Eye in the sky

039000-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxNairobi, Kenya. dans la cours de sa maison, une fillette rieuse joue avec le cerceau que son père vient de lui fabriquer. Dans la maison voisine, un attentat suicide impliquant un groupe de terroristes mondialement recherchés s’organise. A quelques kilomètres de là,  le colonel Katherine Powell (Helen Mirren), officier du service d’espionnage, observe ces préparatifs via un drone. Aux commandes d’une opération top-secrète menée par plusieurs nations, il lui appartient de lancer l’assaut avec l’accord des différents gouvernements impliqués. Dans une base du Nevada, Steve Watts (Aaron Paul), pilote de drones, est prêt à intervenir pour éliminer la menace. C’est alors que la fillette entre dans la zone de tir. Le danger est imminent, il faut décider vite en évaluant les risques collatéraux. Faut-il sacrifier la vie de l’enfant pour en sauver des dizaines d’autres? Qui en portera la responsabilité?

Thriller efficace, Eye in the sky dévoile les coulisses de ce qui ressemble à une partie d’échecs internationale où les civiles sont de simples pions, où les actes se décident en-dehors du terrain, où les décisionnaires se révèlent indécis, certains cachant parfois leur couardise derrière les méandres politiques.

Gavin Hood réalise un film sous haute tension, en adoptant un point de vue omniscient qui permet de suivre l’action aussi bien au sein depuis la cellule de crise basée à Londres que de la base militaire située dans le Nevada où sur le terrain du conflit. Cette approche en temps réel d’une opération militaire, vue de l’intérieur, place le spectateur dans la même position que celle des instances dirigeantes qui doivent convenir de l’avenir de leurs pays. La lourdeur et l’absurdité bureaucratique ainsi que la controverse de l’opération y sont très justement restituées. Et malgré sa réflexion profonde sur les valeurs morales, le film offre également quelques passages plus légers dans lesquels ressort la part d’humanité de chacun.

Voici un thriller politique et militaire réussi qui parvient à mettre en doute nos convictions les plus intimes et nous interroge sur ce que le personnage d’Alan Rickman nomme « le prix de la guerre ».

En e-cinéma le 9 septembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Adaline

124940.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxAprès un accident qui aurait dû lui être fatal, la belle Adaline cesse de vieillir. Aujourd’hui, bien qu’ayant vécu près de huit décennies, elle est toujours âgée de 29 ans. Après avoir mené une existence solitaire afin de ne jamais révéler son secret, une rencontre fortuite avec le philanthrope et charismatique Ellis Jones, va raviver sa passion de la vie et de l’amour.

Une mise en scène lumineuse, une photographie soignée, une belle histoire mêlant romance et science fiction, quelques fioritures plus ou moins bien amenées (telle la narration au début de l’histoire qui n’apporte pas grand chose contrairement aux images d’archive qui entrecoupent le récit, replongeant le spectateur instantanément dans telle ou telle époque), un soin tout particulier apporté aux décors et aux costumes et un casting parfait…

Porté par la sublime Blake Lively qui livre une prestation tout en élégance, Adaline est une histoire d’amour comme il en existe tant, qui repose sur une intrigue bien trop prévisible.

Le film de Lee Toland Krieger se laisse tout de même voir avec plaisir, d’autant plus au format e-cinéma, lors d’une après-midi pluvieuse ou d’une soirée de détente à la maison. Vous voilà prévenus!

Sortie  e-cinéma le 22 mai 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS