L’Atelier

 Après avoir porté sa caméra dans une salle de classe, Laurent Cantet, adepte des récits d’apprentissage, fait d’un atelier d’écriture un lieu de réflexion et d’initiation.

En plein cœur de l’été, Olivia (Marina Foïs), écrivain reconnu, mène cet atelier d’écriture, composé d’un petit groupe de jeunes  en réinsertion. Le but recherché est l’élaboration d’un roman noir dont l’intrigue se situe dans l’historique chantier naval de La Ciotat. La recherche pédagogique, tout comme les errements de la création, sont restitués avec un réalisme saisissant.

Au cours des échanges animés, l’un des protagonistes se démarque par des propos provocateurs. Il s’agit d’Antoine (Matthieu Lucci), jeune loup solitaire biberonné aux jeux vidéo et aux images ultra violentes. A la fois effrayée et intriguée par le comportement du jeune homme, Olivia tente d’en savoir davantage à son sujet, puisant ainsi une nouvelle matière à son propre roman.

Dès lors, un jeu du chat et de la souris s’instaure entre le jeune homme en rupture et l’écrivain en manque d’inspiration, les amenant à s’espionner mutuellement. L’intrigue rondement menée place le spectateur sous haute tension et atteint son paroxysme lors d’une scène aux bords de la falaise.

Partisan d’un cinéma du réel, Laurent Cantet réunit une fois encore un casting de non professionnels des plus inspirés pour incarner ces jeunes en réinsertion. Le cinéaste signe là un portrait de groupe d’une belle sensibilité à travers un récit d’une rare intensité dramatique.

En salles le 11 octobre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Le Redoutable

Godard… Anne… une histoire d’amour… sur les pavés de mai 68… la révolution d’un homme…

Libre adaptation du roman Un an après d’Anne Wiazemsky, est un grand détournement fantaisiste dans lequel Michel Hazanavicius brosse un portrait inédit et savoureux de Jean-Luc Godard. Sous les traits d’un Louis Garrel zozotant, il opère une désacralisation de la légende vivante du cinéma français.

Le réalisateur des excellents OSS 117 rend un facétieux hommage au réalisateur suisse, le présentant comme un homme colérique et caractériel, qui en grand bourgeois devenu révolutionnaire, terrorise son monde et particulièrement sa jeune épouse, Anne. Grâce à la caricature qui en est faite, le personnage détestable, en pleine période de remise en question sur son cinéma, devient au fur et à mesure presque attachant.

La photographie impeccable et la maîtrise du moindre détail permettent une restitution fidèle et réaliste de l’ambiance très « Nouvelle vague » de cette fin des années 60. Reprenant par instant le style Godardien (construction en chapitre, passage en noir et blanc et communication par titres de romans) le film devient peu à peu un hommage pop et plein de tendresse à l’égard de son sujet. Devenu un personnage burlesque, le réalisateur aux grosses montures est parodié dans ses contradictions et sa volonté de vouloir détruire lui-même un cinéma, dont il est la figure emblématique.

Clin d’œil, blague potaches et gimmick forment un ensemble réjouissant, dont il n’est pas improbable qu’il vienne nourrir les disputes entre cinéphiles. Reste à savoir si elles seront aussi savoureuses que celles présentent dans le film.

Plus qu’un biopic, c’est un pastiche réussi au budget lunettes extravagant. Ainsi va la vie, à bord du « Redoutable » !

Sortie le 13 septembre 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Les Proies

074483.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxEn pleine guerre de Sécession, dans le Sud profond, les pensionnaires d’un internat de jeunes filles isolé recueillent un soldat blessé du camp adverse. Alors qu’elles lui offrent refuge et pansent ses plaies, l’atmosphère se charge de tensions sexuelles et de dangereuses rivalités éclatent. Jusqu’à ce que des événements inattendus ne fassent voler en éclats interdits et tabous.

Alors que Don Siegel avait déjà adapté en 1971 le roman de Thomas P. Cullinan sur grand écran – avec Clint Eastwood dans le rôle titre -, Sofia Coppola livre à son tour sa propre interprétation des Proies, d’un point de vue exclusivement féminin.

« J’ai toujours aimé observer les dynamiques de groupes, et de groupes de femmes en particulier. J’ai le sentiment qu’entre femmes, les mécanismes qui émergent sont moins flagrants, plus subtils, quand chez les hommes, ils sont plus manifestes. Cette histoire m’a attirée parce que, comme dans Virgin Suicides, elle parle de filles coupées du monde. Mais aussi parce que je n’ai jamais fait de film sur des femmes d’âges variés, à des stades différents de leur vie, et sur la façon dont elles interagissent. Dans cette histoire, chacune a un rapport différent avec l’homme présent », révèle la cinéaste.

De cette relecture exclusive résulte un huis clos oppressant dont l’équilibre est soudainement menacé par l’irruption d’un élément extérieur masculin. A la distribution, un parterre de stars : Nicole Kidman, Kirsten Dunst, Elle Fanning se disputent ainsi les faveurs d’un Colin Farrell au charme troublant dans ce drame minimaliste inquiétant qui prend peu à peu des allures de thriller.

Toutefois, ce casting quatre étoiles a beau être des plus séduisants, il peine à convaincre : manque de connivence, sensualité glaciale, coquetterie trop appuyée… le torride a cédé sa place au joli, l’attirance à la minauderie.

Il n’en reste pas moins une mise en scène onirique et lumineuse, comme sait si bien les imaginer Sofia Coppola, sublimée par la photographie diaphane de Philippe Le Sourd. Un des arguments majeurs de cette version des Proies, qui a valu à Sofia Coppola de remporter le Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes.

Sortie en salles le 23 août 2017.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS