Dans la cour

033857.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxAntoine est musicien. A quarante ans, il décide brusquement de mettre fin à sa carrière. Après quelques jours d’errance, il se fait embaucher comme gardien d’immeuble. Jeune retraitée, Mathilde découvre une inquiétante fissure sur le mur de son salon. Peu à peu, son angoisse grandit pour se transformer en panique : et si l’immeuble s’effondrait… Tout doucement, Antoine se prend d’amitié pour cette femme qu’il craint de voir sombrer vers la folie. Entre dérapages et inquiétudes, tous deux forment un tandem maladroit, drolatique et solidaire qui les aidera, peut-être, à traverser cette mauvaise passe.

Raconter les hasards de la vie, mettre en scène des rencontres improbables, s’émouvoir d’amitiés inattendues, observer des solitudes qui se répondent et donner à voir un microcosme passionnant à travers une galerie de personnages, tous attachants à leur manière, qui se croisent Dans la cour… voilà en quelques mots ce que capte Pierre Salvadori avec tendresse, humour et retenue.

Catherine Deneuve et Gustave Kerven forment un merveilleux duo complémentaire qui se retrouve dans leur mal-être respectif : elle, animée par une folie douce, à la fois lumineuse et si fragile ; lui, ours au grand coeur mélancolique qui, derrière ses airs paumés, fait preuve d’une grande sensibilité. Des personnages « fêlés » qui vont se comprendre et tenter de se « consolider » peu à peu.

Une distribution impeccable, des dialogues savoureux, un scénario bien écrit… Entre fantaisie et vague à l’âme, Salvadori signe là un film plein d’élégance qui nous fait sourire, le coeur gros.

Sortie le 23 avril 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

2 commentaires sur “Dans la cour”

  1. Merci pour ton avis éclairé ! J’ai beaucoup aimé le film, on y rit et on y pleure devant de bons acteurs

Mettre un commentaire