Dans la tête de Charles Swan III ++

21004598_20130510103441909.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxGraphiste réputé de Los Angeles, Charles Swan est un séducteur excentrique à qui tout a toujours souri. Mais quand son grand amour Ivana, lassé de ses frasques d’homme à femmes, met brutalement fin à leur relation, c’est tout son monde qui s’effondre.
Avec le soutien de ses fidèles amis Kirby et Saul et de sa sœur Izzy, il entreprend alors un étrange voyage d’introspection dans son imaginaire, et tente de se résigner à vivre sans Ivana.

« Les histoires d’amour finissent mal en général » chantaient avec une amertume fantasque les Rita Mitsouko. Un crédo aigre et farfelu qui semble avoir inspiré Roman Coppola pour son second long métrage.

Dans la tête de Charles Swan III  met en scène l’histoire d’une rupture à travers le regard forcément subjectif – et ô combien déjanté – de son « héros » au coeur brisé un tantinet pathétique, souvent à côté de la plaque mais bigrement attachant.

Et pour raconter ce moment de basculement juste après la rupture, ce moment où on lutte pour ne pas s’effondrer, où l’on cherche les raisons de cet échec sentimental, le réalisateur – qui a fait ses gammes auprès de Wes Andersen, dont on reconnaît la patte tendrement loufoque – a pris le parti de créer un univers graphique très présent, en restituant les couleurs pop et le design kitsch des années 1970.

« La seule façon de guérir d’un chagrin d’amour, c’est d’avoir de l’imagination » explique Coppola. Voilà pourquoi dans cette exquise fantaisie acidulée, on croise des amazones chassant des cowboys de seconde zone ou des Barbarella qui veulent la peau du pauvre héros à l’imagination débordante. Cédant à la nostalgie de son histoire passée, Charles n’a de cesse de réinventer chaque souvenir avec sa dulcinée d’alors jusqu’à manquer de perdre les pédales, allant l’espionner imbibé d’alcool, tirant un trait radical en balançant ses affaires depuis les hauteurs de Los Angeles, replongeant démuni dans ses souvenirs et réécrivant leur histoire avec des « si seulement »…

Servie par une folle distribution (de Charlie Sheen à Jason Schwartzman en passant par Bill Muray et Katheryn Winnick, aux faux airs de Scarlett Johansson) et par la musique de Liam Hayes qui semble prolonger les émotions des personnages, Dans la tête de Charles Swan III  est une comédie douce-amère teintée de mélancolie, bougrement folk et sacrément déjantée qui apporte un regard décalé et pourtant très juste sur un sujet universel.

Irrévérencieux, drôle, audacieux… tout ce qu’on aime!

Sortie le 24 juillet 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Mettre un commentaire