Je fais feu de tout bois –

Il y a des films qui ont le don de vous transporter dès les premières images, d’autres qui nécessitent un peu plus de temps pour installer un climat propice au voyage. Et il y a des films qui passent et qui vous laissent sur le quai comme deux ronds de flan…

Comme chaque année au festival de Cannes, Daniel Danite, cinéaste, cherche un moyen de sauver le 7ème art, en danger perpétuel, selon lui. Son idée du moment : que chaque cinéaste se choisisse un frère. Ça ferait deux fois moins de films, ils seraient deux fois meilleurs. D’ailleurs les frères Lumière ne sont-ils pas à l’origine de tout ? Un « ami » producteur, pour se débarrasser de lui, lui suggère d’aller plus loin. Des Taviani aux Farelli, des Dardenne aux Coen, il y en a, des frères. Des triplés cinéastes, en revanche…
Illumination. Daniel a trouvé sa voie. Pour se démarquer, il doit devenir le troisième frère Coen. Il quitte femme et enfants et décide de tout faire pour joindre Ethan et Joël Coen, et les convaincre de l’adopter…

Après Je me fais rare, Dante Desarthe récidive dans la comédie décalée et grotesque avec Je fais feu de tout bois, « deuxième opus d’une trilogie qui s’étale sur quinze ans ». Nous retrouvons le personnage de Daniel Danite, un cinéaste raté et complaisant doublé d’une tête à claque qui s’érige en sauveur du septième art au grand damne du pauvre spectateur que nous sommes.

L’idée de départ semblait pourtant prometteuse et annonçait même de bons moments – notamment lorsqu’il est question d’une mise en abîme du cinéma . Mais n’est pas les frères Coen qui veut. Au finale, le film ne décolle à aucun moment et l’on s’ennuie ferme. Pire, le personnage principal, cet intellectuel de pacotille aux fâcheux accents de looser pédant et prétentieux nous est tout bonnement insupportable.

Désharte flirte avec l’absurde. Hélas, le résultat s’avère tout bonnement pathétique. Même prise au quinzième degré, sa comédie reste insipide et nous laisse ahuris devant tant d’hermétisme pompeux. Fastidieux et inintéressant.

Sortie le 30 mai 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Mettre un commentaire