Jeu concours Marie-Francine

Un nouveau jeu concours sur Des Films et des Mots!

Vous aimez l’irrésistible fantaisie de Valérie Lemercier, son humour pince-sans-rire, son univers merveilleusement singulier ? La revoici devant et derrière la caméra avec Marie-Francine, une comédie romantique sur une quinquagénaire de retour au domicile parental après s’être séparée de son mari.

Evidemment, la co-habitation est loin d’être idyllique : infantilisée par ses parents, elle se retrouve à tenir une petite boutique de cigarettes électroniques. C’est là qu’elle rencontre le tendre Miguel (Patrick Timsit), qui, sans oser le lui avouer, est dans la même situation qu’elle. Comment vont faire ces deux-là pour abriter leur nouvel amour sans maison? Telle est la question…

Pour découvrir ce film délicieusement déjanté ‘en salles le 31 mai 2017) et tenter de remporter deux places de cinéma**, il vous suffit de répondre directement au questionnaire en ligne ici avant le 30 mai 2017 à 23h59.

Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leur lot par voie postale.

Bonne chance à tous!

**valables en France métropolitaines

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

La Mécanique de l’ombre

426558-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxDeux ans après un « burn-out », Duval est toujours au chômage. Contacté par un homme d’affaire énigmatique, il se voit proposer un travail simple et bien rémunéré : retranscrire des écoutes téléphoniques. Aux abois financièrement, Duval accepte sans s’interroger sur la finalité de l’organisation qui l’emploie. Précipité au cœur d’un complot politique, il doit affronter la mécanique brutale du monde souterrain des services secrets.

Thriller d’espionnage, film politique, fable noire… Pour son premier long métrage, Thomas Kruithof plonge le spectateur dans un univers trouble et inquiétant : celui du pouvoir et de ses coulisses redoutables.

Telle une partie d’échecs dont l’issue ne peut être que fatale, La Mécanique de l’ombre se révèle aussi palpitante que fascinante. Corruption, stratégie retorse, enlèvement, torture, mises sur écoute, disparitions mystérieuses… On se laisse prendre rapidement à ce jeu machiavélique auquel participe le docile Duval. Mais celui qui ne semble être qu’un vulgaire pion pourrait bien prendre la cavalier, et mettre le roi mat.

Servie par des acteurs impeccables – François Cluzet, Denis Podalydès et Sami Bouajila forment un formidable trio insaisissable -, par un scénario écrit avec finesse et précision malgré le sujet ardu et opaque, et par une mise en scène froide et oppressante, La Mécanique de l’ombre est un dédale infernal dans lequel on se laisse balader aisément, pris par le suspense haletant qui va crescendo. Il est toutefois dommage que la scène de l’affrontement final tant attendue s’avère incohérente voire bâclée, et laisse une sensation d’inachevée.

Sortie le 11 janvier 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Libre et assoupi

523960.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxSébastien n’a qu’une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon, c’est son canapé. Sa vie, il ne veut pas la vivre mais la contempler. Mais aujourd’hui, si tu ne fais rien, tu n’es rien. Poussé par ses deux colocs – la décidée Anna et le pas tout à fait décidé Bruno – qui enchaînent stages et petits boulots, Sébastien va devoir faire… un peu.

Inspiré du roman de Romain Monnery, Libre et assoupi s’annonce comme une comédie sympathique et sans prise de tête. En cela, le premier long métrage de Benjamin Guedj est plutôt honnête, à défaut d’être réussi, le film péchant par manque d’exigence et de rigueur.

Pourtant, les bonnes idées sont légion : Guedj réussi à nous rendre attachant ce quasi-trentenaire marginal qui assume ses choix en affichant une nonchalance déconcertante, et ébauche un portrait d’une génération « coincée le cul entre deux chaises », qui, bien que diplômée, peine à trouver un emploi. De la bonne humeur, une légère fantaisie, un goût pour les répliques soignées et pour le comique de situation… autant d’ingrédients que l’on aurait aimé voir exploités davantage plutôt que d’assister à une multiplication de scènes disparates, parfois maladroites voire sans intérêt.

Quant à la distribution, elle s’avère fort inégale (à l’image du film d’ailleurs) : Baptiste Lecaplain se révèle être un bien meilleur humoriste qu’acteur et Charlotte Le Bon en fait des tonnes. Heureusement, le jeune Félix Moati et l’excellent Denis Podalydès relèvent le niveau de cette comédie un peu trop simpliste et qui ne va pas au bout de son sujet. Vraiment dommage.

Sortie le 7 mai 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS