Jurée au Grand Prix Cinéma Elle – 2e partie

10393163_579894875461297_7321444597452632376_nSamedi matin, les festivités ont repris de plus belle avec Whiplash, premier film de Damien Chazelle qui met en scène un jeune batteur de jazz rêvant d’intégrer l’orchestre dirigé par un chef aussi talentueux qu’intraitable. Acharnement, passion, humiliation, Chazelle nous fait vivre cette quête de l’excellence avec une intensité rarement vécue au cinéma.

Vient le tour des Héritiers, de Marie-Castille Mention-Schaar, adapté du scénario du jeune Ahmed Drame inspiré de sa propre histoire lorsqu’il remporta avec sa classe du lycée de Créteil le concours national de la Résistance et de la déportation. Un thème mainte fois ressassé, mais un clin d’oeil émouvant à ce professeur qui sut faire et donner confiance à ces adolescents à l’avenir incertain.

Pour clore cette deuxième journée, le très attendu Mommy, de Xavier Dolan (Prix du jury au dernier Festival de Cannes) qui confirme être un cinéaste de l’esthétique et de l’émotion.

Dimanche, rendez-vous à 9h. Pour réveiller les yeux qui piquent, un café et surtout, les rires provoqués par Elle l’adore, premier film de Jeanne Herry avec la pétillante Sandrine Kiberlain, parfaite en groupie mythomane, qui nous fit la surprise de venir échanger à l’issue de la projection.

Une pause brunch avant la dernière ligne droite nommée Saint Laurent, présenté par Bertand Bonello lui-même. Un bel hommage au travail du grand couturier hélas entaché par une mise en scène fastidieuse, décousue et aux longueurs insupportables. Ce film a pour ma part suscité par mal de questions sur l’art en général, le cinéma en particulier. Je vous en reparlerai d’ici le 24 septembre (date de la sortie du film).

Vient le temps des derniers débats, perplexes ou exaltés, l’attribution des notes (le verdict tombera le 16 septembre prochain), et le rideau se referme sur ce week-end merveilleux, intense, surprenant, et tout bonnement magique!

Ce que j’en retiens surtout, ce sont ces rencontres inattendues avec d’autres spectatrices assidues qui ont donné lieu à des discussions palpitantes autour de la même passion pour le septième art… Des discussions qui se prolongeaient jusque dans les rames du métro et reprenaient de plus belle le lendemain, autour d’un verre, dans la file d’attente ou au sortir de la salle de cinéma.10354956_580356628748455_2318407063298484281_n

Je ne vous le cache pas, le retour à la réalité lundi matin fut rude, bien qu’adouci par l’exquis d’une madeleine sortie des fourneaux de la Pâtisserie des rêves (au plaisir cinéphile se joint souvent le plaisir des papilles). Mais l’évidence de devenir journaliste cinéma se précise de jour au jour. D’ici là, je continue à vivre mon rêve éveillé et à vous le faire partager.

Un conseil tout de même aux lectrices de ce blog : je vous encourage vivement à envoyer votre candidature pour être à votre tour jurée du Grand Prix Elle l’an prochain. Si ça ne tenait qu’à moi, j’y retournerais de suite!

Il ne me reste qu’à vous donner rendez-vous au fil des critiques, sur ce blog… ou peut-être ailleurs!

Cinéphilement vôtre,

Laëtitia

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

A l’intérieur du 66e Festival de Cannes

AFF_CANNES_22X30.indd« Ce que nous demandons au cinéma, c’est ce que l’amour et la vie nous refusent, c’est le mystère, c’est le miracle ».

En quelques mots, Robert Desnos réussit à dire tout ce que le septième art représente aux yeux des cinéphiles. Une expérience inédite, une parenthèse inespérée, des émotions rares qui viennent vous submerger sans comprendre forcément pourquoi ni comment.

Douce addiction ou passion dévorante, divertissement ou film d’auteur, le cinéma parle à chacun et attise cette petite flamme appelée à grandir au fur et à mesure des découvertes sur grand écran.

Ce mercredi 15 mai s’ouvre le 66e Festival de Cannes. Imaginez alors l’état d’esprit dans lequel peut se trouver une amoureuse transit d’histoires en tout genre racontées sur la toile, à l’idée de monter les célèbres marches pour la deuxième année consécutive, résolue à dévorer allègrement – mais avec une parcimonie certaine – des pépites cosmopolites qui viendront confirmer des talents déjà connus et révéler sans nul doute de nouveaux génies.

Excitation, fascination, colère, polémique, déception, surprises, enthousiasme… Ces prochains jours s’annoncent des plus palpitants!

C’est pourquoi je vous donne rendez-vous sur la Croisette, d’où je vous livrerai mes impressions (en direct sur les réseaux sociaux) avant de vous raconter sur le blog tous mes souvenirs  – à l’évidence merveilleux !

Cinéphilement vôtre!

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS