Au bonheur des ogres

21032768_20130828161559985.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDans la tribu Malaussène, il y a quelque chose de curieux, de louche, d’anormal même diraient certains. Mais à y regarder de près, c’est le bonheur qui règne dans cette famille joyeusement bordélique dont la mère sans cesse en cavale amoureuse a éparpillé les pères de ses enfants. Pour Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel et frère aîné responsable de cette marmaille, la vie n’est jamais ennuyeuse. Mais quand les incidents surviennent partout où il passe, attirant les regards soupçonneux de la police et de ses collègues de travail, il devient rapidement vital pour le héros de trouver pourquoi, comment, et surtout qui pourrait bien lui en vouloir à ce point-là ? Benjamin Malaussène va devoir mener sa propre enquête aux côtés d’une journaliste intrépide surnommée Tante Julia pour trouver des réponses.

Adapter sur grand écran l’un des plus célèbres romans de Daniel Pennac qui a accompagné l’imaginaire de tant de lecteurs devenus accros à la saga des Malaussène semblait impossible. L’univers de Pennac déborde d’inventivité et grouille de menus détails que chacun s’approprie pour se faire sa propre représentation de l’histoire contée. Voilà pourquoi proposer une lecture personnelle d’Au bonheur des ogres était un exercice plutôt casse-gueule. C’était sans compter le regard enthousiaste d’un grand gamin nommé Nicolas Bary.

Le cinéaste avait déjà révélé un goût certain pour la fantaisie teintée de noirceur dans Les Enfants de Timpelbach, une fable fantastique ô combien inquiétante. Un mélange des genres que Bary utilise à nouveau dans Au bonheur des ogres, où l’enquête policière se mêle à la comédie, où l’action côtoie l’aventure, où la modernité flirte allègrement avec la nostalgie.

La tonalité à la fois décalée et sombre du roman qui met en scène la disparition d’enfants et des meurtres en série dans un quotidien coloré et farfelu est brillamment restituée, tout comme le sont les personnages hauts en couleur et particulièrement attachants : Benjamin (Raphaël Personnaz, parfait dans un rôle à contre-emploi), l’aîné protecteur aux accents fleur bleue, secondé par la douce Louna (Mélanie Bernier, un peu trop en retrait), veille comme il peut sur Thérèse, charmant génie à l’allure gothique, Jérémy, le casse-cou expert ès bombe artisanale, et le petit, adorable minot qui aime tant répéter les jurons de son grand frère. Autour de cette famille à nulle autre pareille gravitent l’espiègle et mystérieuse Tante Julia (pétillante Bérénice Béjo), Stogil le taciturne bienveillant (Emir Kusturica fidèle à lui-même), et l’obscure Sinclair, détenteur de terribles secrets (formidable Guillaume de Tonquédec).

S’il arrive que le film parte dans tous les sens au risque de s’essouffler bien des fois, le plaisir communicatif avec lequel Nicolas Bary nous embarque dans ce bienheureux foutoir à la fois drôle et inquiétant nous donne envie de nous replonger dans les romans de notre enfance. Et ça, c’est plutôt bon signe!

Sortie le 16 octobre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Gibraltar

21016154_20130627154323412_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx« Toujours mentir. Jamais trahir. »

Afin de mettre sa famille à l’abri du besoin, Marc Duval, un français expatrié à Gibraltar, devient agent d’infiltration pour le compte des douanes françaises.
De petits trafics en cargaisons troubles, il gagne progressivement la confiance de Claudio Lanfredi, un puissant importateur de cocaïne associé aux cartels Colombiens. Cette immersion en eau profonde dans l’univers des narcotrafiquants lui fait courir des risques de plus en plus importants. Mais à mesure que Marc gravit les échelons du cartel, il découvre aussi le luxe et l’argent facile…

En permanence sur le fil du rasoir, seuls ses mensonges le maintiennent encore en vie. Lorsque les douanes anglaises rentrent dans la partie pour arrêter Lanfredi, le jeu devient encore plus dangereux et sa famille risque d’en payer le prix.

Remarqué lors de son précédent film L’Assaut racontant la prise d’otages du vol Paris-Alger de décembre 1994, Julien Leclercq s’intéresse de nouveau à une autre histoire vraie : celle de Marc Fiévet, qui a infiltré les plus importants réseaux de narcotrafiquants de la mafia avant d’être trahi par les autorités douanières qui l’employaient et devoir purger une peine de dix ans de prison.

Servi par une distribution impeccable (notre coup de coeur pour Ricardo Scamarcio, décidément parfait en mafieux fascinant, se confirme une nouvelle fois) et scénarisé par Abel Rouf Dafi (la saga Mesrine, Un prophète), Gibraltar nous entraîne dans un engrenage infernal dans lequel Duval se fait prendre au piège sans aucune échappatoire.

Si ce polar aux images soignées et imprégné d’une ambiance oppressée se veut efficace, il pèche par un manque patent de suspense et de clarté.

A force d’ellipses répétées, le spectateur finit par sombrer dans cet imbroglio confus où l’on peine à identifier certains personnages et les réelles motivations de Duval (un « Monsieur Tout-le-monde » qui, pour payer ses dettes, préfère s’improviser « taupe » quitte à  mettre sa famille en danger plutôt que de vendre par exemple son bateau).

Des incohérences scénaristiques, un rythme qui s’essouffle bien vite et une intrigue bien compliquée font de Gibraltar un film hélas peu convaincant.

Sortie le 11 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS