Rosalie Blum

467529.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxVincent Machot connaît sa vie par cœur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents… Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu’il est convaincu d’avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l’espoir d’en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…

Pour son premier long métrage, Julien Rappeneau adapte la bande dessinée de Camille Joury et réunit devant sa caméra Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi et Alice Isaaz. Un trio inédit aux mélodies singulières qui s’accordent pourtant avec une bien belle harmonie.

Car mettre en scène une histoire de rencontres inattendues, de chemins qui se croisent et qui viennent bouleverser le quotidien ronronnant requiert une orchestration parfaitement maîtrisée.

D’abord, filmer en douceur la torpeur de chaque personnage, endormi dans une vie qu’on leur a choisi et qu’ils ont acceptée. Puis, mettre en lumière subrepticement ce moment où tout peut basculer, cette rencontre qui, sans en avoir l’air, vient piquer au vif la curiosité ou réveiller une envie oubliée. Enfin, capter l’intensité des échanges, l’éclat des changements qui opèrent, les goûts et les couleurs retrouvés. Telle est la méthode de Julien Rappeneau pour porter à l’écran Rosalie Blum.

Le film est découpé en trois chapitres dédiés à chaque personnage  principal, trois personnages en quête de soi réunis par une même générosité. La timidité de Vincent et sa maladresse charmante, les fêlures de Rosalie dissimulées derrière son sourire, le renoncement d’Aude, petit oiseau tombé du nid mais qui cache bien des ressources…

On pourrait continuer à évoquer ce bien joli « pas de trois » ponctué de poésie, de tendresse, de philosophie, de fantaisie… Mais le mieux reste encore de vous inviter à entrer dans la danse !

Sortie le 23 mars 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Zulu

21038412_20130910105406795.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDans une Afrique du Sud encore hantée par l’apartheid, deux policiers, un noir, un blanc, pourchassent le meurtrier sauvage d’une jeune adolescente. Des Townships de Capetown aux luxueuses villas du bord de mer, cette enquête va bouleverser la vie des deux hommes et les contraindre à affronter leurs démons intérieurs.

Familier des films policiers et des thrillers, le réalisateur Jérôme Salle s’entoure à nouveau de Julien Rappeneau, son scénariste « fétiche » (Anthony Zimmer, Largo Winch…, sont le fruit de leur collaboration passée) pour adapter cette fois-ci Zulu, le roman noir empreint de violence sur l’Afrique du Sud post-apartheid signé Caryl Férey.

Avec un réalisme saisissant, Salle restitue l’atmosphère poisseuse de ce pays pourtant fascinant, aux antipodes des paysages de carte postale. A mesure qu’avance l’enquête menée par Ali (Forest Whitaker, comme toujours impeccable) et Brian (Orlando Bloom, convaincant dans un rôle à conte-emploi), le spectateur s’enfonce peu à peu dans ces terribles townships dénués d’espoir jusqu’à cette fameuse scène de la plage où l’on franchit un point de non retour…

A mi-chemin entre le polar et le thriller, ce film choc, sublimé par la musique de l’incontournable Alexandre Desplat, a de quoi chambouler, tout en vous laissant un arrière goût âpre et ô combien rugueux..

Avertissement : interdit aux moins de 12 ans.

Sortie le 4 décembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Mais qui a re-tué Pamela Rose? +

Quand il reçoit un appel du shérif de Bornsville lui annonçant que le cercueil de Pamela Rose a été volé, l’agent Douglas Riper voit là une occasion de renouer les liens avec son ancien coéquipier Richard Bullit. Un ex-ami avec lequel il est brouillé depuis des années suite à une fâcheuse histoire de femme et de Fuego.

Les deux anciennes gloires du FBI, devenues des purs has been, se retrouvent donc pour enquêter sur cette profanation, sans savoir qu’ils sont en réalité attirés dans un piège par un homme qui leur en veut beaucoup.

Sans se douter non plus qu’ils seront bientôt les seuls à être au courant que la présidente des Etats-Unis of America est sur le point d’être assassinée… Le suspense est à son comble. La double tornade timbrée nommée Kad et O peut donc à nouveau frapper.

Donuts, Ketchup, Salt & Pepper, Mosby, Perkins, la Présidente des Etats-Unis of America, Kowachek, Bill, Bill et Bill, Bruno le panda et l’incontournable fuego relookée aux couleurs du FBI : tels sont les personnages loufoques réunis dans la suite des aventures rocambolesques des inspecteurs les plus désespérants de l’histoire du cinéma, Riper et Bullit.

Une fois encore, Kad et Olivier se surpassent dans l’humour potache et s’entourent de comparses tout aussi agités du bocal (Julien Rappeneau à l’écriture, Omar Sy, Laurent Lafitte, Audrey Fleurot face à la caméra) pour servir une nouvelle comédie parodique déjantée, dans la lignée des Hot Shots!, Ya-t-il un flic.., ou encore Police Académie.

Si l’intrigue, assez pauvre, sert surtout de prétexte à des gags en cascade aux ressorts simples mais efficaces (le comique de répétition, l’absurde, les vannes foireuses), les multiples clins d’oeil à ce qui fait l’univers de Kad et O (du « kamoulox » au cultissime « I believe I can fly ») disséminés tout au long du film, les nombreux clichés détournés, les faux-raccords et les incohérences volontaires, l’autodérision des acteurs et la tonalité américano-franchouillarde font de cette comédie décalée – à l’esprit très Mel-Brooksien – un objet non identifié qui flirte magistralement avec le ridicule mais où l’humour triomphe malgré tout.

Un univers complètement improbable mais qui fonctionne tout de même, grâce à un humour à prendre au 12e degré!

Les fans apprécieront. Quant aux autres…

Sortie le 5 décembre 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS