Rush

21023887_20130801123843604.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRush retrace le passionnant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari.

Issu de la haute bourgeoisie, fêtard et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. Rush suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs débuts jusqu’à la victoire.

Restituer les émotions procurées par la course automobile, satisfaire les aficionados de la F1 et séduire les néophytes en racontant l’histoire palpitante de deux destins réunis par une même passion. Tel est le pari relevé par un Ron Howard à l’enthousiasme communicatif, particulièrement inspiré derrière la caméra.

Au casting, Chris Hemsworth (Thor) prête son charisme au séduisant James Hunt, sorte d’enfant gâté insupportable, tandis que l’excellent Daniel Brülh (Good bye, Lenin!) incarne un Niki Lauda suffisant et opiniâtre. Un duo antinomique qui frôle parfois la caricature mais qui réussit contre toute attente à nous embarquer à leurs côtés dans leurs courses contre la montre, contre la mort.

Bien calés au fond de nos sièges, on sent le moteur vrombir, l’adrénaline grimper en flèche à mesure que le compteur kilométrique s’emballe et les muscles se raidir face aux obstacles imprévus.

« Ça devait être intense et viscéral. C’était la clé de Rush  » confiait le réalisateur.

Mais au-delà de la puissance de ce film haletant, c’est la rencontre insensée de deux frères ennemis qui nous saisit : deux égos mordus de vitesse et de bitume partagés entre admiration et jalousie que la folie, l’intelligence et l’obstination feront rentrer dans la légende de la F1.

Sortie le 25 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Eva ++

Un film de science-fiction qui s’intéresse aux robots sans tomber dans les poncifs habituels d’un monde futurisme, et capable de nous émouvoir. Telle est la façon dont Kike Maillo, jeune réalisateur espagnol, envisageait Eva, son premier long métrage.

Alex, un ingénieur de renom, est rappelé par la Faculté de Robotique, après dix ans d’absence, pour créer le premier robot libre : un enfant androïde. Il retrouve alors Lana, son amour de jeunesse, et son frère David, qui ont refait leur vie ensemble. Il va surtout faire la connaissance d’Eva, sa nièce, une petite fille étonnante et charismatique. Entre Eva et Alex se dessine une relation particulière. Ce dernier décide alors, contre l’avis de Lana, de prendre Eva pour modèle de son futur androïde…

Kike Maillo nous emmène au coeur des montagnes enneigées, dans un cadre intime,  pour nous raconter l’histoire d’un inventeur de génie, sensible et introverti, qui semble plus à l’aise avec les robots qu’il crée – il estinséparable de Gris, un robot-chat doté d’une « liberté » lui permettant d’agir comme bon lui semble – qu’avec les humains.

Loin des clichés sur les savants fous, aux antipodes des films de science-fiction au scénario alambiqué, Eva se révèle émouvant et s’articule autour d’une intrigue simple, à l’approche résolument familière et qui témoigne des conséquences inéluctables engendrées par l’orgueil de l’homme à vouloir créer des machines à son image.

Une mise en scène belle et poétique, des personnages unanimement attachants, qu’il s’agisse du triangle amoureux, d’Eva, la petite fille espiègle ou encore de Max, le sympathique androïde au niveau d’émotions réglable, un casting formidable (Daniel Brülh, impeccable en scientifique insaisissable ; Lluis Homar, tout en tendresse en robot attentionné – une interprétation qui lui valut récemment un Goya* -, la jeune Claudia Vega, dont c’est le 1er rôle au cinéma, remarquable)… Il n’est pas étonnant d’apprendre que le film de Kike Maillo a reçu le Prix du Public au dernier Festival du film fantastique de Gérardmer. Souhaitons-lui le même succès dans nos salles obscures!

* Les Goyas sont l’équivalent des César.

Sortie le 21 mars 2012.

Sortie en DVD le 5 septembre 2012.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS