Jeu concours Au-revoir Là-Haut

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire…

Vous êtes impatients de découvrir l’adaptation d’Au-revoir là-haut, Prix Goncourt signé Pierre Lemaitre porté à l’écran le 25 octobre prochain par Albert Dupontel? Bonne nouvelle : nous vous proposons un nouveau jeu concours pour tenter de remporter deux places de cinéma* ou un exemplaire du roman de Pierre Lemaitre !

Il vous suffit de répondre au questionnaire en ligne en cliquant ICI avant le 17 octobre 2017 23h59. Les gagnants,  tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leur lot dans les meilleurs délais.

Bonne chance à tous !

*valables en France métropolitaine

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Grand Prix Cinéma Elle 2017

La remise du Grand Prix cinéma ELLE s’est déroulée jeudi 5 octobre dernier au cinéma du Panthéon. Ce prix organisé par le magazine ELLE, en collaboration avec la marque de cosmétique Sisley, réunit 100 lectrices dont la mission était de visionner 8 films en avant-première, pendant tout un week-end, puis de décerner le Grand Prix à l’un d’eux.

Les films sélectionnés étaient d’une grande qualité et représentatifs de la richesse du cinéma actuel :

  • « L’Atelier » de Laurent Cantet, sortie le 11 octobre 2017
  • « La Belle et la Meute » de Kaouther  Ben Hania, sortie le 18 octobre 2017
  • « Au revoir là-haut » d’Albert Dupontel, sortie le 25 octobre 2017
  • « Tout nous sépare » de Thierry Klifa, sortie le 8 novembre  2017
  • « Marvin ou la belle éducation » d’Anne Fontaine, sortie le 22 novembre 2017
  • « Plonger » de Mélanie Laurent, sortie le 29 novembre 2017
  • « Un homme intègre » de Mohammad Rasoulof, sortie le 6 décembre 2017
  • «  Les gardiennes » de Xavier Beauvois, sortie le 6 décembre 2017

Cette 7ème édition présentait aussi bien des films déjà sélectionnés en compétition (comme L’Atelier, présenté à Cannes ou Un homme intègre, qui a reçu le prix Un certain regard) que des adaptations de romans (Marvin, adaptation d’En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis, Au revoir là-haut, adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaitre, Plonger, transposition du livre de Christophe Ono-dit-Biot).

En résumant brièvement les thématiques abordées dans cette sélection, on retrouve l’art comme moyen d’émancipation (dans L’atelier, Marvin, Plonger et Au revoir là-haut), la période de la guerre (Au revoir là-haut, Les gardiennes), la quête et le maintien de l’honneur (Tout nous sépare, Un homme intègre et La Belle et la Meute).

Le jury des lectrices ELLE 2017 a donc remis :

  • le prix de la beauté de l’image au film de Xavier Beauvois, « Les Gardiennes »,
  • le prix coup de cœur de la rédaction féminin à Nathalie Baye pour son rôle dans « Les gardiennes »,
  • le coup de cœur masculin à Finnegan Oldfield pour son interprétation dans le film d’Anne Fontaine, « Marvin ou la belle éducation »,
  • le Grand prix des lectrices ELLE à « La Belle et la Meute » de Kaouther  Ben Hania.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Mathilde
  • Twitter
  • RSS

Le château de verre

Jeannette Walls, chroniqueuse mondaine à New-York, a tout pour réussir et personne ne peut imaginer quelle fut son enfance. Élevée par un père charismatique, inventeur loufoque qui promet à ses enfants de leur construire un château de verre mais qui reste hanté par ses propres démons, et une mère artiste fantasque et irresponsable, elle a dû, depuis son plus jeune âge, prendre en charge ses frères et sœurs pour permettre à sa famille dysfonctionnelle de ne pas se perdre totalement. Sillonnant le pays, poursuivis par les créanciers, et refusant de scolariser leurs enfants, les Walls ont tout de même vécu une vie empreinte de poésie et de rêve, qui a laissé des marques indélébiles mais qui a créé des liens impossibles à renier.

« Pourquoi passer l’après-midi à préparer un repas qui sera avalé en une heure, quand dans le même temps, je pourrais peindre un tableau qui durera toujours ? » demande la mère, plus soucieuse de donner libre cours à son inspiration créative que de prendre soin de ses enfants.

Adapté du récit autobiographique de Jeannette Walls, Le château de verre brosse le portrait d’une famille marginale qui a pour credo l’anticonformisme. Destin Daniel Cretton (States of Grace) porte ainsi sur grand écran l’enfance chaotique de l’héroïne et de sa fratrie et ponctue son récit de multiples flash-back, convoquant les souvenirs houleux d’une jeune femme devenue rigide.

Les déménagements improvisés en pleine nuit à chaque fois que le père perdait son nouveau job, les maisons insalubres, les nuits à la belle étoiles au milieu des parcs nationaux peuplés d’animaux sauvages, la privation quotidienne, l’apprentissage « à la dure », la faim qui se faisait sentir plusieurs jours durant, les vaines promesses, l’instabilité permanente, l’alcool ravageur, mais aussi, l’imagination débridée, les échanges intellectuels passionnants, les histoires abracadabrantes racontées avec une infinie tendresse, les moments de complicité privilégiés, les étoiles offertes pour Noël… Le récit – qui s’apparente à un conte initiatique – suit l’évolution d’une enfant dans son rapport à son père, de l’admiration à la colère jusqu’au pardon, évitant subtilement l’écueil du règlement de compte.

Si l’on est rapidement happé par cette histoire peu ordinaire, qui émeut autant qu’elle questionne, la narration finit par traîner en longueur et devient même insipide. Dommage. Un tel sujet aurait mérité une écriture plus pêchue, une mise en scène plus imaginative, à l’image de ses protagonistes singuliers et excentriques.

Sortie le 27 septembre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS