Samba

209765.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxSamba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d’obtenir ses papiers, alors qu’elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu’au jour où leurs destins se croisent… Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d’imagination qu’eux ?

Après le succès phénoménal d’Intouchables, le duo de réalisateurs Olivier Nakache et Eric Toledano poursuit l’aventure sur grand écran et livre un film engagé aux multiples nuances.

Inspiré du roman Samba pour la France de Delphine Coulin, Samba plonge le spectateur dans la terrible réalité des sans-papiers, sans complaisance ni sensiblerie, et fait se rencontrer des personnages en lutte dont la route aurait pu ne jamais se croiser.

« Nous avons mis des visages sur des statistiques. Aborder le côté politique du sujet, ce n’est pas notre rôle, pas plus que de faire passer un message. En revanche, le cinéma permet au spectateur de découvrir par des personnages et leur quotidien, un monde que souvent il ne connaît pas autrement que par le débat public et les médias. Et à partir de là, cela peut lui donner matière à réfléchir différemment » raconte Eric Toledano.

Aux côté de Samba gravite une galerie de personnages hauts en couleur et attachants, qu’ils soient au bout du rouleau ou aguerris, maladroits ou pétillants, fougueux ou timorés, danseurs enflammant la piste de danse ou acrobates malavisés sur les toits de Paris… Ces « caractères » rythment le film au gré de leurs humeurs, permettant d’insuffler des respirations lors des scènes à la tonalité plus grave et de désamorcer les tensions par le rire.

Entourés d’un casting impeccable (qu’il s’agisse du couple Charlotte Gainsbourg/Omar Sy, inattendu et saisissant, de Tahar Rahim, d’Izïa Higelin ou encore d’Issaka Sawadogo), Nakache et Toledano signent un film poignant et nécessaire, entre le drame et la comédie, et évitent les écueils de la facilité.

 Sortie le 15 octobre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

X-Men : Days of Future Past

575642.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxL’action se passe dans un futur proche. Des armes de destruction massive ont été mises au point pour exterminer les mutants. Grâce aux pouvoirs de Kitty, les X-Men parviennent à envoyer Wolverine dans le passé pour changer un événement historique majeur, qui pourrait impacter mondialement humains et mutants.

Aux commandes de ce 7e volet des X-Men, Bryan Singer (qui a réalisé les deux premiers épisodes) ne lésine pas sur les moyens pour nous en mettre plein la vue.

Des personnages dans la tourmente, de l’action mesurée, une ribambelle de cascades spectaculaires, une intrigue parfaitement maîtrisée, qui jongle sur deux époques avec fluidité, une mise en scène grandiose, un humour au second degré… X-Men : Days of Future Past exploite tous les codes de la saga Marvel avec brio.

Singer, particulièrement inspiré, s’entoure d’un casting épatant (Hugh Jackman, Jennifer Lawrence, James McAvoy, Ian McKellen, Michael Fassbender, Patrick Stewart… pour n’en citer que quelques uns) pour nous livrer un nouvel opus des plus sensationnels, qui s’insère dans la continuité des précédents chapitres.

Malgré sa tonalité inquiétante, plus sombre et plus violente, X-Men : Days of Future Past n’en est pas moins jubilatoire et parvient à provoquer ce même enthousiasme juvénile face à ces super héros en lutte contre toute discrimination.

Du grand divertissement.

Sortie le 21 mai 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Mais qui a re-tué Pamela Rose? +

Quand il reçoit un appel du shérif de Bornsville lui annonçant que le cercueil de Pamela Rose a été volé, l’agent Douglas Riper voit là une occasion de renouer les liens avec son ancien coéquipier Richard Bullit. Un ex-ami avec lequel il est brouillé depuis des années suite à une fâcheuse histoire de femme et de Fuego.

Les deux anciennes gloires du FBI, devenues des purs has been, se retrouvent donc pour enquêter sur cette profanation, sans savoir qu’ils sont en réalité attirés dans un piège par un homme qui leur en veut beaucoup.

Sans se douter non plus qu’ils seront bientôt les seuls à être au courant que la présidente des Etats-Unis of America est sur le point d’être assassinée… Le suspense est à son comble. La double tornade timbrée nommée Kad et O peut donc à nouveau frapper.

Donuts, Ketchup, Salt & Pepper, Mosby, Perkins, la Présidente des Etats-Unis of America, Kowachek, Bill, Bill et Bill, Bruno le panda et l’incontournable fuego relookée aux couleurs du FBI : tels sont les personnages loufoques réunis dans la suite des aventures rocambolesques des inspecteurs les plus désespérants de l’histoire du cinéma, Riper et Bullit.

Une fois encore, Kad et Olivier se surpassent dans l’humour potache et s’entourent de comparses tout aussi agités du bocal (Julien Rappeneau à l’écriture, Omar Sy, Laurent Lafitte, Audrey Fleurot face à la caméra) pour servir une nouvelle comédie parodique déjantée, dans la lignée des Hot Shots!, Ya-t-il un flic.., ou encore Police Académie.

Si l’intrigue, assez pauvre, sert surtout de prétexte à des gags en cascade aux ressorts simples mais efficaces (le comique de répétition, l’absurde, les vannes foireuses), les multiples clins d’oeil à ce qui fait l’univers de Kad et O (du « kamoulox » au cultissime « I believe I can fly ») disséminés tout au long du film, les nombreux clichés détournés, les faux-raccords et les incohérences volontaires, l’autodérision des acteurs et la tonalité américano-franchouillarde font de cette comédie décalée – à l’esprit très Mel-Brooksien – un objet non identifié qui flirte magistralement avec le ridicule mais où l’humour triomphe malgré tout.

Un univers complètement improbable mais qui fonctionne tout de même, grâce à un humour à prendre au 12e degré!

Les fans apprécieront. Quant aux autres…

Sortie le 5 décembre 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS