Eddie the eagle

148667.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxEddie Edwards n’a jamais rien eu d’un athlète, bien au contraire. Pourtant, depuis qu’il est petit, il n’a qu’un seul rêve : participer aux Jeux Olympiques. Au fil des années, ni son piètre niveau sportif, ni le manque de soutien, ni les moqueries n’ont entamé sa volonté. Et c’est ainsi qu’en 1988, celui qui n’a jamais lâché a réussi à se retrouver, on ne sait trop comment, aux Jeux Olympiques d’hiver de Calgary. Avec l’aide d’un entraîneur aussi atypique que lui, ce sauteur à ski pas comme les autres va secouer le monde du sport et conquérir le cœur du public en accomplissant une performance olympique aussi improbable qu’historique…

Inspiré d’une histoire vraie, Eddie the Eagle respire la bonne humeur, porte haut les couleurs de la fantaisie, provoque rires et perplexité, et joue d’un fort capital sympathie.

Porté par un Taron Egerton des plus inspirés dans la peau d’un anti-héros attachant chez qui le courage frôle l’insouciance, et un Hugh Jackman parfait en entraîneur du dimanche, cette comédie-biopic est un éloge à l’espoir, à la force de conviction, au dépassement de soi.

Voici un « feel good movie » plein d’énergie qui prouve que l’on peut avoir la tête dans les nuages et les pieds bien sur terre…

Sortie le 4 mai 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jappeloup ++

20452765.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDécouvrir, apprendre et s’émouvoir. Espérer, craindre, s’enthousiasmer. Se laisser prendre au jeu lumineux des acteurs, bercé par les mélodies délicates qui illustrent chaque moment fort et vibrer face à la mise en scène sous haute tension, intense et ô combien élégante. Vivre ainsi mille et une émotions par procuration, en l’espace de deux heures à peine, et partager une passion qui nous est pourtant étrangère. Autant de belles surprises que Christian Dugay révèle dans Jappeloup.

Au début des années 80, abandonnant une carrière d’avocat prometteuse, Pierre Durand se consacre corps et âme à sa passion, le saut d’obstacle. Soutenu par son père, il mise tout sur un jeune cheval auquel personne ne croit vraiment : Jappeloup. Trop petit, trop caractériel, trop imprévisible, il a de nombreux défauts mais une détente et des aptitudes remarquables. De compétition en compétition, le duo progresse et s’impose dans le monde de l’équitation. Mais les Jeux olympiques de Los Angeles sont un terrible échec et Pierre prend alors conscience de ses faiblesses. Avec l’aide de Nadia, sa femme, et de Raphaëlle, la groom du cheval, Pierre va regagner la confiance de Jappeloup et construire une relation qui va les mener aux JO de Séoul en 1988.

Librement adapté du roman Crin Noir de Karine Devilder et inspiré de la vie de Pierre Durand, champion olympique de saut d’obstacles au parcours atypique, Jappeloup narre l’incroyable rencontre entre deux êtres au tempérament de feu que l’opiniâtreté et la confiance vont conduire au sommet.

Guillaume Canet – acteur et scénariste du film – excelle dans la peau du cavalier émérite, entouré par la gracieuse Marina Hands, dans son élément au milieu des chevaux – rappelons que les deux acteurs sont passionnés d’équitation -, par un Daniel Auteuil plein de tendresse, un Jacques Higelin fabuleux mais aussi – et surtout – par une formidable Lou de Laâge, jeune talent prometteur que l’on ne se lasse pas de découvrir. Ajoutez à cette distribution prestigieuse une réalisation soignée et un rythme soutenu – malgré l’emploi exagéré de ralentis dans les scènes de saut – et vous obtiendrez un film poignant qui s’adresse aussi bien aux amoureux du monde équestre qu’aux spectateurs novices.

Une belle réussite.

Sortie le 13 mars 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Usain Bolt, l’homme le plus rapide du monde ++

Daegu (Corée du sud), septembre 2011, championnat du monde d’athlétisme.

L’événement le plus attendu de la compétition est enfin arrivé : les fauves prennent place dans les starting-block. Les spectateurs sont venus en masse pour assister à un nouvel exploit du roi Bolt. Le coup de départ va être tiré. La foule retient leur souffle. Et l’impossible se produit : l »‘Eclair » commet un faux-départ éliminatoire.

Ainsi débute le documentaire de Gaël Leigblang consacré à un athlète hors du commun. Pendant plusieurs mois, le réalisateur  s’est immergé dans le quotidien d’Usain Bolt pour comprendre les origines de la légende.

Sherwood Content, village natal de Bolt (en Jamaïque). On y retrouve le jeune coureur entouré de ses proches, son « socle » qui lui permet aujourd’hui de garder la tête froide face aux envolées médiatiques. Ses racines, c’est son père, qui l’a initié à l’athlétisme alors que le gamin ambitionnait d’être joueur de cricket. Sa mère, pleine de tendresse. Glen Mills, son mentor, qui lui a forgé son caractère pugnace et travailleur. Chacun dévoile l’une des multiples facettes de ce grand sportif, amené à se surpasser chaque jour un peu plus.

Mais au-delà du sportif, il y a aussi le jeune homme, jovial et chaleureux, qui aime s’entourer de ses amis d’enfance, son « clan », tous les soirs dans sa maison de Kingston. Un touche à tout qui pratique toujours le football – malgré le risque de blessures -, qui se plaît à passer derrière les platines lors des soirées et qui aime jouer aux dominos.

Retour aux longues séances d’entraînement où l’athlète a appris à oublier la douleur, à repousser ses limites du possible. Un mental d’acier et un talent hors pair qui ont éclaté aux yeux du monde entier lors des Jeux Olympiques de Pékin, où « l’Eclair » a foudroyé le record du monde du 100m (en 9’69) et du 200m (19’30). Records qu’il tombe l’année suivante au championnat du monde de Berlin (9’58 sur 100m et 19’19 sur 200m).

Rêves d’exploits, dépassement de soit, culte de l’effort, amour des siens, simplicité… Voilà les angles choisis par Leiblang pour révéler celui qui s’impose aujourd’hui comme la superstar de l’athlétisme. Le sportif mène sa vie à 100 à l’heure (peut-il en être autrement?) dans un mélange de frénésie et de décontraction déconcertante sous l’oeil enthousiaste des médias.

La caméra se fait intime, le suit dans sa préparation pour les JO de Londres, cette compétition si chère à ses yeux où il entend porter haut les couleurs de la Jamaïque et décrocher ainsi trois médailles d’or (100m, 200m, 4x100m).

Gaël Leigblang porte un regard bienveillant, tout en retenu, sur un athlète d’exception pour qui rien ne compte tant que de profiter de l’instant présent. Un documentaire touchant, qui séduira les fans… et tous les autres!

A vos marques…prêt….partez !!

Extrait :

En DVD et Blu-Ray depuis le 27 juillet 2012.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS