Rendez-vous sur la Croisette

22x30_Cannes2014Et c’est reparti! Pour la troisième année consécutive, j’ai le bonheur de participer au Festival de Cannes… Pour une cinéphile chevronnée, se rendre sur la Croisette sous le regard avisé (et ô combien charmeur) du grand Mastroianni et voyager chaque jour au gré des films venus du monde entier relève du merveilleux.

Imaginez plonger dans des univers inattendus avec une délectation inouïe, vous laisser bercer par des histoires fabuleuses contées par des cinéastes talentueux (du moins, la plupart du temps!) repoussant sans cesse les limites de l’imaginaire. Imaginez vous confronter à des idées différentes qui invitent à la réflexion, vous immerger dans d’autres cultures, dans d’autres modes de pensée, dans d’autres réalités. Imaginez ces rencontres qui vous attendent au bout de la pellicule, ces surprises, ces découvertes, ces déceptions aussi, mais surtout, tous ces moments de partage, de débats et d’émotions dont vous ressortez chaque fois grandi. Eh bien Cannes, c’est tout ça en condensé.

Vous comprendrez le degré d’euphorie qui m’accompagne depuis plusieurs jours!

Du 14 au 25 mai*, compétition officielle (à découvrir ici) et sélections parallèles forment aux yeux des cinéphiles un ballet de films savamment chorégraphié par Gilles Jacob (qui quittera la présidence du festival à l’issue de cette 67e édition) et Thierry Frémaux (le délégué général), interprétés par une farandole d’étoiles, filantes ou éternelles.

C’est le coeur léger et le sourire aux lèvres que je vous souhaite un très bon festival à tous!

* La remise des prix se déroulera cette année le samedi 24 mai, en raison des élections européennes du 25 mai 2014, sous l’égide de Lambert Wilson, maître de cérémonie. Le jury de la sélection officielle est à découvrir ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Palme d’Or 2013

21000447_20130422161538164_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEuphorisant, enthousiasmant, prometteur, énervant, décevant, inattendu, humide, lent, élégant, kitch, vulgaire, populaire, ensoleillé, capricieux, généreux, snob, fatiguant, ennivrant, joyeux… Voici quelques unes des très nombreuses émotions ressenties au cours de ces quelques jours passés au Festival de Cannes, où chaque jour annonçait son lot de surprises, bonnes ou mauvaises : les longues heures d’attente dans l’espoir de pouvoir assister à la projection des films en compétition, parfois récompensées (j’ai ainsi pu assisté au passable Jeune et Jolie de François Ozon), parfois vaines (les 2 heures d’attente sous une pluie diluvienne pour voir Jimmy P. d’Arnaud Desplechin me restent encore en travers de la gorge… et cela n’a rien avoir avec l’angine attrapée en guise de souvenir!) ; la merveilleuse découverte du dernier documentaire de Marcel Ophüls, Un voyageur, en présence du réalisateur – dont je vous reparlerai forcément, coup de coeur oblige! ; la projection de la version restaurée des Parapluies de Cherbourg dans la salle du 60ème, en compagnie de la famille Varda-Demy et de Christoph Waltz, membre du jury de la sélection officielle (et digne interprète tarantinien aux mille talents que j’aime infiniment!) ; les sentiments éprouvés à l’issue du bouleversant Like Father Like Son du japonais Hirokazu Kore-eda ; les nombreuses frustrations de ne pas pouvoir être partout à la fois, voir tous les films programmés en sélection officielle, à la Quinzaine des réalisateurs, à la Semaine de la critique, à Un Certain regard (le Sofia Coppola m’a échappée à deux reprises mais m’a ainsi permis d’apprécier l’émouvant Miele, premier film de Valeria Golino),  ne pas pouvoir assister aux conférences de presse par manque de temps (tout est question de stratégie à Cannes!) ; et au bout de 10 jours d’une intensité émotionnelle exponentielle, l’impatience de connaître les « Palmés » récompensés lors de la cérémonie de Remise des prix (et la curiosité frivole de découvrir les tenues époustoufflantes – ou complètement ratées, à l’image des films présentés -) ne nous quitte plus!

Je ne vous fais donc pas languir plus longtemps et vous présente le « bouquet final » du festival de Cannes 2013 :

Palme d’Or : La vie d’Adèle, Chapitres 1 et 2 d’Abdellatif Kechiche
Grand Prix : Inside Llewyn Davis, des frères Coen
Prix de la mise en scène : Heli, d’Amat Escalante
Prix du jury : Tel Père tel fils, de Hirokazu Kore-eda
Prix du meilleur scénario : Touch of Sin, de Jia Zhangke
Prix de la meilleure interprète féminine : Bérénice Béjo, pour Le Passé d’Asghar Farhadi
Prix du meilleur interprète masculine : Bruce Dern, pour Nebraska d’Alexander Payne

Caméra d’or : Ilo Ilo, d’Anthony Chen
Palme d’or du court-métrage : Safe, de Byoung-Gon Moon

« Nous avons écouté nos coeurs, nous avons essayés de voir quelles oeuvres y résonnaient » déclarait Steven Spielberg, président du jury, dans son discorus d’introduction. Voici donc un Palmarès réjouissant qui promet de grands moments à vivre une fois encore dans les salles obscures.
Et surtout, une belle façon de prolonger le festival… jusqu’à sa prochaine édition!

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

A l’intérieur du 66e Festival de Cannes

AFF_CANNES_22X30.indd« Ce que nous demandons au cinéma, c’est ce que l’amour et la vie nous refusent, c’est le mystère, c’est le miracle ».

En quelques mots, Robert Desnos réussit à dire tout ce que le septième art représente aux yeux des cinéphiles. Une expérience inédite, une parenthèse inespérée, des émotions rares qui viennent vous submerger sans comprendre forcément pourquoi ni comment.

Douce addiction ou passion dévorante, divertissement ou film d’auteur, le cinéma parle à chacun et attise cette petite flamme appelée à grandir au fur et à mesure des découvertes sur grand écran.

Ce mercredi 15 mai s’ouvre le 66e Festival de Cannes. Imaginez alors l’état d’esprit dans lequel peut se trouver une amoureuse transit d’histoires en tout genre racontées sur la toile, à l’idée de monter les célèbres marches pour la deuxième année consécutive, résolue à dévorer allègrement – mais avec une parcimonie certaine – des pépites cosmopolites qui viendront confirmer des talents déjà connus et révéler sans nul doute de nouveaux génies.

Excitation, fascination, colère, polémique, déception, surprises, enthousiasme… Ces prochains jours s’annoncent des plus palpitants!

C’est pourquoi je vous donne rendez-vous sur la Croisette, d’où je vous livrerai mes impressions (en direct sur les réseaux sociaux) avant de vous raconter sur le blog tous mes souvenirs  – à l’évidence merveilleux !

Cinéphilement vôtre!

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS