La légende de Manolo

197854.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDepuis la nuit des temps, au fin fond du Mexique, les esprits passent d’un monde à l’autre le jour de la Fête des Morts. Dans le village de San Angel, Manolo, un jeune rêveur tiraillé entre les attentes de sa famille et celles de son cœur, est mis au défi par les dieux. Afin de conquérir le cœur de sa bien-aimée Maria, il devra partir au-delà des mondes et affronter ses plus grandes peurs. Une aventure épique qui déterminera non seulement son sort, mais celui de tous ceux qui l’entourent.

Réalisée par Jorge R. Gutierrez, La Légende de Manolo se présente comme un conte pour enfants plein d’entrain et de fantaisie écrit autour de l’amitié, de la bravoure, de la mémoire et des traditions.

Au coeur de l’intrigue, Manolo, un chanteur contrarié destiné à perpétuer la grande lignée familiale des toréadors ; Joaquin, un intrépide soldat moustachu bien décidé à honorer la mémoire de son père en devenant justicier ; et la belle Maria, une jeune femme indépendante, érudite et courageuse, qui ne s’en laisse pas conter.

Il y a aussi un cochon qui se prend pour un chien, une poule qui caquette des bulles de savon, des mariachis écervelés, une grand-mère caustique qui aime pratiquer l’humour cinglant, des dieux légèrement intrusifs et terriblement joueurs, une médaille d’immortalité, une bande de voleurs-pilleurs qui sème la terreur dans la ville, des morts au caractère joyeux, un grand-père bourré de rhumatismes qui perd littéralement la tête, des tubes d’Elvis, de Radiohead ou de Rod Stewart revisités sur des airs latinos, de l’humour à foison, de l’aventure, du folklore, des péripéties rocambolesques…

Colorée, fantasque et passionnante, La Légende de Manolo séduit par sa galerie de personnages truculents, son esthétisme vive et saturée si caractéristique du style mexicain, sa tonalité festive, et l’hommage rendu aux disparus.

« Le Jour des Morts, qui sert de toile de fond à l’histoire, est une philosophie. Il s’appuie sur la croyance que tant que l’on perpétue le souvenir des morts, que l’on raconte leur histoire, que l’on cuisine leurs plats et que l’on entonne leurs chansons, alors ils sont toujours près de nous » explique le réalisateur.

Gutierrez signe là une comédie familiale drôle et pétillante, que l’on découvre avec grand plaisir.

Sortie le 22 octobre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Les Cinq Légendes ++

Un père Noël tatoué aux yeux tout émerveillés, un lapin de Pâques aux allures de guerrier et au coeur tendre, une fée des dents joyeuse et protectrice, un marchand de sable plein de sagesse mais qu’il ne vaut mieux pas énerver, un ado facétieux et quelque peu frondeur qui manier le froid en un coup de bâton, un croquemitaine terrible qui plonge le monde dans le désespoir, des lutins légèrement susceptibles, des yétis aux airs de Choubaka, des petites fées adorables… pas de doute, l’esprit des fêtes a bel et bien soufflé sur la planète DreamWorks!

Dans la continuité de la saga romanesque Guardians of childhood dans laquelle William Joyce imagine l’histoire extraordinaire de chacune des légendes qui bercent notre enfance, Rise of the Guardians (Les Cinq Légendes, en français) se déroule 300 ans plus tard, au moment où Pitch, le redoutable Croquemitaine, refait surface pour insuffler peur et désenchantement. Les quatre Gardiens – Nord (le Père Noël), Bunny (le Lapin de Pâques), Sab (le marchand de sable) et la Fée des dents (cousine de la petite souris) – répondent alors à l’appel de l’Homme de la Lune et réunissent leurs forces pour protéger l’espoir, les rêves et l’imaginaire de tous les enfants. Ils vont pouvoir compter sur l’aide précieuse de Jack Frost, adolescent rebelle et solitaire, qui peut créer grâce à sa canne magique de la glace, du vent et de la neige. Invisible aux yeux des enfants, Jack Frost ne connaît rien de son passé et n’a pas conscience de l’étendue de son pouvoir. Mais en s’engageant aux côtés des quatre légendes dans un combat sans merci contre le mal, il va enfin se révéler à lui-même et aux enfants du monde entier.

Une esthétique élégante, des décors somptueux aux détails foisonnants – où la 3D apporte pour une fois un « petit plus »  indéniable – , une intrigue palpitante servie par la musique féérique d’Alexandre Desplat (De battre mon coeur s’est arrêté, The Queen…), une production signée Guillermo del Toro (l’un des maîtres du fantastique et du merveilleux), de la magie éblouissante qui provoque des rires scintillants, de l’aventure à couper le souffle – dont de trépidantes courses poursuites en traîneau – , un méchant presque attachant et cinq fabuleuses légendes qui réveillent de bien beaux souvenirs… Pour son premier long métrage, Peter Ramsey nous gâte en confectionnant un cadeau enchanteur, lumineux, plein de charme… tout simplement magique.

Petits et grands applaudiront… et en redemanderont!

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le très beau site des Guardians of childhood.

Sortie le 28 novembre 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Les secrets des Cinq Légendes se dévoilent sur l’île Saint-Louis

Il était une fois le père Noël, le Lapin de Pâques, la Fée des dents et le Marchand de sable qui s’étaient donné rendez-vous dans une galerie d’art sur l’île Saint-Louis…

A l’occasion de la sortie prochaine* des Cinq légendes, que Peter Ramsey et les Studios Dreamworks ont confectionné avec soin pour les fêtes de fin d’année , la galerie Arludik – aidée de Patrick Hanenberger, chef décorateur du film – lève le voile sur la genèse du film et révèle les dessins de recherches, les études de décors et des personnages.

Une exposition « exclusive » puisque c’est la première fois que les Studios DreamWorks exposent en France le travail préalable à la réalisation d’un film d’animation.

Une occasion rêvée de découvrir comment la magie prend vie sur grand écran.

* En salles le 28 novembre.

Exposition du 14 novembre au 8 décembre 2012.

Informations:

Galerie Arludik

12 rue Saint-Louis en l’île – 75004 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS