Her ++

014107.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLos Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Raconter une histoire d’amour avec finesse et sensibilité sur fond de science fiction inquiétante et terriblement réaliste :  fidèle à lui-même, Spike Jonze, nous livre une fantaisie peu commune et s’intéresse au sentiment amoureux à travers l’histoire improbable mais non moins sincère entre un homme solitaire et un programme informatique ultra perfectionné.

Le cinéaste – dont l’imagination débordante n’a d’égale que sa lucidité saisissante – nous prend par la main et nous emmène progressivement dans un univers futuriste proche de notre réalité, à cela près que la technologie régit le quotidien de façon absolue, creusant un peu plus le sillon de la solitude. L’effet du miroir grossissant est aussi efficace que terrifiant.

Parmi la foule quasi-autiste qui grouille, pendue à son oreillette et coupée du monde alentour, Theodore (Joaquin Phoenix, en tout point parfait), un « écrivain » par procuration chargé de rédiger lettres, poèmes ou déclarations enflammées pour quiconque n’a plus le temps de prendre sa plume, vaque à ses occupations. Jeux vidéo sur écran plasma « comme si vous y étiez », échange de politesse avec ses voisins, et plaisirs nocturnes vite expédiés afin de détourner un instant cette pesante sensation d’isolement.

Mais quand arrive Samantha, ce programme informatique intuitif, le dialogue s’instaure à nouveau et contre toute attente, une complicité naît peu à peu jusqu’à l’apparition du sentiment amoureux… et de toute sa complexité.

Particulièrement inspiré, Spike Jonze signe son premier scénario en solo – récemment récompensé d’un Oscar – et compose un film poétique et mélancolique particulièrement touchant.

Une expérience étrange et passionnante qui continue de titiller l’esprit bien longtemps après le générique de fin…

Sortie le 19 mars 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Conversations avec James Gray (éditions Synecdoche)

« De nombreux cinéastes ont des idées, très peu ont une pensée[…]. L’œuvre [de James Gray] est marquée par une pensée très émotionnelle, forte et violente, portée par une mise en scène ancrée dans le cinéma d’auteur. » (Jean Douchet, critique de la Nouvelle Vague).

Echanger sur le septième art avec l’un des réalisateurs les plus talentueux de sa génération, faire témoigner ses acteurs fétiches, ses techniciens, ses producteurs et faire découvrir tout l’univers de James Gray à travers une cinquantaine d’heures d’entretiens exclusifs, tout cela en moins d’un an… Tel est le pari relevé haut la main par Jordan Mintzer, critique au Hollywood Reporter et passionné par le cinéma de l’auteur de La Nuit nous appartient, en collaboration avec Synecdoche.

De ses origines modestes dans une famille immigrée du Queens à son dernier projet de film avec Brad Pitt, de ses premiers films de science-fiction en super 8 aux plus grands festivals de cinéma, le livre retrace le parcours d’un des cinéastes américains préférés des Français. Il y révèle ses sources d’inspiration (Hitchcock, Fellini, Coppola, Bertolucci, Wilder, Kurosawa, Chabrol, Audiard…), ses méthodes d’écriture et ses expériences de tournage. Tempête de neige imprévue, budgetimpossible à boucler, coups bas des producteurs au sujet du « final cut » : James Gray dévoile sans tabou les coulisses de la création d’un film.

Animé par une curiosité sans borne et une exigence créative, cet « artisan du cinéma » qui a su tracer un chemin unique à la frontière du cinéma indépendant et les studios holywoodiens retrace, étape par étape, le processus de création de chacun de ses films, de leur genèse au mixage, grâce à des documents exceptionnels (scénarios, story-boards, photos de plateau, partitions originales, archives personnelles du réalisateur).

Gray et Mintzer nous proposent ainsi un voyage unique et fascinant, où la passion et le génie règnent en maître. Une très belle leçon de cinéma qui séduira tous les amoureux du septième art.

Attention : édition limitée à 1000 exemplaires, disponible sur le site www.synecdoche.fr.

Conversations avec James Gray, Jordan Mintzer, Synecdoche, 2011, 240 pages (édition bilingue français-anglais).

Parution le 4 novembre 2011.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS