Les Cinq Légendes ++

Un père Noël tatoué aux yeux tout émerveillés, un lapin de Pâques aux allures de guerrier et au coeur tendre, une fée des dents joyeuse et protectrice, un marchand de sable plein de sagesse mais qu’il ne vaut mieux pas énerver, un ado facétieux et quelque peu frondeur qui manier le froid en un coup de bâton, un croquemitaine terrible qui plonge le monde dans le désespoir, des lutins légèrement susceptibles, des yétis aux airs de Choubaka, des petites fées adorables… pas de doute, l’esprit des fêtes a bel et bien soufflé sur la planète DreamWorks!

Dans la continuité de la saga romanesque Guardians of childhood dans laquelle William Joyce imagine l’histoire extraordinaire de chacune des légendes qui bercent notre enfance, Rise of the Guardians (Les Cinq Légendes, en français) se déroule 300 ans plus tard, au moment où Pitch, le redoutable Croquemitaine, refait surface pour insuffler peur et désenchantement. Les quatre Gardiens – Nord (le Père Noël), Bunny (le Lapin de Pâques), Sab (le marchand de sable) et la Fée des dents (cousine de la petite souris) – répondent alors à l’appel de l’Homme de la Lune et réunissent leurs forces pour protéger l’espoir, les rêves et l’imaginaire de tous les enfants. Ils vont pouvoir compter sur l’aide précieuse de Jack Frost, adolescent rebelle et solitaire, qui peut créer grâce à sa canne magique de la glace, du vent et de la neige. Invisible aux yeux des enfants, Jack Frost ne connaît rien de son passé et n’a pas conscience de l’étendue de son pouvoir. Mais en s’engageant aux côtés des quatre légendes dans un combat sans merci contre le mal, il va enfin se révéler à lui-même et aux enfants du monde entier.

Une esthétique élégante, des décors somptueux aux détails foisonnants – où la 3D apporte pour une fois un « petit plus »  indéniable – , une intrigue palpitante servie par la musique féérique d’Alexandre Desplat (De battre mon coeur s’est arrêté, The Queen…), une production signée Guillermo del Toro (l’un des maîtres du fantastique et du merveilleux), de la magie éblouissante qui provoque des rires scintillants, de l’aventure à couper le souffle – dont de trépidantes courses poursuites en traîneau – , un méchant presque attachant et cinq fabuleuses légendes qui réveillent de bien beaux souvenirs… Pour son premier long métrage, Peter Ramsey nous gâte en confectionnant un cadeau enchanteur, lumineux, plein de charme… tout simplement magique.

Petits et grands applaudiront… et en redemanderont!

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le très beau site des Guardians of childhood.

Sortie le 28 novembre 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Mettre un commentaire