All about Albert ++

21053020_20131025171524518.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMère divorcée, Eva se passionne pour son métier de masseuse. Très attachée à sa fille, elle redoute le jour – désormais imminent – où celle-ci va quitter la maison pour aller à l’université. A l’occasion d’une soirée, elle rencontre Albert, un homme doux, drôle et attachant qui partage les mêmes appréhensions qu’elle. Tandis qu’ils s’éprennent l’un de l’autre, Eva devient l’amie et confidente de Marianne, une nouvelle cliente, ravissante poète qui semblerait parfaite si seulement elle n’avait pas un énorme défaut : dénigrer sans cesse son ex-mari. Soudain Eva en vient à douter de sa propre relation avec Albert qu’elle fréquente depuis peu.

« Comment arrive-t-on à se libérer d’un échec sentimental et à prendre le risque de tomber amoureux à nouveau? » Une question universelle à laquelle Nicole Holofcener tente de répondre à travers la rencontre d’Eva et d’Albert, deux divorcés fragiles qui se cachent derrière l’humour pour masquer leurs fêlures et leur manque d’assurance.

Avec délicatesse, la cinéaste met en scène ces personnages attendrissants, révélant leurs failles, qu’il s’agisse de la crainte de voir leur enfant unique quitter le nid et de la solitude qui en découlera, la peur de vivre une nouvelle déception amoureuse, et plus généralement l’angoisse liée au changement.

D’emblée, la complicité s’instaure :  les rires fusent au cours d’un dîner, les histoires se dévoilent peu à peu et le plaisir de se retrouver sonne comme une évidence. Mais les belles émotions des premiers temps ne sont pas faites pour durer. Du moins, c’est ce que pense Eva, rapidement en proie aux doutes et qui, pour se rassurer, cherche des réponses… quitte à faire fausse route.

Une mise en scène faite de clair-obscures épars sublimée par une merveilleuse bande son, des acteurs tout en justesse (de Julia Louis-Dreyfus au regretté James Gandolfini en passant par Catherine Keener et Toni Collette), de la douceur, de la simplicité et de la tendresse… autant d’ingrédients qui font d’All about Albert une jolie comédie romantique qui vous donnera le sourire pour un petit moment.

Sortie le 26 mars 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Cogan : Killing Them Softly +

20319420.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLorsqu’une partie de poker illégale est braquée, c’est tout le monde des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables. Mais entre des commanditaires indécis, des escrocs à la petite semaine, des assassins fatigués et ceux qui ont fomenté le coup, Cogan va avoir du mal à garder le contrôle d’une situation qui dégénère…

« L’Amérique, c’est pas un pays. C’est du business. Alors payez-moi ». Voilà comment Cogan (Brad Pitt) résume tout l’esprit du thriller viril et fiévreux signé Andrew Dominik (L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford).

Adapté du roman L’Art et la manière de George V. Higgins (surnommé « le Balzac des bas-fonds de Boston »), Cogan, Killing Them Softly mêle savamment les genres : film d’action où la violence côtoie non sans mal l’absurde, polar nerveux parsemé d’humour noir, comédie glauque et cynique sur fond de crise économique.

Dans cet univers désespéré où les règlements de compte font légion, Brad Pitt mène la danse, entouré par les talentueux Ray Liotta, James Gandolfini et Sam Shepard. Mais en dépit de son casting prestigieux et d’une mise en scène soignée , le film de Dominik peine à trouver un véritable souffle, se perd dans des dialogues qui n’en finissent plus et se contente finalement de quelques balbutiements. Dommage.

 Sortie en DVD le 5 avril 2013 (Metropolitan Filmexport).

Avertissement : interdit aux moins de 12 ans.

Bande annonce

D’autre bandes annonces à découvrir sur cinetrafic
Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS