Les Suffragettes

041661.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxAu début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n’ont rien donné, celles que l’on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l’égalité, elles sont prêtes à tout risquer : leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l’une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d’une histoire que plus rien n’arrêtera…

L’Histoire est une source d’inspiration inépuisable pour le cinéma. Étonnamment, celui-ci a rarement fait cas de la lutte pour le droit des femmes. De ce terrible combat, la réalisatrice Sarah Gavron en a fait film aussi passionnant que bouleversant, et ô combien nécessaire.

« Les Suffragettes est un film sur les femmes, des femmes qui veulent se faire entendre et sont prêtes à se battre pour cela. Mais il s’adresse à tous ceux – hommes et femmes – qui croient a la justice sociale et à l’égalité » explique la productrice Faye Ward.

Filmer l’oppression, l’injustice, la brutalité, le mépris, l’infamie dont les femmes étaient victimes il y a moins d’un siècle aurait aisément pu donner lieu à une vaine démonstration de grandiloquence malheureuse. Gavron s’en sort plutot bien, aidée par une distribution féminine capable d’alterner force et sobriété de jeu (citons Carey Mulligan, Helena Bonham Carter ou encore Anne-Marie Duff), des  acteurs impeccables qui apportent tout le relief nécessaire aux personnages secondaires (Brendan Gleeson, Ben Whishaw) et un scénario finement écrit.

S’il est vrai que la mise en scène aurait mérité un traitement moins classique, on retiendra des Suffragettes le courage, l’engagement et l’opiniâtreté de ces héroïnes d’hier qui ont permis à leurs héritières de vivre libres et indépendantes.

Une piqûre de rappel indispensable qui galvanise et qui témoigne que le combat est loin d’être fini.

Sortie le 18 novembre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

Affiche_120x160_definitive_TS_SPIVETT.S. Spivet, vit dans un ranch isolé du Montana avec ses parents, sa soeur Gracie et son frère Layton. Petit garçon surdoué et passionné de science, il a inventé la machine à mouvement perpétuel, ce qui lui vaut de recevoir le très prestigieux prix Baird du Musée Smithsonian de Washington. Sans rien dire à sa famille, il part, seul, chercher sa récompense et traverse les Etats-Unis sur un train de marchandises. Mais personne là-bas n’imagine que l’heureux lauréat n’a que dix ans et qu’il porte un bien lourd secret…

Pour son nouveau voyage cinématographique, Jean-Pierre Jeunet s’intéresse aux aventures d’un petit génie tout droit sorti de l’imagination de Reif Larsen, auteur du roman éponyme.

Les fans du cinéaste retrouveront avec plaisir la « patte Jeunet » qui donne une texture si particulière faite de couleurs chaudes aux histoires de ce grand conteur qui nous plonge irrémédiablement dans un ailleurs devenu familier.

Conçu en 3D – une première chez Jeunet -, L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet met en scène une odyssée passionnante dont le départ est déclenché par un drame familial. Le jeune T.S va devoir faire preuve d’un grand courage pour affronter les épreuves qui se succèdent sur la route de Washington où il croisera un marin buriné et nostalgique dont le passe-temps est de cirer les vieilles bottes de Johnny Cash, un camionneur photographe peu rassurant, une vendeuse de hot dog au sourire complice, un policier soupe au lait, une scientifique arriviste, un présentateur tête-à-claque…

Fidèle à ses habitudes, Jeunet s’attache à définir chacun de ses personnages, veille à chaque détail avec minutie, s’applique à créer un décor imaginaire bien réel. L’univers de l’enfance est dépeint avec tendresse et restitué à travers le regard inquiet du héros en culottes courtes – Kyle Catlett s’en sort haut la main pour son premier rôle sur grand écran – qui finalement ne fait que rechercher sa place au sein de cette famille de doux dingues introvertis débordant d’amour.

Un bien joli film dont l’intrigue aurait pu être resserrée pour gagner en rythme mais qui a le mérite de nous faire tout oublier durant 1h45.

Sortie le 16 octobre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu concours T.S Spivet

Affiche_120x160_definitive_TS_SPIVETIl était une fois un jeune garçon surdoué débordant d’imagination, ayant mis au point une machine à mouvement perpétuel qui lui vaut de recevoir le très prestigieux prix Baird du Musée Smithsonian de Washington. Il décide alors de quitter son Montana natal pour entamer un voyage qui va rapidement prendre des allures d’Odyssée…

Jean-Pierre Jeunet aime prendre son temps et soigner ses films. L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S Spivet marque ainsi le retour sur grand écran du réalisateur au fol univers, dont la dernière fantaisie cinématographique, Micmacs à tire-larigot, date de 2009.

Envie d’embarquer dans cet « extravagant voyage » au milieu de personnages attachants et hauts en couleur? Venez tenter votre chance pour remporter 2 places de cinéma en répondant au questionnaire en ligne ici.

Attention : vous avez jusqu’au lundi 14 octobre minuit pour participer.

Bonne chance à tous!

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS