Au coeur de l’océan

589002.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxHiver 1820. Le baleinier Essex quitte la Nouvelle-Angleterre et met le cap sur le Pacifique. Il est alors attaqué par une baleine gigantesque qui provoque le naufrage de l’embarcation. À bord, le capitaine George Pollard, inexpérimenté, et son second plus aguerri, Owen Chase, tentent de maîtriser la situation. Mais face aux éléments déchaînés et à la faim, les hommes se laissent gagner par la panique et le désespoir…

Ron Howard aux commandes, Chris Hemsworth, Cillan Murphy, Benjamin Walker à babord, Brendan Gleesson et Ben Wishaw à tribord, et comme toile de fond, l’histoire qui inspira Moby-Dick, le roman culte d’Herman Melville. L’affiche est engageante. Ron Howard, en fieffé capitaine, souque ferme et tient haut la barre pour nous livrer, une fois de plus, du grand spectacle.

Le film s’ouvre sur la rencontre de l’écrivain Herman Melville et Thomas Nickerson, qui participa à la terrible expédition de l’Essex alors qu’il n’était qu’un jeune matelot. Le récit se construit sous forme de flash back bien menés, apportant quelque respiration bienvenue à l’histoire, et traduit la réalité d’une époque où l’huile de baleine se monnayait en pièces d’or, où être bien né était gageur de qualité et où la vie de marins ne valait pas tripette.

Un casting hollywoodien, des images grandioses, une narration tout en intensité… voilà de quoi se laisser aisément prendre au jeu de ce film d’aventure épique. Et pourtant, on ressort de la salle de cinéma perplexe, peu dupe de toute cette poudre aux yeux facile et vaine.

Sortie le 9 décembre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Rush

21023887_20130801123843604.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRush retrace le passionnant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari.

Issu de la haute bourgeoisie, fêtard et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. Rush suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs débuts jusqu’à la victoire.

Restituer les émotions procurées par la course automobile, satisfaire les aficionados de la F1 et séduire les néophytes en racontant l’histoire palpitante de deux destins réunis par une même passion. Tel est le pari relevé par un Ron Howard à l’enthousiasme communicatif, particulièrement inspiré derrière la caméra.

Au casting, Chris Hemsworth (Thor) prête son charisme au séduisant James Hunt, sorte d’enfant gâté insupportable, tandis que l’excellent Daniel Brülh (Good bye, Lenin!) incarne un Niki Lauda suffisant et opiniâtre. Un duo antinomique qui frôle parfois la caricature mais qui réussit contre toute attente à nous embarquer à leurs côtés dans leurs courses contre la montre, contre la mort.

Bien calés au fond de nos sièges, on sent le moteur vrombir, l’adrénaline grimper en flèche à mesure que le compteur kilométrique s’emballe et les muscles se raidir face aux obstacles imprévus.

« Ça devait être intense et viscéral. C’était la clé de Rush  » confiait le réalisateur.

Mais au-delà de la puissance de ce film haletant, c’est la rencontre insensée de deux frères ennemis qui nous saisit : deux égos mordus de vitesse et de bitume partagés entre admiration et jalousie que la folie, l’intelligence et l’obstination feront rentrer dans la légende de la F1.

Sortie le 25 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Avengers ++

Thor, Captain America, Iron Man, Black Widow, Hulk, Hawkeye réunis dans un même film autour d’un dessein commun… Les fans en rêvaient (merci les nombreux « teasing » !), Marvel et Walt Disney Company l’ont fait!

Lorsque Nick Fury, le directeur du S.H.I.E.L.D., l’organisation qui préserve la paix au plan mondial, cherche à former une équipe de choc pour empêcher la destruction du monde, Iron Man, Hulk, Thor, Captain America, Hawkeye et Black Widow répondent présents. Les Avengers ont beau constituer la plus fantastique des équipes, il leur reste encore à apprendre à travailler ensemble, et non les uns contre les autres, d’autant que le redoutable Loki a réussi à accéder au Cube Cosmique et à son pouvoir illimité…

Des super héros en pleine forme s’amusant de leurs pouvoirs démentiels, des cascades à la pelle, des répliques qui font mouche et un rythme effréné qui ne souffre d’aucun temps mort… Josh Whedon, pourtant plus habitué à la petite lucarne (Buffy contre les vampires, Dollhouse), réussit l’impossible : faire d’Avengers un film puissant où chaque super héros tient sa place.

Autour de lui, un casting des plus alléchants : si Robert Downey Jr, Chris Evans, Scarlett Johansson Chris Hemsworth etTom Hiddleson retrouvent respectivement leur costume de milliardaire excentrique, de soldat légendaire, d’espionne insaisissable, de prince guerrier et de demi-dieu revanchard, Mark Ruffalo est le dernier à rejoindre l’équipe Marvel et endosse à merveille le rôle ô combien complexe de Hulk (interprété précédemment par Eric Banna et Edward Northon).

L’esprit et l’humour narquois de Stark, l’agilité et la force de persuasion de Black Widow, la puissance et la droiture de Thor, le courage et le sens des valeurs de Captain America, l’intelligence et l’imprévisibilité du Dr Benett/Hulk, la précision et la témérité de Hawkeye… autant d’ingrédients efficaces qui participent à la réussite du film, auxquels s’ajoutent des scènes de combat magistralement orchestrées, des situations conflictuelles des plustruculentes (les rapports entre Stark et Captain America sont particulièrement savoureux) et une mise en scène extrêmement maîtrisée.

Et bien que la 3D n’apporte décidément rien de plus à notre afffaire (si ce n’est un relatif mal de crâne) et que ce patriotisme guimauve poussé à l’extrême frôle le supportable (à tel point qu’on finit part se demander si le film n’est pas inspiré d’une publicité pour la Green Card), Avengers est un bon divertissement où l’on n’en prend plein les mirettes. Jouissif et convainquant.

Sortie le 25 avril 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS