Manchester by the sea

515533-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx Solitaire, peu affable, un brin bourru, Lee Chandler œuvre comme homme à tout faire dans plusieurs immeubles de la banlieue de Boston. Sa vie se résume à déboucher les éviers, déblayer les allées enneigées durant la semaine et sortir au pub pour provoquer une bagarre le week-end. A la mort de son frère, désigné comme tuteur légal, il doit abandonner son quotidien morose et retourner à Manchester pour s’occuper de son neveu de 16 ans, Patrick. Ce retour sur les traces du passé va contraindre Lee à affronter les fantômes de la terrible tragédie qui a brisé sa vie.

Casey Affleck (Lee Chandler) offre une interprétation très juste et toute en retenue de ce personnage qui vit à côté de sa propre vie, cet homme meurtri, dont la blessure si profonde n’a rien laissé d’autre qu’un grand vide impossible à combler. L’impassibilité de l’acteur permet au film d’éviter le pathos et le flot de larmes qu’il pourrait provoquer. Autre personnages touche par le deuil, le neveu joué par Lucas Hedges (Patrick) apporte une certaine légèreté de ton dans ce mélodrame. Patrick représente l’archétype de l’adolescent : star locale de hockey sur glace à la libido débordante, chanteur et musicien dans un groupe de rock, il tente de gérer au mieux la mort de son père.

La vraie réussite du film réside dans la relation complexe et complice des deux protagonistes, qui vont devoir réapprendre à se connaître notamment lors de longs trajets en voiture. A l’inverse de Lee, son ex-femme, Randi – jouée par l’excellente Michelle Williams -, se laisse submerger par l’émotion et use d’une grande expressivité pour extérioriser sa douleur.

La scène choisie pour illustrer l’affiche du film est d’ailleurs l’une des plus déchirantes. Le montage mêle subtilement la description du présent aux retours en arrière, permettant d’insérer les souvenirs de Lee et d’éclairer ses réactions présentes. La ville côtière se trouve sublimée par une photographie de ses paysages marins qui apporte une douce mélancolie. De même, le réalisateur Kenneth Logerman offre par son usage de la musique classique un certain lyrisme aux scènes de sorties en bateau.

Manchester by the sea est un film très réussi qui aborde avec justesse les thèmes du deuil et de la résilience. L’alternance entre la comédie et le drame, le présent et le passé, les scènes intimistes en voiture et l’immensité de l’océan en bateau font de ce drame l’un des plus beaux films de la fin d’année 2016.

Sortie le 14 décembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Les Amants du Texas

21023666_2013073114405281.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxBob et Ruth s’aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu’elle est enceinte. Dès lors, Bob n’aura qu’une obsession : s’échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant.

Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d’un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d’une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l’avenir.

Second long métrage de David Lowery, Les Amants du Texas raconte une histoire d’amour devenue impossible entre un hors-la-loi passionné et une jeune femme prise dans la tourmente entre raison et sentiments.

Pour camper ces Bonnie et Clyde d’un genre plus intimiste, Casey Affleck surprend par sa puissance et sa maturité et fait la part belle à la sublime Rooney Mara, solaire et lunaire. Quant au personnage de Patrick, le shérif dévoué secrètement épris de la belle Ruth, Ben Foster livre une prestation touchante, tout en finesse et en retenue.

L’intemporalité qui se dégage de ce drame aux accents de western teinté de romantisme, la douceur qui nous berce tout au long de ce récit mélancolique entrecoupée de notes brutales, la mise en scène subtile et minimaliste, les personnages au caractère bien définis qui évitent la caricature, la tessiture folk, les images aux couleurs chaudes contrastant avec l’intention terrible du film sont autant d’éléments qui font des Amants du Texas une réussite. Un film a priori tout simple qui laisse pourtant une étrange impression d’éphémère inoubliable.

Sortie le 18 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

L’Etrange pouvoir de Norman ++

Un jeune garçon qui parle aux morts, une histoire de sorcière vengeresse, des zombies repentis qui se baladent l’âme en peine, une malédiction  à déjouer et une ville bien décidée à chasser les trublions par n’importe quel moyen. Voici en quelques mots l’histoire de Norman, enfant solitaire et incompris, qui, encouragé par feu sa grand-mère, se voit investi d’une mission des plus effrayantes : briser un sortilège multicentenaire sous peine de voir la petite ville de Blithe Hollow réduite à néant.

Entouré de Courtney, son insupportable soeur, de Neil, un ami un tantinet collant mais franchement sympathique, de Mitch, le grand-frère bodybuildé à la cervelle de moineau et d’Alvin, la terreur de l’école, Norman va devoir faire preuve de courage et d’esprit pour apaiser la sorcière et rétablir ainsi la paix à Blithe Hollow.

Des personnages attachants, des situations cocasses, des courses poursuites effrénées, un final rempli d’émotions et pour toile de fond, de la terreur particulièrement jouissive…

Tels des marionnettistes aux doigts de fée – et à la patience d’ange! -,  Sam Fell et Chris Butler ont conçu l’univers fantastique de L’Etrange pouvoir de Norman en stop-motion, une forme artistique qui met en scène des personnages réels dans un décor fait à la main mais envisagé en 3D. Un travail minutieux – pour une à deux minutes d’un film en stop-motion, une semaine de travail est nécessaire – pour un rendu visuel des plus réussis, à mi-chemin entre Les Noces Funèbres et Coraline.

Cette comédie horrifique truffée de références au cinéma d’épouvante fait la part belle à la compassion, à l’entraide et à la bravoure tout en s’amusant de nos peurs enfantines.

Une belle histoire pleine de tendresse, génialement angoissante et terriblement drôle.

Sortie le 22 août 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS