Sicario

069252.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLa zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par Matt Graver (Josh Brolin), un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par Alejandro (Benico del Toro), un consultant énigmatique, l’équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre.

Présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, Sicario est un thriller sombre à l’atmosphère poisseuse et suffocante sur les cartels et ceux qui les combattent, quitte à faire fi de toute question morale.

Corruption, violence, pouvoir, enlèvements, crimes, barbarie… gangrènent le long de la zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique. C’est dans ce lieu de non-droit que Denis Villeneuve (Incendies, Prisoners) a posé sa caméra et interroge sur le symbole de la frontière, sur les limites que chacun est prêt à franchir pour satisfaire une ambition personnelle, pour que justice soit faite…

Un sujet complexe que le cinéaste parvient à rende accessible à travers le personnage de Kate (formidable Emily Blunt), qui va peu à peu s’affranchir des lois qu’elle respectait alors scrupuleusement pour mieux lutter contre ceux qui  n´en respectent aucune.

« Sicario est un film sur la manière dont l’idéalisme se heurte au réalisme quand il s’agit d’affronter les problèmes d’autres pays » précise Villeneuve.

Dans la lignée de Traffic (Steven Soderbergh) ou de No Country for old men (des frères Coen), Sicario est un film sous tension au cadre rigoureux et à la mise en scène implacable.

Dommage que le scénario somme toute chaotique perde le spectateur en cours de route…

Sortie le 7 octobre 2015.

Avertissement : Interdit aux moins de 12 ans.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Last Days of Summer

21059277_2013111918242545.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux.
Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer…

Adapté du roman Long week-end de Joyce Maynard, Last Days of Summer fait partie de ces pépites précieuses qui vous emportent par surprise dans une histoire bouleversante de sincérité.

Cette histoire, c’est celle de deux accidentés que le hasard fait se rencontrer : une mère protectrice mais dépressive, que le divorce a fragilisée (la merveilleuse Kate Winslet), et un criminel en cavale, inquiétant mais à la présence rassurante (Josh Brolin, impeccable). Peu à peu, ces deux-là vont se trouver, se racontant à demi-mots, au gré de regards lancés à la dérobée, des corps qui se frôlent et qui se cherchent, des mains qui s’effleurent non sans émoi (la scène de la tarte aux pêches restera gravée dans les annales de la sensualité). La complicité s’installe, la confiance s’instaure, les émotions refont surface, chacun semblant se réveiller d’une longue torpeur…

Un scénario bien ciselé, composé de flash back par lesquels les personnages se dévoilent, une mise en scène tenue, où chaque détail compte pour nous plonger dans chaleur de l’été de la Nouvelle Angleterre, le travail remarquable sur la lumière, floue et chaude, qui renforce la sensation de suffocation, la puissance des silences, l’art de la suggestion subtilement maîtrisé, le casting impeccable (signalons le jeune Gattlin Griffith, au talent prometteur)… Jason Reitman (Juno, In the air…) signe un huis clos sublime et fascinant, terriblement envoutant.

Notre coup de coeur du moment.

Sortie le mercredi 30 avril 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS