Tom à la ferme

432844.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxUn jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de leur famille, une relation toxique s’amorce bientôt pour ne s’arrêter que lorsque la vérité éclatera enfin, quelles qu’en soient les conséquences.

A près sa trilogie sur l’amour impossible, Xavier Dolan change de cap en adaptant Tom à la ferme, la pièce de Michel Marc Bouchard, séduit à l’idée de mettre en scène un thriller psychologique mêlant non-dits et incompréhension, angoisse et violence, ambiguïté et jeu de séduction : « c’était là toute la nouveauté que j’espérais ».

Avec une maîtrise pleine de finesse – tant par sa réalisation tout en subtilité que par son interprétation en constante évolution – , le jeune cinéaste canadien nous embarque dans un tourbillon infernal dont l’issue ne présage rien de bon.

Un sens de l’esthétisme saisissant, des plans soignés – citons la très belle scène d’ouverture où Tom rédige un hommage à son amant disparu au feutre, sur un mouchoir absorbant -, un suspense « hitchcockien » savamment distillé, une atmosphère glaciale dans laquelle le protagoniste s’enfonce à mesure qu’il s’éprend de son tortionnaire… Mais surtout, des personnages brillamment dessinés (révélés progressivement par la caméra), tous tour à tour mystérieux, fragiles et inquiétants, cultivant des relations fortement équivoques, qu’il s’agisse de la mère (magnifique Lise Roy) et de ses fils, des deux frères, ou de l’aîné (Pierre-Yves Cardinal, terrifiant) et de Tom, dont on finit par se demander qui est le bourreau, qui est la victime… autant d’éléments qui ne sont pas sans rappeler la théorie du « théâtre de la cruauté » d’Antonin Artaud.

Certes, l’accélération finale donne l’impression d’avoir loupé des éléments cruciaux de l’histoire. Mais Tom à la ferme reste avant tout un film troublant, déconcertant, puissant et délicat. Une réussite!

Sortie le 16 avril 2014.

Tom à la ferme Bande-annonce VF

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Après Mai +

20244839_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRégion parisienne, début des années 70.
Jeune lycéen, Gilles est pris dans l’effervescence politique et créatrice de son temps. Comme ses camarades, il est tiraillé entre un engagement radical et des aspirations plus personnelles.
De rencontres amoureuses en découvertes artistiques, qui les conduiront en Italie puis jusqu’à Londres, Gilles et ses amis vont devoir faire des choix décisifs pour trouver leur place dans une époque tumultueuse.

 « Cette société va devenir, à tous les niveaux, de plus en plus péniblement ridicule, jusqu’au moment de sa reconstruction révolutionnaire complète » pressentait Guy Debord, fondateur de l’Internationale situationniste, qui vit s’opposer artistes et révolutionnaires . L’ombre de l’auteur de La Société des spectacles semble planer au-dessus du film singulier que propose Olivier Assayas (Les Destinés sentimentales, Carlos) sur ses souvenirs d’adolescent et les désillusions de l’après révolution.

Avec douceur et poésie, Assayas tente de restituer la sincérité de ses émotions d’alors à travers une mise en scène lumineuse teintée d’une nostalgie mélancolique, mais dans un langage hélas trop intellectualisé.

Amours naissantes, questionnements existentiels, engagement politique, parenthèse insouciante rapidement écrasée par la nécessité d’agir, de poursuivre la révolution culturelle qui n’a finalement peut-être pas eu lieu… autant de thèmes passionnants illustrés merveilleusement par une bande son aux accents rock, suaves et brûlants.

La version DVD d‘Après Mai s’accompagne de courts bonus qui viennent enrichir le propos d’Assayas : un making off et un entretien exalté sur les difficultés du récit autobiographique et la tentative de restitution de souvenirs forcément romancés du réalisateur – une réflexion qui n’est pas sans rappeler celle de Jean-Jacques Rousseau dans ses Confessions qui s’interrogeait également sur le désir de vérité et la nécessaire distanciation vis-à-vis de la mémoire.

Un film peu commun sur un sujet finalement peu traité au cinéma, sublimement interprété par des jeunes acteurs amateurs, qui pèche toutefois par des sentences verbeuses et manque de fluidité. Il n’en reste pas moins une jolie tentative que l’on apprécie.

Sortie en DVD depuis le 17 avril 2013 (TF1 Distribution)

Retrouvez toutes les  vidéos sur le site de Cinetrarfic.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

L’école des Super-héros au Mk2 Bibliothèque

Dès aujourd’hui et jusqu’au 13 juin prochain, MK2 et Studio Philo ouvrent l’Ecole des Super-héros, une classe ouverte de philosophie au cinéma tous les jeudis à 18h00 au MK2 Bibliothèque.

Menées par le philosophe et écrivain Ollivier Pourriol, ces conférences-laboratoires envisagent le cinéma comme un outil d’introduction à la philosophie.

A partir des questions posées par les super héros, les séances, associant extraits de films et analyses de textes philosophiques, permettront aux spectateurs d’acquérir des connaissances spécifiques en philosophie, que ce soit pour approfondir leur regard sur le cinéma, leur compréhension des textes ou passer leurs examens de philo.

Trois séances spéciales «Les super-héros passent le BAC» s’ajouteront au programme, pour une préparation intensive au BAC.
Favorisant l’échange et la réflexion à partager ensemble dans la salle de cinéma, les séances sont accessibles à tous, élèves du secondaire curieux de philosophie et de cinéma, ou préparant le bac, étudiants et élèves des classes préparatoires, professeurs du secondaire à la recherche de nouvelles méthodes alternatives, ou simplement amateur d’idées et amoureux de cinéma de tous âges et professions.

Les films abordés lors des séances (Spider-man, Batman, X-Men, Hulk, Avengers, Elephant man, Matrix) seront confrontés aux textes de grands auteurs tels Rousseau, Kant, Marx, Descartes, Nietzsche, Freud, Jung, Platon, Foucault, Camus, Simone Weil…

Des rencontres inattendues et passionnantes!

Retrouver le programme en ligne ici

Infos pratiques :

MK2 Bibliothèque
128/162 avenue de France
75013 Paris 13

Tarifs : 60€ (10 séances)
7,90€ (- de 26 ans)
9,90 € (plein tarif)

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS