Diplomatie ++

590379.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLa nuit du 24 au 25 août 1944. Le sort de Paris est entre les mains du Général Von Choltitz, Gouverneur du Grand Paris, qui se prépare, sur ordre d’Hitler, à faire sauter la capitale. Issu d’une longue lignée de militaires prussiens, le général n’a jamais eu d’hésitation quand il fallait obéir aux ordres. C’est tout cela qui préoccupe le consul suédois Nordling lorsqu’il gravit l’escalier secret qui le conduit à la suite du Général à l’hôtel Meurice. Les ponts sur la Seine et les principaux monuments de Paris – Le Louvre, Notre-Dame, la Tour Eiffel… – sont minés et prêts à exploser. Utilisant toutes les armes de la diplomatie, le consul va essayer de convaincre le général de ne pas exécuter l’ordre de destruction.

Habitué aux adaptations de haute volée (Le Tambour, tiré du roman de Günther Grass, fut récompensé de la Palme d’or), Volker Schlöndorff porte à l’écran la pièce à succès de Cyril Gély entouré des formidables André Dussolier et Niels Arestrup qui reprennent leur rôle respectif avec aisance et talent.

Sans rien trahir de la tension dramatique qui va crescendo, Schlöndorff élargit le huis clos en intégrant quelques pièces supplémentaires à cette « partie d’échecs diplomatico-psychologique dont nul ne connaît la teneur » tout en évitant les écueils du théâtre filmé.

Le cinéaste place le spectateur dans les coulisses de ce duel magistral maniant les mots tel on manie les armes et met en scène une « fiction sur fond historique » terriblement poignante avec finesse et virtuosité.

Une confrontation au sommet merveilleusement interprétée et sublimée par les prises de vue de la capitale alors condamnée.

Sortie le 5 mars 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Les Saveurs du palais ++

« Il est une heure où se rencontrent

Tous les grands vins dans un festin

Pomard en souriant regarde

Glisser le doux Brand-Mouton

Nul ne dit à Latour : « Prends garde! »

Pas même le bouillant Corton. »


Éloges de la cuisine française
. Tel est le titre du livre de recettes composé par Edouard Nignon, un poète hédoniste et fin gourmet, dont sont issus ces quelques vers. Tel pourrait être également le sous-titre du nouveau film de Christian Vincent, où l’art culinaire est à l’honneur pour le plus grand plaisir de nos papilles.

Hortense Laborie est une cuisinière réputée qui vit dans le Périgord. A sa grande surprise, le Président de la République la nomme responsable de ses repas personnels au Palais de l’Élysée. Malgré les jalousies des chefs de la cuisine centrale, Hortense s’impose avec son caractère bien trempé. L’authenticité de sa cuisine séduira rapidement le Président, mais dans les coulisses du pouvoir, les obstacles sont nombreux…

Librement inspiré de l’histoire de Danièle Delpeuch, première femme chargée de cuisiner les plats de François Mitterrand à l’Élysée, Les Saveurs du palais est une ode à la gastronomie française, présentée comme un art de vivre.

Pain de viande et ses petits légumes, chou farci au saumon, boeuf de Coutancie, pâté de foie gras, brouillade de cêpes au cerfeuil, jonchée rochefortaise, tarte pâtissière aux fruits rouge, Saint-Honoré à la crème mémé… la merveilleuse Catherine Frot s’amuse à faire chanter les assiettes, à défendre les produits du terroir, à respecter les saisons, et met toute sa grâce, son charme un tantinet désuet et sa classe irrévérencieuse au service du goût, de l’authentique et de la simplicité. Elève de Danièle Delpeuch pendant une semaine, elle reconnaît avoir appris « le plaisir des gestes, des couleurs et des formes de la nourriture ».

Face à cette cuisinière hors-pair au phrasé aussi précis que sa technique, un jeune premier à l’élégance inégalée, au regard malicieux, à l’allure insolente : Monsieur Jean d’Ormesson, qui fait ses premiers pas sur grand écran en prenant un plaisir infini à former avec Catherine Frot ce duo jouissif qui lève le voile sur les « cuisines » du pouvoir du 55 faubourg Saint-Honoré.

Christian Vincent livre un film généreux, à la mise en scène parfois inégale mais au scénario soigné, « concocté » par Etienne Comar (Des Hommes et des dieux).

Un joyeux délice qui régalera les gastronomes, les gourmets et tous les gourmands.

A savourer sans modération!

En salle depuis le 19 septembre 2012.

La bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !

  • Twitter
  • RSS