Nous trois ou rien

Affiche_Nous_Trois_Ou_Rien_OKD’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents, Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble.

Educateur reconverti en roi du stand up, trublion du paf dans la mini-série « Bref », auteur, rappeur, comédien, humoriste et aujourd’hui réalisateur… Kheiron n’en finit pas de nous surprendre à travers ses multiples talents.

Pour son premier long métrage, le jeune cinéaste rend un merveilleux hommage à ses parents dont il brosse le portrait avec une tendresse teintée de dérision et une délicatesse aux nuances d’admiration.

Voici donc Hibat (interprété par Kheiron), opposant au régime du Shah, incarcéré 7ans et demi pour avoir exprimé ses opinions politiques ; avocat n’ayant jamais pu exercer, cet infatigable résistant est un utopiste convaincu, un militant pacifiste qui aime son épouse autant qu’il la craint. Fereshteh (Leïla Bekhti) est tout aussi passionnée que son mari. D’une mauvaise foi irrésistible, elle manie sa verve redoutable avec éloquence et voue un amour absolu à sa famille.

De la lutte et des représailles en Iran à la fuite en Turquie, de l’année de clandestinité à l’accueil en France où il faut repartir de zéro, ce couple uni n’a de cesse de faire preuve de courage, de ténacité, de force de caractère, d’altruisme et d’espoir. Et l’arrivée en Seine-Saint-Denis ne va pas être de tout repos. « Mes parents n’ont jamais cessé de militer ; ils ont simplement mis leur énergie au service d’une autre cause » explique Kheiron. « Ils ont compris le danger de l’illettrisme, de l’inculture, la nécessité de la solidarité et de l’entraide pour se sortir de situations qui semblaient perdues d’avance ».

Au gré des dialogues inspirés et des situations cocasses mises en scène avec humour et bienveillance, Kheiron illustre la réelle possibilité de conjuguer la culture au pluriel grâce à l’écoute et au partage, sans verser dans un idéalisme stérile.

Nous Trois ou rien est un film personnel débordant d’amour et dénué de pathos, un récit rempli d’émotions traité avec esprit, un drame abordé sous l’angle de la comédie bourré de charme, qui invite à la réflexion et redonne espoir. Bref, on aime beaucoup.

Sortie le 4 novembre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu Concours Nous trois ou rien

Affiche_Nous_Trois_Ou_Rien_OKIl est rare au cinéma de découvrir un film personnel débordant d’amour et dénué de pathos, un récit rempli d’émotions traité avec un humour irrésistible et une vive intelligence, une comédie bourrée de charme qui invite à la réflexion et redonne espoir. Voilà ce qui se passe lorsque Kheiron (le trublion de « Bref » qui sévissait aux côté de Kyan Khojandi) passe derrière la caméra pour rendre hommage à ses parents.

D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun d’Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble.

Et quand on aime on partage! Des Films et des Mots met en jeu 3 x 2 places de cinéma* pour découvrir le génial Nous Trois ou rien.

Pour tenter votre chance, il suffit de remplir le formulaire en ligne en cliquant ici avant le 4 novembre 2015 (jour de la sortie du film) minuit.

Les gagnants, tirés au sort, seront prévenus par mail et recevront leur lot par voie postale.

Bonne chance à tous!

* Places valables partout en France métropolitaine.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Astérix – Le Domaine des Dieux

213078.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxNous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura  séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux  ». Nos amis gaulois résisteront ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César.

Prenez un scénariste-réalisateur-comédien-humoriste-musicien-touche-à-tout brillant et talentueux passionné d’histoire, de Bach et de personnages moustachus, nommé Alexandre Astier. Confiez-lui un projet aussi fou que des romains un brin mégalomanes (en l’occurrence, l’adaptation de l’une des aventures d’un célèbre Gaulois en 3D). Associez le génie du premier à la dextérité d’un maître ès-animation ayant fait ses gammes chez Pixar (Là-Haut, Wall-E) du nom de Louis Clichy. Laissez mijoter quatre ans pour un maximum de saveur. Servez alors la potion magique sur grand écran pour régaler petits et grands.

Voilà la recette divine, corsée et gouleyante qu’a concocté le duo Astier/Clichy, qui semble rivaliser d’imagination et d’ingéniosité pour cet Astérix – Le domaine des dieux tant attendu.

Un scénario chiadé, à la portée écologique efficace, qui révèle des héros peu glorieux et cupides face à des civiles romains venus goûter aux joies de la douceur gauloise ; de l’action, de l’aventure, du danger, du rire, de la castagne, de la tendresse aussi… et pour rythmer cette intrigue cocasse  et bien ficelée, un casting époustouflant, depuis l’irremplaçable Roger Carel, qui a accepté de sortir de sa retraite le temps de prêter à nouveau sa voix à Astérix, à Guillaume Briat (qui succède au regretté Pierre Tornade pour doubler Obélix), en passant par Alain Chabat, Laurent Lafitte, Lorant Deutch, Florence Foresti, Elie Semoun…

Un film fidèle à l’univers d’Uderzo et Goscinny qui se révèle étonnamment inventif, ô combien jouissif et tout bonnement fantastix!

Sortie le 26 novembre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS