L’Atelier

 Après avoir porté sa caméra dans une salle de classe, Laurent Cantet, adepte des récits d’apprentissage, fait d’un atelier d’écriture un lieu de réflexion et d’initiation.

En plein cœur de l’été, Olivia (Marina Foïs), écrivain reconnu, mène cet atelier d’écriture, composé d’un petit groupe de jeunes  en réinsertion. Le but recherché est l’élaboration d’un roman noir dont l’intrigue se situe dans l’historique chantier naval de La Ciotat. La recherche pédagogique, tout comme les errements de la création, sont restitués avec un réalisme saisissant.

Au cours des échanges animés, l’un des protagonistes se démarque par des propos provocateurs. Il s’agit d’Antoine (Matthieu Lucci), jeune loup solitaire biberonné aux jeux vidéo et aux images ultra violentes. A la fois effrayée et intriguée par le comportement du jeune homme, Olivia tente d’en savoir davantage à son sujet, puisant ainsi une nouvelle matière à son propre roman.

Dès lors, un jeu du chat et de la souris s’instaure entre le jeune homme en rupture et l’écrivain en manque d’inspiration, les amenant à s’espionner mutuellement. L’intrigue rondement menée place le spectateur sous haute tension et atteint son paroxysme lors d’une scène aux bords de la falaise.

Partisan d’un cinéma du réel, Laurent Cantet réunit une fois encore un casting de non professionnels des plus inspirés pour incarner ces jeunes en réinsertion. Le cinéaste signe là un portrait de groupe d’une belle sensibilité à travers un récit d’une rare intensité dramatique.

En salles le 11 octobre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu concours Un Vent de liberté

Nouveau coup de cœur en vue! Un Vent de liberté, signé par le réalisateur iranien Behnam Behzadi, sort en salles le 19 juillet prochain. Avant de vous reparler de ce portrait de femme particulièrement émouvant, nous vous proposons un nouveau jeu concours avec, en jeu, deux places de cinéma*.

Niloofar, 35 ans, vit seule avec sa mère. Pour protéger celle-ci de la pollution de l’air de Téhéran, la famille décide unilatéralement que Niloofar devra déménager et vivre avec sa mère à la campagne… Alors qu’elle s’est toujours pliée aux exigences des autres, cette fois elle leur tiendra tête.

Tentez votre chance en répondant au questionnaire en ligne ICI avant le 20 juillet 2017, 23h00. Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leurs places de cinéma par voie postale.

Bonne chance à tous !

*valables en France métropolitaine ; une seule participation par personne.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

La Prunelle de mes yeux

364542-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxUne fille, un garçon. Elle aime la musique, lui aussi (mais pas la même). Ils se détestent, ils se croisent sans cesse. Et surtout : elle est aveugle, il voit parfaitement. Un jour, par provocation, il se fait passer pour aveugle auprès d’elle. Ce qui n’était qu’une mauvaise blague dure un peu trop longtemps, l’amour arrive, la situation se complique, et la supercherie va devenir explosive.

Décalé, pétillant, absurde, fantasque, jouissif, délicat, savoureux, truculent… les adjectifs enthousiastes ne manquent pas quand il s’agit de qualifier la comédie romantique singulière signée Axelle Ropert (Tirez la langue, Mademoiselle). Il y a là un même charme, une même fantaisie, une même douceur mélancolique que dans l’univers de Sébastien Betbeder (2 automnes 3 hivers). Chez Axelle Ropert, les amoureux aussi se tournent autour, mais commencent par s’insupporter mutuellement tout en se cherchant l’un l’autre. Les lois de l’attraction réservent bien des mystères qui semblent inspirer la cinéaste.

« À partir du moment où l’amour affleure, la tragédie s’invite aussi dans le récit. Faire que l’amour ait du poids et de l’importance, que ce ne soit pas une petite convention supplémentaire ajoutée au cahier des charges du genre ; faire que ce soit vraiment déchirant. Cela a un côté casse-gueule, car si c’est déchirant, soudain ce n’est plus si drôle, c’était un équilibre périlleux à mettre en place ! », confie-t-elle.

Servi par un duo électrique interprété par Bastien Bouillon, irrésistible séducteur en toc que l’on adore détester, et la pétillante Mélanie Bernier, adorable amoureuse espiègle, La Prunelle de mes yeux se révèle être une « love story » profonde et légère, moderne et joliment désuète, mélodieuse et cacophonique… comme on les aime tant !

Sortie le 21 décembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS