Inside Llewyn Davis : la bande son coup de coeur

21005275_20130927183847948.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxInside Llewyn Davis raconte une semaine de la vie d’un jeune chanteur de folk dans l’univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu’un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu’il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n’importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu’à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman, avant de retourner là d’où il vient.

Une fois n’est pas coutume, je ne parlerais pas en détails du dernier film des frères Coen, en salles depuis la semaine dernière, mais de la merveilleuse bande son d’Inside Llewyn Davis qui m’a transportée dans un ailleurs qui me plaît tant, bercée par la voix chaude et bouleversante du formidable Oscar Isaac (je suis facilement atteinte de « verbigération adjectivale » lorsque je suis sous le charme!).

Une bande son en écoute sur le blog IndieWire que je tenais à vous faire partager (le magnifique « The death of Queen Jane » m’a arrachée quelques larme, le grotesque « Please Mr Kennedy » m’a fait honteusement taper du pied, le sublime « The Shoals of Herring » m’a fait dangereusement chavirer, chaque chanson ayant l’art de faire jaillir une émotion particulière).

Prêt? Alors, montez le volume et laissez vous emporter par l’univers folk de Llewyn Davis.

Bon voyage!

Sortie le 6 novembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Rush

21023887_20130801123843604.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRush retrace le passionnant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari.

Issu de la haute bourgeoisie, fêtard et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. Rush suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs débuts jusqu’à la victoire.

Restituer les émotions procurées par la course automobile, satisfaire les aficionados de la F1 et séduire les néophytes en racontant l’histoire palpitante de deux destins réunis par une même passion. Tel est le pari relevé par un Ron Howard à l’enthousiasme communicatif, particulièrement inspiré derrière la caméra.

Au casting, Chris Hemsworth (Thor) prête son charisme au séduisant James Hunt, sorte d’enfant gâté insupportable, tandis que l’excellent Daniel Brülh (Good bye, Lenin!) incarne un Niki Lauda suffisant et opiniâtre. Un duo antinomique qui frôle parfois la caricature mais qui réussit contre toute attente à nous embarquer à leurs côtés dans leurs courses contre la montre, contre la mort.

Bien calés au fond de nos sièges, on sent le moteur vrombir, l’adrénaline grimper en flèche à mesure que le compteur kilométrique s’emballe et les muscles se raidir face aux obstacles imprévus.

« Ça devait être intense et viscéral. C’était la clé de Rush  » confiait le réalisateur.

Mais au-delà de la puissance de ce film haletant, c’est la rencontre insensée de deux frères ennemis qui nous saisit : deux égos mordus de vitesse et de bitume partagés entre admiration et jalousie que la folie, l’intelligence et l’obstination feront rentrer dans la légende de la F1.

Sortie le 25 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS