Les Suffragettes

041661.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxAu début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n’ont rien donné, celles que l’on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l’égalité, elles sont prêtes à tout risquer : leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l’une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d’une histoire que plus rien n’arrêtera…

L’Histoire est une source d’inspiration inépuisable pour le cinéma. Étonnamment, celui-ci a rarement fait cas de la lutte pour le droit des femmes. De ce terrible combat, la réalisatrice Sarah Gavron en a fait film aussi passionnant que bouleversant, et ô combien nécessaire.

« Les Suffragettes est un film sur les femmes, des femmes qui veulent se faire entendre et sont prêtes à se battre pour cela. Mais il s’adresse à tous ceux – hommes et femmes – qui croient a la justice sociale et à l’égalité » explique la productrice Faye Ward.

Filmer l’oppression, l’injustice, la brutalité, le mépris, l’infamie dont les femmes étaient victimes il y a moins d’un siècle aurait aisément pu donner lieu à une vaine démonstration de grandiloquence malheureuse. Gavron s’en sort plutot bien, aidée par une distribution féminine capable d’alterner force et sobriété de jeu (citons Carey Mulligan, Helena Bonham Carter ou encore Anne-Marie Duff), des  acteurs impeccables qui apportent tout le relief nécessaire aux personnages secondaires (Brendan Gleeson, Ben Whishaw) et un scénario finement écrit.

S’il est vrai que la mise en scène aurait mérité un traitement moins classique, on retiendra des Suffragettes le courage, l’engagement et l’opiniâtreté de ces héroïnes d’hier qui ont permis à leurs héritières de vivre libres et indépendantes.

Une piqûre de rappel indispensable qui galvanise et qui témoigne que le combat est loin d’être fini.

Sortie le 18 novembre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Inside Llewyn Davis : la bande son coup de coeur

21005275_20130927183847948.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxInside Llewyn Davis raconte une semaine de la vie d’un jeune chanteur de folk dans l’univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu’un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu’il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n’importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu’à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman, avant de retourner là d’où il vient.

Une fois n’est pas coutume, je ne parlerais pas en détails du dernier film des frères Coen, en salles depuis la semaine dernière, mais de la merveilleuse bande son d’Inside Llewyn Davis qui m’a transportée dans un ailleurs qui me plaît tant, bercée par la voix chaude et bouleversante du formidable Oscar Isaac (je suis facilement atteinte de « verbigération adjectivale » lorsque je suis sous le charme!).

Une bande son en écoute sur le blog IndieWire que je tenais à vous faire partager (le magnifique « The death of Queen Jane » m’a arrachée quelques larme, le grotesque « Please Mr Kennedy » m’a fait honteusement taper du pied, le sublime « The Shoals of Herring » m’a fait dangereusement chavirer, chaque chanson ayant l’art de faire jaillir une émotion particulière).

Prêt? Alors, montez le volume et laissez vous emporter par l’univers folk de Llewyn Davis.

Bon voyage!

Sortie le 6 novembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Cannes 2013 : ce qui nous attend!

AFF_CANNES_22X30.inddSteven Spielberg dans le rôle du président du jury.

Audrey Tautou, en maîtresse de cérémonie.

Kim Novak, invitée d’honneur.

Baz Lurhmann, Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire et Isla Fisher (le casting de Gatsby le Magnifique) attendus pour la célèbre montée des marches pour l’ouverture du Festival tandis que Sofia Coppola, Emma Watson, Leslie Mann et Kirsten Dunst (l’équipe de The Bling Ring) ouvriront la sélection d’Un Certain regard., présidé par Thomas Vinterberg (Festen). Quant à la Quinzaine des réalisateurs, c’est Ari Folman (Valse avec Bachir) qui inaugurera cette section parallèle avec Robin Wright et Le Congrès.

Pour sa 66e édition, le Festival de Cannes s’offre une distribution inespérée et promet des découvertes riches en belles émotions au vu de la sélection officielle particulièrement enthousiasmante.
Pas moins de 19 films concourront ainsi, du 15 au 29 mai, pour décrocher la fameuse Palme d’Or, remportée l’an passé par Michael Haneke.

Récapitulatif détaillé de ce qui nous attend sur la Croisette !

En Sélection officielle :

Jimmy P d’Arnaud Desplechin

Un Château en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi

Jeune et Jolie de François Ozon

La vie d’Adèle dAbdellatif Kechiche

Michael Kohlhass d’Arnaud Despallières

Only God Forgives de Nicolas Winding Refn (l’un de nos favoris!)

Borgman d’Alex Warmerdam

Behind the Candelabra de Steven Soderbergh (dernier film avant la retraite annoncée?)

La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino

La Vénus à la fourrure de Roman Polanski

Nebraska d’Alexander Payne (un autre de nos favoris!)

Wara no tate de Takeshi Miike

Like Father Like Son d’Hirokazu Kore-eda

The Immigrant de James Gray (notre chouchou)

Le Passé d’Ashghar Farhadi (très attendu)

Grisgris de Mahamat-Saleh Haroun

Heli d’Amat Escalante

Tian Zhu Ding de Jia Zhangke

Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Coen (que l’on aime aussi beaucoup)

 

Les festivités cannoises se conjuguant forcément au pluriel, voici les films sélectionnés en compétition de la Quinzaine des réalisateurs :

Omar d’Hany Abu-Assad

Death march d’Adolfo Alix Jr

Fruitvale Station de Ryan Coogler (premier film)

Les salauds de Claire Denis

Norte, Hangganan Ng Kasaysayan de Lav Diaz

As I Lay Dying de James Franco

Miele de Valeria Golino (premier film)

L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie

Bends de Flora Lau (premier film)

L’image manquante de Rithy Panh

La jaula de oro (« La cage dorée ») de Diego Quemada-Diez (premier film)

Anonymous de Mohammad Rasoulof

Sarah préfère la course de Chloé Robichaud (premier film)

Grand Central de Rebecca Zlotowski

 

La Semaine de la critique est présidée cette année par le réalisateur portugais Miguel Gomes et présente une sélection fort éclectique :

– Salvo de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza (Italie/France)Semaine-de-la-Critique-affiche

– The Lunchbox (Dabba) de Ritesh Batra (Inde/France/Allemagne)

– For Those in Peril de Paul Wright (Royaume-Uni)

– Le Démantèlement (The Dismantlement) de Sébastien Pilote (Canada)

– Nos héros sont morts ce soir de David Perrault (France)

– Los Dueños de Agustin Toscano et Ezequiel Radusky (Argentine)

– The Major de Yury Bykov (Russie)

 

La sélection de la Quinzaine des Réalisateurs (films concourant pour la Caméra d’or) semble également pleine de promesses :

quinzaine_2013_4x3_presse_WEBrvbA Strange Course of Events de Raphaël Nadjari

Les Apaches de Thierry de Peretti

Après la nuit de Basil Da Cunha

– Blue Ruin de Jeremy Saulnier

Le Congrès d’Ari Folman

La Danza de la realidad d’Alejandro Jodorowsky

L’Escale de Kaveh Bakhtiari

La Fille du 14 Juillet d’Antonin Peretjatko

Henri de Yolande Moreau

Ilo Ilo d’Anthony Chen

Jodorowsky’s Dune de Franck Pavich

Last Days on Mars de Ruairi Robinson

Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne (dont nous nous réjouissons d’avance!)

Magic Magic de Sebastian Silva

On the Job de Erik Matti

Le Géant égoïste de Clio Barnard

Tip Top de Serge Bozon

Ugly de Anurag Kashyap

Un voyageur de Marcel Ophuls

L’Eté des poissons volants de Marcela Said

We Are What We Are de Jim Mickle

Cinéphiles du monde entier, vous voici parés à célébrer cet événement festif des plus attendus!

Dernière info – et pas des moindres! – Des Films et des mots vous donne rendez-vous en direct sur la Croisette pour tout vous dire sur les coups de coeur de cette cuvée 2013 !

Plus de renseignements sur le site du Festival de Cannes ici

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS