que cela provoque. Ce décalage entre les habitants et l’artiste, auquel s’ajoute le comportement parfois déplacé de celui-ci, contribue à la vague de mécontentement qui balaie la ville. « 

Incisif et désopilant, Citoyen d’honneur passe au scalpel les mœurs condamnables de chacun, de l’écrivain égocentrique dont le passé va prendre des airs vengeurs au maire hypocrite pétri de jalousie en passant par la jeune groupie éhontée.
L’écriture acérée – qui n’est pas sans rappeler celle des Nouveaux Sauvages, autre comédie satirique argentine particulièrement jubilatoire -, le rythme savamment dosé, l’interprétation inspirée d’Oscar Martinez (Prix d’interprétation masculine à la dernière Mostra de Venise) et le mise en scène soignée – citons les gros plans poétiques de Daniel et de son chauffeur tombés en rade, tournées à la belle étoiles autour du feu – sont autant d’éléments qui ont de quoi réjouir les esprits plus chagrins. Truculent et corrosif à souhait!

En salles le 8 mars 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Tom à la ferme

432844.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxUn jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de leur famille, une relation toxique s’amorce bientôt pour ne s’arrêter que lorsque la vérité éclatera enfin, quelles qu’en soient les conséquences.

A près sa trilogie sur l’amour impossible, Xavier Dolan change de cap en adaptant Tom à la ferme, la pièce de Michel Marc Bouchard, séduit à l’idée de mettre en scène un thriller psychologique mêlant non-dits et incompréhension, angoisse et violence, ambiguïté et jeu de séduction : « c’était là toute la nouveauté que j’espérais ».

Avec une maîtrise pleine de finesse – tant par sa réalisation tout en subtilité que par son interprétation en constante évolution – , le jeune cinéaste canadien nous embarque dans un tourbillon infernal dont l’issue ne présage rien de bon.

Un sens de l’esthétisme saisissant, des plans soignés – citons la très belle scène d’ouverture où Tom rédige un hommage à son amant disparu au feutre, sur un mouchoir absorbant -, un suspense « hitchcockien » savamment distillé, une atmosphère glaciale dans laquelle le protagoniste s’enfonce à mesure qu’il s’éprend de son tortionnaire… Mais surtout, des personnages brillamment dessinés (révélés progressivement par la caméra), tous tour à tour mystérieux, fragiles et inquiétants, cultivant des relations fortement équivoques, qu’il s’agisse de la mère (magnifique Lise Roy) et de ses fils, des deux frères, ou de l’aîné (Pierre-Yves Cardinal, terrifiant) et de Tom, dont on finit par se demander qui est le bourreau, qui est la victime… autant d’éléments qui ne sont pas sans rappeler la théorie du « théâtre de la cruauté » d’Antonin Artaud.

Certes, l’accélération finale donne l’impression d’avoir loupé des éléments cruciaux de l’histoire. Mais Tom à la ferme reste avant tout un film troublant, déconcertant, puissant et délicat. Une réussite!

Sortie le 16 avril 2014.

Tom à la ferme Bande-annonce VF

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS