Astérix – Le Domaine des Dieux

213078.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxNous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura  séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux  ». Nos amis gaulois résisteront ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César.

Prenez un scénariste-réalisateur-comédien-humoriste-musicien-touche-à-tout brillant et talentueux passionné d’histoire, de Bach et de personnages moustachus, nommé Alexandre Astier. Confiez-lui un projet aussi fou que des romains un brin mégalomanes (en l’occurrence, l’adaptation de l’une des aventures d’un célèbre Gaulois en 3D). Associez le génie du premier à la dextérité d’un maître ès-animation ayant fait ses gammes chez Pixar (Là-Haut, Wall-E) du nom de Louis Clichy. Laissez mijoter quatre ans pour un maximum de saveur. Servez alors la potion magique sur grand écran pour régaler petits et grands.

Voilà la recette divine, corsée et gouleyante qu’a concocté le duo Astier/Clichy, qui semble rivaliser d’imagination et d’ingéniosité pour cet Astérix – Le domaine des dieux tant attendu.

Un scénario chiadé, à la portée écologique efficace, qui révèle des héros peu glorieux et cupides face à des civiles romains venus goûter aux joies de la douceur gauloise ; de l’action, de l’aventure, du danger, du rire, de la castagne, de la tendresse aussi… et pour rythmer cette intrigue cocasse  et bien ficelée, un casting époustouflant, depuis l’irremplaçable Roger Carel, qui a accepté de sortir de sa retraite le temps de prêter à nouveau sa voix à Astérix, à Guillaume Briat (qui succède au regretté Pierre Tornade pour doubler Obélix), en passant par Alain Chabat, Laurent Lafitte, Lorant Deutch, Florence Foresti, Elie Semoun…

Un film fidèle à l’univers d’Uderzo et Goscinny qui se révèle étonnamment inventif, ô combien jouissif et tout bonnement fantastix!

Sortie le 26 novembre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Dragons 2

538891.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxTandis qu’Astrid, Rustik et le reste de la bande se défient durant des courses sportives de dragons devenues populaires sur l’île, Harold et Krokmou, désormais inséparables, parcourent les cieux, à la découverte de territoires inconnus et de nouveaux mondes. Au cours de l’une de leurs aventures, ils découvrent une grotte secrète qui abrite des centaines de dragons sauvages, dont le mystérieux Dragon Rider. Les amis se retrouvent alors au centre d’une lutte visant à maintenir la paix. Ils vont devoir se battre pour défendre leurs valeurs et préserver le destin des hommes et des dragons.

Il y a quatre ans déboulait sur nos écrans une tornade visuelle, un petit bijou d’animation sous forme de conte initiatique qui nous fit nous réconcilier  – en partie – avec la 3D. Dragons narrait la rencontre improbable entre Harold, un jeune viking appelé à combattre ces dangereuses créatures légendaires et Krokmou, un Furie nocturne vif et attendrissant. Une belle amitié va naître peu à peu et mettre à mal les préjugés qui sévissaient alors dans la tribu viking.

De l’aventure, de l’humour, de l’émotion, de l’inattendu, du spectaculaire… le premier volet de la trilogie signée Dean DeBlois (Dreamworks) a placé très haut le niveau d’exigence des spectateurs.

Présenté au dernier Festival de Cannes avec un enthousiasme contagieux, Dragons 2 a réussi à mettre la Croisette à ses pattes.

Les enfants ont grandi, les dragons sont devenus les mascottes de l’île de Beurk, où l’harmonie règne entre les espèces, et Harold l’indépendant est désigné pour succéder à son père à la tête de la tribu.  Mais à dos de dragon, l’aventure n’est jamais loin pour nos héros intrépides…

Des retrouvailles poignantes, des nouveaux personnages inquiétants – dont le dragon de glace et son pendant terrible, le dragon aquatique – qui s’insèrent parfaitement au récit, un propos intelligent sur la tolérance et le pardon, une intrigue à rebondissements, une mise en scène imaginative et fort ingénieuse, et des images toujours époustouflantes (le réalisme avec lequel le décor – tel le mouvement des vagues – est rendu est épatant, et quel plaisir de retrouver cette même sensation vertigineuse de voler aux côtés des personnages!)… Dragons 2 enchante et remplit toutes les attentes nourries ces quatre dernières années. Le niveau d’exigence est monté d’un cran, mais l’on se réjouit déjà de savoir qu’un troisième chapitre est en préparation.

Sortie le 2 juillet 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Terre des Ours ++

21060852_20131126161242325.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxKamtchatka. Cette terre à l’état sauvage située en Extrême-Orient russe est le royaume des ours bruns. Au fil des saisons, chacun a ses préoccupations : la mère doit nourrir et protéger ses oursons qui veulent explorer le monde avec l’insouciance de leur jeunesse. Un ours tout juste sorti de l’enfance doit trouver sa place dans le monde adulte et gagner son autonomie. Enfin, le mâle doit constamment défendre son territoire et imposer sa force. Bienvenue sur la Terre des Ours…

Filmer au plus près le quotidien de ces mammifères solitaires faussement débonnaires au caractère parfois redoutable dans des conditions extrêmes (les températures avoisinant parfois les -30°C), respecter le cycle de ces ours qui s’étend sur quatre saisons, des huit mois d’hibernation aux quatre mois de pêche intensives, donner à voir leur enfance insouciante et le difficile passage à l’âge adulte où seuls les plus forts survivront, et restituer les sensations provoquées par les « frémissements d’une nature en plein réveil au printemps, l’explosion de la végétation en été, les herbes flottantes dorées par le froid comme par le soleil »… tel est le défi relevé brillamment par Guillaume Vincent et son équipe pour nous offrir ce documentaire animalier en 3D de toute beauté.

Une merveilleuse invitation au voyage à l’autre bout du monde sous forme de conte joliment narré par Marion Cotillard et sublimement illustré.

Sortie le 26 février 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS