Jeu concours Au-revoir Là-Haut

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire…

Vous êtes impatients de découvrir l’adaptation d’Au-revoir là-haut, Prix Goncourt signé Pierre Lemaitre porté à l’écran le 25 octobre prochain par Albert Dupontel? Bonne nouvelle : nous vous proposons un nouveau jeu concours pour tenter de remporter deux places de cinéma* ou un exemplaire du roman de Pierre Lemaitre !

Il vous suffit de répondre au questionnaire en ligne en cliquant ICI avant le 17 octobre 2017 23h59. Les gagnants,  tirés au sort, seront contactés par mail et recevront leur lot dans les meilleurs délais.

Bonne chance à tous !

*valables en France métropolitaine

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Rosalie Blum

467529.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxVincent Machot connaît sa vie par cœur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents… Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu’il est convaincu d’avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l’espoir d’en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…

Pour son premier long métrage, Julien Rappeneau adapte la bande dessinée de Camille Joury et réunit devant sa caméra Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi et Alice Isaaz. Un trio inédit aux mélodies singulières qui s’accordent pourtant avec une bien belle harmonie.

Car mettre en scène une histoire de rencontres inattendues, de chemins qui se croisent et qui viennent bouleverser le quotidien ronronnant requiert une orchestration parfaitement maîtrisée.

D’abord, filmer en douceur la torpeur de chaque personnage, endormi dans une vie qu’on leur a choisi et qu’ils ont acceptée. Puis, mettre en lumière subrepticement ce moment où tout peut basculer, cette rencontre qui, sans en avoir l’air, vient piquer au vif la curiosité ou réveiller une envie oubliée. Enfin, capter l’intensité des échanges, l’éclat des changements qui opèrent, les goûts et les couleurs retrouvés. Telle est la méthode de Julien Rappeneau pour porter à l’écran Rosalie Blum.

Le film est découpé en trois chapitres dédiés à chaque personnage  principal, trois personnages en quête de soi réunis par une même générosité. La timidité de Vincent et sa maladresse charmante, les fêlures de Rosalie dissimulées derrière son sourire, le renoncement d’Aude, petit oiseau tombé du nid mais qui cache bien des ressources…

On pourrait continuer à évoquer ce bien joli « pas de trois » ponctué de poésie, de tendresse, de philosophie, de fantaisie… Mais le mieux reste encore de vous inviter à entrer dans la danse !

Sortie le 23 mars 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Nous trois ou rien

Affiche_Nous_Trois_Ou_Rien_OKD’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents, Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble.

Educateur reconverti en roi du stand up, trublion du paf dans la mini-série « Bref », auteur, rappeur, comédien, humoriste et aujourd’hui réalisateur… Kheiron n’en finit pas de nous surprendre à travers ses multiples talents.

Pour son premier long métrage, le jeune cinéaste rend un merveilleux hommage à ses parents dont il brosse le portrait avec une tendresse teintée de dérision et une délicatesse aux nuances d’admiration.

Voici donc Hibat (interprété par Kheiron), opposant au régime du Shah, incarcéré 7ans et demi pour avoir exprimé ses opinions politiques ; avocat n’ayant jamais pu exercer, cet infatigable résistant est un utopiste convaincu, un militant pacifiste qui aime son épouse autant qu’il la craint. Fereshteh (Leïla Bekhti) est tout aussi passionnée que son mari. D’une mauvaise foi irrésistible, elle manie sa verve redoutable avec éloquence et voue un amour absolu à sa famille.

De la lutte et des représailles en Iran à la fuite en Turquie, de l’année de clandestinité à l’accueil en France où il faut repartir de zéro, ce couple uni n’a de cesse de faire preuve de courage, de ténacité, de force de caractère, d’altruisme et d’espoir. Et l’arrivée en Seine-Saint-Denis ne va pas être de tout repos. « Mes parents n’ont jamais cessé de militer ; ils ont simplement mis leur énergie au service d’une autre cause » explique Kheiron. « Ils ont compris le danger de l’illettrisme, de l’inculture, la nécessité de la solidarité et de l’entraide pour se sortir de situations qui semblaient perdues d’avance ».

Au gré des dialogues inspirés et des situations cocasses mises en scène avec humour et bienveillance, Kheiron illustre la réelle possibilité de conjuguer la culture au pluriel grâce à l’écoute et au partage, sans verser dans un idéalisme stérile.

Nous Trois ou rien est un film personnel débordant d’amour et dénué de pathos, un récit rempli d’émotions traité avec esprit, un drame abordé sous l’angle de la comédie bourré de charme, qui invite à la réflexion et redonne espoir. Bref, on aime beaucoup.

Sortie le 4 novembre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS