Her ++

014107.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLos Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Raconter une histoire d’amour avec finesse et sensibilité sur fond de science fiction inquiétante et terriblement réaliste :  fidèle à lui-même, Spike Jonze, nous livre une fantaisie peu commune et s’intéresse au sentiment amoureux à travers l’histoire improbable mais non moins sincère entre un homme solitaire et un programme informatique ultra perfectionné.

Le cinéaste – dont l’imagination débordante n’a d’égale que sa lucidité saisissante – nous prend par la main et nous emmène progressivement dans un univers futuriste proche de notre réalité, à cela près que la technologie régit le quotidien de façon absolue, creusant un peu plus le sillon de la solitude. L’effet du miroir grossissant est aussi efficace que terrifiant.

Parmi la foule quasi-autiste qui grouille, pendue à son oreillette et coupée du monde alentour, Theodore (Joaquin Phoenix, en tout point parfait), un « écrivain » par procuration chargé de rédiger lettres, poèmes ou déclarations enflammées pour quiconque n’a plus le temps de prendre sa plume, vaque à ses occupations. Jeux vidéo sur écran plasma « comme si vous y étiez », échange de politesse avec ses voisins, et plaisirs nocturnes vite expédiés afin de détourner un instant cette pesante sensation d’isolement.

Mais quand arrive Samantha, ce programme informatique intuitif, le dialogue s’instaure à nouveau et contre toute attente, une complicité naît peu à peu jusqu’à l’apparition du sentiment amoureux… et de toute sa complexité.

Particulièrement inspiré, Spike Jonze signe son premier scénario en solo – récemment récompensé d’un Oscar – et compose un film poétique et mélancolique particulièrement touchant.

Une expérience étrange et passionnante qui continue de titiller l’esprit bien longtemps après le générique de fin…

Sortie le 19 mars 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Rush

21023887_20130801123843604.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRush retrace le passionnant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari.

Issu de la haute bourgeoisie, fêtard et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. Rush suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs débuts jusqu’à la victoire.

Restituer les émotions procurées par la course automobile, satisfaire les aficionados de la F1 et séduire les néophytes en racontant l’histoire palpitante de deux destins réunis par une même passion. Tel est le pari relevé par un Ron Howard à l’enthousiasme communicatif, particulièrement inspiré derrière la caméra.

Au casting, Chris Hemsworth (Thor) prête son charisme au séduisant James Hunt, sorte d’enfant gâté insupportable, tandis que l’excellent Daniel Brülh (Good bye, Lenin!) incarne un Niki Lauda suffisant et opiniâtre. Un duo antinomique qui frôle parfois la caricature mais qui réussit contre toute attente à nous embarquer à leurs côtés dans leurs courses contre la montre, contre la mort.

Bien calés au fond de nos sièges, on sent le moteur vrombir, l’adrénaline grimper en flèche à mesure que le compteur kilométrique s’emballe et les muscles se raidir face aux obstacles imprévus.

« Ça devait être intense et viscéral. C’était la clé de Rush  » confiait le réalisateur.

Mais au-delà de la puissance de ce film haletant, c’est la rencontre insensée de deux frères ennemis qui nous saisit : deux égos mordus de vitesse et de bitume partagés entre admiration et jalousie que la folie, l’intelligence et l’obstination feront rentrer dans la légende de la F1.

Sortie le 25 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS