Le Monde fantastique d’Oz ++

20453482.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxApprochez messieurs dames, approchez! Et laissez vous conter la fabuleuse histoire d’un charlatan au grand coeur devenu le plus grand magicien d’un royaume fort lointain, peuplé de sorcières envoûtantes, de poupée de porcelaine attachante, de singe volant à la loyauté sacrée, de fées de la rivière cannibales, de centenaires vigoureux et de nains grincheux.

Cette histoire est celle d’Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse qui se retrouve emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz. Un voyage inattendu qui peut être la chance de sa vie. Tout semble possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences…
Grâce à ses talents d’illusionniste, à son ingéniosité et à quelques sortilèges, Oscar va très vite se retrouver impliqué malgré lui dans les problèmes qu’affrontent Oz et ses habitants. Qui sait désormais si un destin hors du commun ne l’attend pas au bout de la route ?

A la croisée d’Alice au pays des Merveilles et de L’Imaginarium du Docteur Paranassus, Le Monde fantastique d’Oz déborde de fantaisie – ses personnages, ses couleurs saturées, ses péripéties rocambolesques – et insuffle vent de folie douce au pays où la magie n’est rien sans un minimum d’esprit.

Sam Raimi (Spider-Man) propose une préquelle fidèle au roman de L. Frank Baum en s’inspirant des codes qui ont fait le succès de ce grand classique de la littérature anglaise : féérie, aventure, frayeur, humour, courage et solidarité.

Interprété par des acteurs talentueux – James Franco excelle en cabotin qui se plaît à badiner face aux sublimes et inquiétantes Michele Williams, Rachel Weiz et Mila Kunis  -, sublimé par la musique de Danny Elfman (l’acolyte de Tim Burton) et par une mise en scène soignée, Le Monde fantastique d’Oz tient ses promesses malgré un rythme qui s’essouffle à mi-parcours pour repartir de plus belle jusqu’au feu d’artifices final.

Un film sympathique, malicieux et effrayant qui ravira sans nul doute les enfants, petits et grands.

Sortie le 13 mars 2013.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Ted ++

 À 8 ans, le petit John Bennett fit le voeu que son ours en peluche de Noël s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et il vit son voeu exaucé.

Presque 30 ans plus tard, l’histoire n’a plus vraiment les allures d’un conte de Noël. L’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lori. Bien que patiente, Lori voit en cette amitié exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l’herbe devant des programmes télé plus ringards les uns que les autres, un handicap pour John qui le confine à l’enfance, l’empêche de réussir professionnellement et de réellement s’investir dans leur couple. Déchiré entre son amour pour Lori et sa loyauté envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme, un vrai !

Un gentil garçon qui refuse de sortir de l’adolescence, une peluche facétieuse un poil soupe au lait, qui boit-qui fume-qui jure-qui couche, des « potes du tonnerre » qui idolâtrent Flash Gordon, quand bien même ce dernier soit devenu une relique has been, une galerie de personnages névrosés, parfois paumés, souvent tarés voire carrément débile, des répliques qui vous asticotent sévèrement les zygomatiques, une rythmique savamment orchestrée entre cascades, course poursuite, castagne, scènes d’orgie et séquences émotions, des guest stars qui jouent le jeu, des références multiples aux années 80 et un humour qui fait mouche… Bienvenue dans l’univers complètement barré et génialement inconvenant de Seth MacFarlane.

Pour son premier long métrage, le père de la série TV « Les Griffin » s’intéresse au passage à l’âge adulte et aux renoncements que cela implique et réussit le pari haut la main de faire de Ted une comédie délirante au ton délicieusement irrévérencieux.

Un conte pour adulte complètement improbable, et qui s’annonce pourtant comme déjà culte…

 

Sortie le 10 octobre 2012.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des jeunes spectateurs.

 

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS