Le Redoutable

Godard… Anne… une histoire d’amour… sur les pavés de mai 68… la révolution d’un homme…

Libre adaptation du roman Un an après d’Anne Wiazemsky, est un grand détournement fantaisiste dans lequel Michel Hazanavicius brosse un portrait inédit et savoureux de Jean-Luc Godard. Sous les traits d’un Louis Garrel zozotant, il opère une désacralisation de la légende vivante du cinéma français.

Le réalisateur des excellents OSS 117 rend un facétieux hommage au réalisateur suisse, le présentant comme un homme colérique et caractériel, qui en grand bourgeois devenu révolutionnaire, terrorise son monde et particulièrement sa jeune épouse, Anne. Grâce à la caricature qui en est faite, le personnage détestable, en pleine période de remise en question sur son cinéma, devient au fur et à mesure presque attachant.

La photographie impeccable et la maîtrise du moindre détail permettent une restitution fidèle et réaliste de l’ambiance très « Nouvelle vague » de cette fin des années 60. Reprenant par instant le style Godardien (construction en chapitre, passage en noir et blanc et communication par titres de romans) le film devient peu à peu un hommage pop et plein de tendresse à l’égard de son sujet. Devenu un personnage burlesque, le réalisateur aux grosses montures est parodié dans ses contradictions et sa volonté de vouloir détruire lui-même un cinéma, dont il est la figure emblématique.

Clin d’œil, blague potaches et gimmick forment un ensemble réjouissant, dont il n’est pas improbable qu’il vienne nourrir les disputes entre cinéphiles. Reste à savoir si elles seront aussi savoureuses que celles présentent dans le film.

Plus qu’un biopic, c’est un pastiche réussi au budget lunettes extravagant. Ainsi va la vie, à bord du « Redoutable » !

Sortie le 13 septembre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Fais de beaux rêves

543348-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxTurin, 1969. Massimo, un jeune garçon de neuf ans, perd sa mère dans des circonstances mystérieuses. Quelques jours après, son père le conduit auprès d’un prêtre qui lui explique qu’elle est désormais au Paradis. Massimo refuse d’accepter cette disparition brutale.
Année 1990. Massimo est devenu un journaliste accompli, mais son passé le hante. Alors qu’il doit vendre l’appartement de ses parents, les blessures de son enfance tournent à l’obsession…

Le noyau familial, les racines, la construction identitaire,  la candeur, le deuil précoce, la douleur inexplicable, le mensonge « par protection », la perte de l’innocence, la colère, le déni, les souvenirs, la confrontation, « l’aptitude à survivre à cette perte incompréhensible »… autant de thèmes que Marco Bellocchio (La Belle endormie, Le Sourire de ma mère) abordent avec pudeur et simplicité dans l’adaptation du best-seller Fais de beaux rêves, mon enfant de Massimo Gramellini.

Le cinéaste explique ce qui l’a le plus inspiré dans le récit autobiographique de Gramellini : « L’histoire de cet enfant et des vicissitudes de sa vie d’adulte m’a profondément intéressé, c’est clairement un contrepoint flagrant à ma propre biographie », analyse-t-il.

A travers une mise en scène soignée ponctuée de flash-backs habilement amenés, le récit se construit au gré des souvenirs de Massimo : les lieux qui ont marqué son enfance ou qui ont déterminé son avenir, les jeux complices avec sa mère et déjà, l’angoisse de l’abandon, révélée au cours d’une partie de cache-cache sans fin.

Présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs au dernier Festival de Cannes, Fais de beaux rêves est un film dense, tout en clair-obscur, qui part d’une tragédie intime pour aboutir à une forme d’apaisement. Sublime et bouleversant.

Sortie le 28 décembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Au bonheur des ogres

21032768_20130828161559985.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDans la tribu Malaussène, il y a quelque chose de curieux, de louche, d’anormal même diraient certains. Mais à y regarder de près, c’est le bonheur qui règne dans cette famille joyeusement bordélique dont la mère sans cesse en cavale amoureuse a éparpillé les pères de ses enfants. Pour Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel et frère aîné responsable de cette marmaille, la vie n’est jamais ennuyeuse. Mais quand les incidents surviennent partout où il passe, attirant les regards soupçonneux de la police et de ses collègues de travail, il devient rapidement vital pour le héros de trouver pourquoi, comment, et surtout qui pourrait bien lui en vouloir à ce point-là ? Benjamin Malaussène va devoir mener sa propre enquête aux côtés d’une journaliste intrépide surnommée Tante Julia pour trouver des réponses.

Adapter sur grand écran l’un des plus célèbres romans de Daniel Pennac qui a accompagné l’imaginaire de tant de lecteurs devenus accros à la saga des Malaussène semblait impossible. L’univers de Pennac déborde d’inventivité et grouille de menus détails que chacun s’approprie pour se faire sa propre représentation de l’histoire contée. Voilà pourquoi proposer une lecture personnelle d’Au bonheur des ogres était un exercice plutôt casse-gueule. C’était sans compter le regard enthousiaste d’un grand gamin nommé Nicolas Bary.

Le cinéaste avait déjà révélé un goût certain pour la fantaisie teintée de noirceur dans Les Enfants de Timpelbach, une fable fantastique ô combien inquiétante. Un mélange des genres que Bary utilise à nouveau dans Au bonheur des ogres, où l’enquête policière se mêle à la comédie, où l’action côtoie l’aventure, où la modernité flirte allègrement avec la nostalgie.

La tonalité à la fois décalée et sombre du roman qui met en scène la disparition d’enfants et des meurtres en série dans un quotidien coloré et farfelu est brillamment restituée, tout comme le sont les personnages hauts en couleur et particulièrement attachants : Benjamin (Raphaël Personnaz, parfait dans un rôle à contre-emploi), l’aîné protecteur aux accents fleur bleue, secondé par la douce Louna (Mélanie Bernier, un peu trop en retrait), veille comme il peut sur Thérèse, charmant génie à l’allure gothique, Jérémy, le casse-cou expert ès bombe artisanale, et le petit, adorable minot qui aime tant répéter les jurons de son grand frère. Autour de cette famille à nulle autre pareille gravitent l’espiègle et mystérieuse Tante Julia (pétillante Bérénice Béjo), Stogil le taciturne bienveillant (Emir Kusturica fidèle à lui-même), et l’obscure Sinclair, détenteur de terribles secrets (formidable Guillaume de Tonquédec).

S’il arrive que le film parte dans tous les sens au risque de s’essouffler bien des fois, le plaisir communicatif avec lequel Nicolas Bary nous embarque dans ce bienheureux foutoir à la fois drôle et inquiétant nous donne envie de nous replonger dans les romans de notre enfance. Et ça, c’est plutôt bon signe!

Sortie le 16 octobre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS