Paco de Lucía, légende du flamenco

363092.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxFigure incontournable du flamenco, Paco de Lucia est considéré aujourd’hui encore comme l’un des meilleurs guitaristes au monde. Curro Sánchez Varela, son fils, a tenu à rendre un dernier hommage au génie andalou disparu en 2014 à travers ce documentaire qui retrace l’incroyable destin d’un musicien et compositeur hors-norme.

« Sans la guitare, j’aurais été introverti toute ma vie, je n’aurais pas pu m’affirmer, parce que la guitare est ma seule forme d’expression. » Cette révélation dite sur le ton de la confidence permet de comprendre qui était Paco de Lucía. L’artiste, qui a fait du flamenco une musique universelle, a connu très tôt un succès international, a travaillé avec les plus grands, de Sabicas à Carlos Santana en passant par le « cantaor » Camarón de la Isla. Il n’en gardait pas moins une certaine humilité, façonnait sa musique avec minutie et perfectionnisme, et conservait une curiosité pour l’inconnu.

Initié à la guitare par son père dès son plus jeune âge, Paco fait preuve d’un sens inouï du rythme. Passionné et minutieux, il développe rapidement sa propre technique et montre une grande dextérité.

De ses débuts aux côtés de son frère Pepe, chanteur de flamenco, à sa première tournée américaine au sein de la compagnie de danse José Greco, de ses premiers concerts en solo à son premier disque Dos guitarras flamencas qui  lui offrit la reconnaissance du public, de ses collaborations géniales avec les musiciens de jazz Larry Coryell, Chick Corea, Jorge Pardo… à sa recherche perpétuelle d’émotion, en particulier lors des morceaux improvisés, Varela nous livre un portrait intime et vibrant d’un artiste sans concession.

Si le documentaire reste assez classique, voire conventionnel, il n’en reste pas moins un document précieux pour les aficionados de la guitare flamenca en particulier, et de la musique en général.

Sortie le 28 octobre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Mettre un commentaire