Voyage à travers le cinéma français

008154-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx« Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy […]. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver ».

Lorsque Bertrand Tavernier prend sa caméra, vous vous attendez à l’inattendu. Prenez sa filmographie, dense, éclectique, géniale : Que la fête commence, Le Juge et l’Assassin, Capitaine Conan, Dans la Brume électrique ou encore Quai d’Orsay. Des drames, des adaptations littéraires, des films d’époque, du polar, des comédies… Et aujourd’hui, un documentaire, sublime, passionnant, poétique, exaltant.

Il y a quelque chose d’unique et de bouleversant dans ce Voyage à travers le cinéma française que nous conte M. Tavernier. Au gré de ses archives personnelles, des extraits des films qui l’ont influencés gamin ou des anecdotes croustillantes qu’il nous rapporte malicieusement, le cinéaste livre ses souvenirs remplis de tendresse et d’admiration pour les artistes qui l’ont inspirés.

Le lyrisme de Gabin, la gueule d’Eddie Constantine, les mouvements de caméra chez Jean Renoir, Becker le pionnier, qui fut « le premier à donner aux femmes toute leur place au cinéma », le sens de la dramaturgie chez Trauner, l’exigence de Carné ou de Delannoy, le caractère impétueux de Melville qui se brouilla avec Ventura sur le tournage de L’Armée des ombres mais qui était « un conteur extraordinaire » et qui voulait faire l’éducation cinéphile du jeune Tavernier, le cinéma de Sautet – son autre « parrain de cinéma »  – et sa rencontre décisive avec Ventura… Mais aussi l’importante culture musicale des films français des années 1930-1940, la musique de Maurice Jaubert dans Le Jour se lève ou Le Quai des brumes, la trompette de Miles Davis dans Ascenseur pour l’échafaud, la guitare dans Jeux interdits,  la magie des montages de Jean Sacha, la novatrice cinémathèque française d’Henri Langlois à la programmation « géniale, erratique voire dadaïste », la nécessaire conservation des films.

Voilà de quoi s’est nourri le cinéaste, qui a exercé son analyse critique au cours des années « Nickelodéon », le ciné-club fondé avec ses compères Yves Martin et Bernard Martinand, et qui porte toujours le même regard enthousiaste et attentif sur le travail de tel ou tel grand nom du cinéma français.

Truffé de références, tour à tour émouvant, truculent, amusant, captivant, ce Voyage à travers le cinéma français est une merveilleuse lettre d’amour au septième art, un hommage d’à peine 3h11 indispensable à tout cinéphile qui se respecte.

Sortie le 12 octobre 2016

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Le jour le plus Court – 2ème!

« Réclamons pour le cinéma le droit de n’être jugé que sur ses promesses » exigeait René Clair. Un idéal qui pourrait être le leitmotiv du Jour le plus Court…

Pour la 2ème année consécutive, le Centre national du cinéma et de l’imagerie animée (CNC) et l’Agence du court métrage s’associent pour célébrer, l’espace d’une journée, le format court, synonyme de créativité, de diversité et de liberté de ton. Une façon des plus enthousiastes de braquer les projecteurs sur les jeunes talents et de susciter peut-être même certaines vocations… De bien belles promesses soutenues par de nombreuses personnalités, de Nathalie Baye à Michel Hazanavicius en passant par Jean Dujardin, Xavier Beauvois et bien d’autres.

Vendredi 21 décembre, le solstice d’hiver se pare de ses plus belles lumières et invite petits et grands, initiés ou amateurs, à participer à la fête du court métrage depuis les salles de cinéma jusque dans des lieux plus insolites tels les lycées et les écoles, les maisons de retraite, les restaurants, les hôpitaux, partout en France et par-delà les frontières puisque Sofia, Athènes ou encore Dakar sont partenaires de cette nouvelle édition.

Le Jour le plus Court met ainsi à disposition des organisateurs (professionnels ou particuliers) un catalogue de 250 films sélectionnés par l’Agence du court métrage.

Moteur… Action!

Plus d’informations sur le site internet du Jour le plus Court ici


Le jour le plus court 2012 – Capsule parrain… by lejourlepluscourt

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Evénement : Le Jour le plus court

Imaginez une grande fête du court-métrage réunissant professionnels et amateurs, célébrée partout en France le temps d’un jour et d’une nuit… Le 21 décembre prochain, le rêve devient réalité avec le lancement de la 1e édition du Jour le plus court.

Initiée par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), cette manifestation a pour ambition de faciliter l’accès du grand public au format court. Chacun est ainsi convié à diffuser des courts métrages dans des lieux traditionnels ou insolites tels les salles de cinéma, internet, les musées, les institutions, les bars, les trains…

L’Agence du court métrage met à la disposition de tous ceux – individuel, association ou lieu public – qui souhaitent s’associer à cette grande fête un catalogue de 250 courts métrages libres de droits, ainsi qu’un mode d’emploi expliquant les modalités de participation, disponible sur le site www.lejourlepluscourt.com (ouverture du site le 10 octobre). Les cinéphiles pourront s’improviser programmateurs en proposant des diffusions thématiques mais aussi des rencontres, des tables rondes ou des portes ouvertes, et dévoiler leur propre réalisation. Il suffit pour cela de s’inscrire sur le site précité et de mentionner le lieu, l’heure et le type de manifestation proposés afin de figurer sur la programmation. Attention : la date limite d’inscription est fixée au 21 novembre 2011.

Parrainé par Michel Gondry, Jacques Perrin, Jeanne Moreau et Mélanie Laurent, ce premier Jour le plus court séduira à coup sûr les amoureux du septième art et les curieux animés d’une même passion : la découverte d’œuvres créatives et audacieuses à travers un format ô combien exigeant. Jacques Tati, Jean-Luc Godard ou encore Tim Burton en savent quelques chose…

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS